top of page

As part of this exciting celebration of The Association Laurent Clerc, I will be giving a talk on the theme: Laurent Clerc in America - New Insights Through Letters From His Family. In order that participants there and for those unable to travel to La Balme, I am placing here the texts (in French and English) of the summaries of the letters from 1816 (Laurent's Arrival) to his death in 1869. I will expand on these stories in the future to eventually chronicle all the documents in the United States. 

Note: This is a DRAFT

**La version française suit l'anglais...faites défiler vers le bas !

Francis Joseph Clerc’s American Short Story

(1823-1869)

 

*Letters reviewed for this draft are from 1816 to 1848.

Francis appeared in the Huntington State Register in 1831. 

 

The next time we see Francis in the Clerc family papers is in a letter from Stiles French in 1834, possibly a headmaster of a school in New Haven. Mr. French comments that Francis and Charles are “satisfactory in their studies and appear kind and affectionate to each other.” The lessons have just started during the November session, with them each getting shoes for dancing and Charles being very fond of football.  

 

In May I835, Francis travelled to France with Laurent. The plan was for father and son to visit parts of Europe before depositing Francis at a school in Lyon. We find Francis writing to his mother about his experiences now that he is three (3) weeks into school. Francis is now over his sea-sickness from the crossing. He already is missing his siblings and asks his mother to give them his greetings. Francis goes on to write about their trip to Paris before coming to school. Laurent was visiting with friends and took the opportunity to expose Francis to his old haunts and the tourist attractions of Paris. Francis describes visiting the Menagerie du Jardin de Plantes, the gardens of Luxembourg and the Tuileries. They visited the Chamber of Deputies before visiting the theatres, Cirque Olympique and the “Opera”. The Queen, princesses and the Prince of Naples attended the same night father and son did. 

 

Laurent wished that Francis visit the Cemetery de Pere La Chaise, the burial place of Laurent’s mentor, Abbe Sicard. Laurent and Jean Massieu wrote the inscription on the tombstone. Laurent often goes to the school on St. Jacques but Francis had only been once. He remarked how large and beautiful the school was compared to that of Hartford. He enjoyed his trip to Versailles, enjoying the Temple of Love on its grounds. 

 

Father and son visited Laurent’s old friends, like philosopher Baron Joseph-Marie de Gerando, where Francis played bocce ball. After the visit, Laurent and Francis began making their way to Lyon by diligence (stage coach). They even met with other families from America, who were also depositing their sons in France to be educated. Laurent and Francis also visited the Royal Library followed by the Musee Royal near the Royal Palace. After these visits, Laurent and Francis began making their way to Lyon by diligence (stage coach).

 

Writing to his sister, Elizabeth, Francis described a trip to Geneva and Lausanne, Switzerland. Travelling by diligence they would visit churches and the home of the great philosophers, Voltaire and Rousseau. They also visited with Mr. and Mrs. Eliza  Gallade Rumpff, who is the daughter of John Jacob Astor of New York, America’s first multi-millionaire. 

 

Writing to his mother on December 6, 1835 from his home in the La Croix Rousse district of Lyons, Francis indicates that Laurent is now back in Paris. Francis goes on to describe his schooling with ten (10) other students. His school day starts at 5:30 a.m. to study before having soup at 7:30 a.m. He studies until 10:30 a.m. when he has breakfast. The students have a half hour recreation break followed by two (2) hours of study. Another half hour break is followed by from 2 to 5:30 p.m. when they eat dinner. They study again until 8:30 p.m. Bedtime is at 9 p.m. Francis studies Latin, Arithmetic, French, History, Geometry, Natural History, Religion, Geography, Mineralogy, Drawing, German and Greek. 

 

Francis appears anxious to have news from home. Charles (9) is somewhere at school, perhaps still at Collegiate and Commercial School in New Haven. Sarah is at some school as well. He comments that he has grown two (2) inches since arriving in Lyons. He describes the weather as being pleasant some days but others being foggy and gloomy. He plays hoops and balls with his friends, as well as taking walks several times a week. He attends Church on Sundays and visits with his Clerc cousins living in Lyons. 

 

Francis indicates that Laurent is now back in Paris. At some point when describing Laurent, he says that his father has become so fat that he can hardly put on his pantaloons. Francis was the benefactor of these clothes that would not fit Laurent. Francis and Laurent have plans to travel to Cremieu to spend the days of Christmas with the Candy family. In Lyons, `Laurent was visited by a Mr. Rockwell, a former instructor at the Asylum in Hartford, who was fleeing the cholera epidemic in Marseilles. In two outbreaks in Marseilles in 1835, a total of 3441 people died, a mortality rate of 48.6%.  

 

On March 13, 1836, Francis wrote to his mother and sister, Elizabeth that Laurent was in Paris and would be preparing to return to America in April. Francis describes his school and his routine in the hills outside Lyons, where he is taken care of by Mr. and Mrs. Hoffet, the  principal and his wife. Francis relates that he was invited to a dancing ball but refused because he did not have the clothes to wear. 

That summer, Francis wrote to his mother. He is inquiring about his sister Sarah and whether she had recovered from her serious illness. Francis is about to complete his examinations and then has six (6) weeks of vacation. Francis had a bout of back sores that were cured by a doctor’s remedy. He recently went to see a play about Napoleon Bonaparte with Mr. Hoffet and his fellow students. Francis inquires about the presents that he sent home with his father and is glad that he was not stopped at the Customs House. Elizabeth communicates to her brother that Sarah is at her side on a rocking chair, with no carpets and almost all the floors are in a sort of stone hewed and waxed. Laurent and Eliza appear to have decided to build a house in Hartford. Francis inquires about his brother Charles, whom he hopes to have a letter from before returning to school at the Collegiate and Commercial School in New Haven. He asks if it is true that there is now a railroad between Hartford and New Haven. Francis inquires about the health of Charles’ rabbits. Francis includes a note to Charles telling him to work hard at school and to be a good boy. He wishes to hear from him about how he is doing and what he is studying at school. 

 

In a letter to Laurent, the writer mentions that Francis may be in Paris in March of 1837. 

 

In 1839, Laurent and Francis took a steamboat trip somewhere, possibly to Hartford, on a return home. 

 

We know that Frances returned to America in 1838. He enrolled in Washington College (Trinity) in Hartford. In 1841, Francis wrote  to a Mr. Odgen Jr. congratulating him on his work as a censor of the Athenaeum Society at the college. Francis is the secretary of the society and may be corresponding with the uncle of his future son-in-law, George William Ogden. 

 

In a letter in 1843 from Francis, turning twenty (20) years old, to Laurent where he is thinking about coming of age, taking on the privileges and responsibilities of becoming a U.S. citizen. He appears to have made his transition to Richmond, Virginia where he was working in a boy’s school. Francis appears lonely and is reminiscing about previous returns home to his family. Another letter is written from New York on his way to Richmond via Philadelphia. He is travelling with his cousin, Fanny Prescott. Francis stopped by and visited with Sophia Gallaudet at the theological seminary. They then took the ferry across the Hudson River to Pennsylvania. They sailed on the New Philadelphia, a steamer on the Delaware River. Francis of course was disappointed in what he saw in New York and Philadelphia. While in Philadelphia, Francis plans to visit the museum where Laurent and Eliza’s Peale paintings were presently displayed. Francis travelled through “Washington City” on his journey south. He had the day to visit the U.S. Post Office, Capital, Patent Office, and the Treasury Office. He applied for admission to the White House but was too late to get in. On arrival in Richmond, Francis writes to his sister Sarah and presents a detailed history of Richmond. Francis called on the Hon. H.W. Ellsworth at his office and house. In his writings he begins to write about Dr. Maupin, a chemistry professor, who appears to be his sponsor  for his work in Richmond. 
 

In 1844, Francis, still teaching in Richmond, described how he was beginning to examine his use of corporal punishment and its effectiveness. He had joined a weekly debating society with young lawyers in the city. Outside of his school work he spends time reading and exercising. It appears that he is more integrated into a network of friends. Francis conveys some information about a debate going on about the funding of the Virginia School for the Deaf in Staunton. Francis, even practical, tells his father that he will not likely be paid more than $300 a year for teaching but feels he can live comfortably on $200. Later, Francis is trying to decide if he will remain at the school longer, as requested and until a new teacher arrives. He has been approached to do missionary work in China but he declined the offer. 

 

Francis’ next letter came as he was settling into his new school, the General Theological Seminary in New York City. Francis visited with a friend of Laurent’s, to deliver a letter from his father, Dr. Clement Moore, a board member of the New York Institution for the Blind. Francis hoped that the introduction might result in a scholarship at the seminary. Francis refers to the pears that no doubt came from the tree at the Clerc home in Hartford. Francis appears to be going to teach French for a fee and will help defray the costs of his education at the college. Further correspondence indicates that Francis is closely following the trail of Bishop Onderdonk’s trial and scandal. With Francis’ development as a young minister he is verbalising that his Episcipol church is struggling with issues of doctrine. 

 

In June 1845, Francis wrote to his sister Sarah (17) about his daily life and family news while studying. Francis is near the end of his term at the college and is running out of money. He solicits his sister to ask Laurent for some. Francis plays the big brother and tries to convince Sarah that she should be studying English history, German and drawing. We think that Sarah is at the Litchfield Female Seminary when she receives this letter. After this, Francis focuses on Charles, encouraging Latin while asking about a possible fishing trip he took recently. There is a comment that Charlie may be graduating from his present school. Beware Charles’s fish story advises Francis. He tells of his own excursion to the Hudson River to swim in the cold waters with some classmates. His letter writing is interrupted by the dinner bell and then again buy the prayer bell so he closes out the letters’ addendums. 

 

We have Francis writing Sarah eight (8) months later from Chelsea. It appears that Charlie is now in New York City participating some some sort of business negotiations. Francis describes his many visits to family and friends. And he takes the opportunity to describe a dinner he was invited to by a professor and outlines the culinary surprises. 

 

Francis appears to be our letter writer or his sisters were also very good at saving his letters. In March 1846 we have him writing “Lizzie”, his nickname for Elizabeth. She is married and living in Buffalo. She apparently wrote Charles a letter and Francis has seen it. Francis, now the more harsh big brother, comments that his brother should go to visit France with their father. He feels that it would benefit Charles and turn him from his “shiftless” ways. He hopes that Charles would benefit from contact with “Cousin Clerc” who is supposedly a successful business man in Lyons and might be able to find Charles a work situation. 

 

Francis turns the letters’ attention to himself. He is starting to get recommendations about what he is to do after graduation for the Seminary this spring or fall. He is offered the option to take a parish in Windsor, close to the family home in Hartford. However, Francis is not planning to make any decisions presently. He does convey that he wishes to visit Julia “Juta”, his future wife, who we now see him implicated with. He does plan to go home for Easter and then on to Sandisfield, but we are not sure for what purpose. He had not seen Juta since the previous September so it might be that she lives in Sandisfield and he intends to spend part of the summer months with her. He wishes that Juta be at his ordination, wherever it is located. Francis comments that he has not seen Elizabeth since September 1845 and is pleading with Elizabeth to return home for a visit so that they may spend some time together. 

 

On August 13, 1846, we saw in The Enquirer newspaper from Litchfield, CT, at notice that Francis had received a Master’s Degree from the General Theological Seminary. 

 

The year 1846 would turn out to be a busy and significant one for Francis. With his graduation he would be ordained at his first church. He would become engaged to Julia “Juta” Lord Perry and marry while his father and brother were away in France. They seemed to have gotten wind of his plans but Charles indicates in a letter that Laurent and he were surprised that the events occurred without more news from him. 

 

Charles accurately outlines Francis’ new situation when he says “you have entered upon life with all the responsibilities of husband and clergyman hanging upon you. You have a reputation to acquire, a character to sustain, and a family to support. Be assured, my dear Frank, of the sincerest prayers for your happiness, from both your Father and brother.” 

 

In February, 1847, instead of writing to his father, Charles seems to be penning a letter to his brother, Francis.  Charles comments that his mother has been sick and he is glad she had gone to Buffalo to stay with Elizabeth. He says that it is not often that Eliza chooses to leave her home and he hopes it will do her good. Charles lets Francis know that Laurent is a La Balme and that he is finishing up his business with Mr. Clerc, Polloson, Candy and Monavan. Laurent had left Lyons approximately three (3) weeks earlier. Laurent planned to stay near Lyon for another month and then spend the rest of his time in Paris. 

 

Charles lets Francis know that he was lonely once Laurent left but is adjusting to it. He says that he believes that his brother would be surprised that he has chosen to remain in Lyon and follow his fortune. He says that it is about time he learns to support himself and we are sure that Francis will be very glad. 

 

Laurent wrote to Francis from Paris on May 14, 1847. Laurent laments that his choice of making Charles his secretary and responsible for getting letters home. Laurent left Lyons on May 1, 1847, He left Charles well and content and willing to remain a year longer. He arrived on May 2, 1847 and put up at the Grand Hotel des States on rue Notre Dame, opposite the Messagerie Royale. He has decided to stay there until he leaves Paris for the coast in June. He has not decided yet if he will leave for America from Harve or Liverpool. This depends on the state of his expenses. 

 

Laurent recounts to Francis that he was sent to the Paris Institution when he was eleven (11) years old, where he remained until he was twenty-one (21), the first time they let him go home for a vacation for four (4) weeks. His next trip home was several more years, always in the autumn season. Therefore, he never had the chance to spend the winter at home, in La Balme or Lyons and was convinced he would during his trip. He realized that he did not like the winter in Lyons as it was cold, damp, muddy and dirty. And the people there used the wood stoves very sparingly. So he went to La Balme to stay with his sisters. While they were very lonely, they could sit by the warm fireplace and were happy to be there. But the weather was about the same as in Lyons but the road being dry they made many outings. They went up and down mountains and took in the country scenery. They went to Pressieu to see the Clercs, to Ambutrix to see the Candys and Bottus. To Bourgoin to see the Pollosson and Perregeaux. He went then to Lyons to see Charles, then on to Vienne to see the Dode, back to La Balme and back to Lyons before setting out for Paris. 

 

Laurent relates that Joseph Clerc has not failed in business. Laurent has lost a 17,000 franc investment. Apparently, Joseph knew he was going into debt, keeping it secret and then fled Lyons for Pressieu and lived very luxuriously with his friends. He duped everyone and his partners/employees did not sound the alarm for several years. Now he is struggling and contemplating suicide. Laurent saw him daily and now Joseph’s plan is to sell off the remains of his business and go to Pressieu to live in his wife’s family home. He will be dependent on her family. For a moment, Joseph thought he could go to America with Laurent and take up business. Laurent discouraged him, except to say that French teachers were more in demand. This did not please Joseph and he talked of it no more. 

 

He described Mr. Decross as a child who ran off when the business began to fail. He lived more extravagantly than his means would permit and borrowed much by mortgaging some of his estates, without the knowledge of his family. When the loans came due he ran and disappeared. Everyone thought him to be assassinated or drowned. After searching for him for over three (3) months they found him between Nimes and Marseilles. They forced him to return to the family estate where much of it will be sold off to pay his debts. He refuses to pay Laurent his 6000 franc investment and without a record of it Laurent knows it is gone. 

 

While in Paris Laurent is visiting the Deaf and Dumb Institution. People who had met Francis during his stay there in 1835 gave their warm regards. He says that Paris is better since their trip there twelve (12) years earlier. There are many new public institutions, monuments, superb private houses, hotels, bazaars, large and fine streets. There are magnificent depts for railroads and in better order than anywhere else he has seen. He no longer sees beggars on the streets. Laurent is visiting everything but he is not sure he can make it to all the things he wishes to visit before returning to America. 

 

He feels that the people, in general, are better dressed and appear more happy, even more comfortable. But he does not see as much gaiety as before. He believes that the population is more “church going”. He puts that all down to their wise King Louis Philippe and the long state of peace in Europe. Laurent comments that there are many foreigners and tourists! Laurent says that he has purchased the books that Francis requested and with the permission of God he will be able to deliver them personally. Laurent says that he has not met any of the people from Connecticut that he was told would be in Paris. He did meet Mr. Walsh, the U.S. Consul at Paris, an old acquaintance of his. 

 

Laurent appears to be carrying a miniature portrait of Charles and Francis, so that  people commented on the resemblance. They all recognized Francis from his previous visit but found him thin, sober and pale. Some said that Francis drank only water and the gravity of his being a Protestant minister accounted for this. These devout Catholics commented that they hated Protestantism as it makes everyone look so grave and unhappy.

 

Charles on August 11, 1847, wrote to Francis after receiving a letter from him that took a month to travel from Havre to Lyons. He gives Francis grief for using a certain functionary to send his correspondence. Charles learns of the deaf of Uncle Crocker and directs Francis to tell Laurent where to use the money to pay off some debts in Hartford. Aunt Crocker of Waterford has also died. Charles laments at all the loss and wonders how he will find Hartford when he returns. He remarks that he is happy to be an uncle with the birth of Henry Augustin Beers. He was awaiting a letter of announcement from George Beers and on his way to breakfast found it at the Porters Lodge. He says that he wishes Francis could visit and see the changes in the city since he went to school there in 1835. There are new bridges, public buildings and handsome new houses. The streets are kept clean and they have sidewalks! Charles takes much interest in his “native” city and marvels at the new boulevards cut through it. 

 

Charles has made many friends, including Mr. Brohemann, an old classmate of Francis. Charles then updates Francis on some of the news about other classmates from stories told by MR. Brohemann. Charles French is advancing but he has decided to take on a tutor. Charles is waiting for letters from Hartford and is excited to hear that the new French steamers can make the crossing in only fourteen (14) days.  

 

To Be Continued…

La nouvelle américaine de Francis Joseph Clerc

(1823-1869)

 

*Les lettres examinées pour cette ébauche datent de 1816 à 1848.

Francis est apparu dans le registre de l'État de Huntington en 1831.

 

La prochaine fois que nous verrons Francis dans les papiers de la famille Clerc, c'est dans une lettre de Stiles French en 1834, peut-être directeur d'une école de New Haven. M. French commente que Francis et Charles sont « satisfaisants dans leurs études et semblent gentils et affectueux l’un envers l’autre ». Les cours viennent de commencer lors de la session de novembre, chacun reçoit des chaussures de danse et Charles est un grand passionné de football.

 

En mai 1835, François voyage en France avec Laurent. Le plan était que le père et le fils visitent certaines régions d'Europe avant de déposer Francis dans une école de Lyon. Nous trouvons Francis écrivant à sa mère au sujet de ses expériences maintenant qu'il est à l'école depuis trois (3) semaines. Francis est désormais guéri du mal de mer dû à la traversée. Ses frères et sœurs lui manquent déjà et demande à sa mère de les saluer. Francis continue en écrivant sur leur voyage à Paris avant de venir à l'école. Laurent était en visite chez des amis et en a profité pour exposer Francis à ses anciens repaires et aux attractions touristiques de Paris. Francis décrit sa visite à la Ménagerie du Jardin de Plantes, aux jardins du Luxembourg et aux Tuileries. Ils ont visité la Chambre des députés avant de visiter les théâtres, le Cirque Olympique et l'Opéra. La reine, les princesses et le prince de Naples étaient présents la même nuit que le père et le fils.

 

Laurent souhaitait que François visite le cimetière du Père La Chaise, lieu de sépulture du mentor de Laurent, l'abbé Sicard. Laurent et Jean Massieu ont rédigé l'inscription sur la pierre tombale. Laurent va souvent à l'école Saint-Jacques mais Francis n'y est allé qu'une fois. Il remarqua à quel point l'école était grande et belle comparée à celle de Hartford. Il a apprécié son voyage à Versailles, profitant du Temple de l'Amour dans son parc.

 

Père et fils rendaient visite aux vieux amis de Laurent, comme le philosophe baron Joseph-Marie de Gerando, où François jouait à la pétanque. Après la visite, Laurent et Francis ont commencé à se rendre à Lyon en diligence (coche). Ils rencontrèrent même d'autres familles américaines, qui déposaient également leurs fils en France pour qu'ils y soient scolarisés. Laurent et Francis ont également visité la Bibliothèque Royale puis le Musée Royal près du Palais Royal. Après ces visites, Laurent et Francis commencent à se rendre à Lyon en diligence (coche).

 

Écrivant à sa sœur Elizabeth, Francis a décrit un voyage à Genève et à Lausanne, en Suisse. Voyageant en diligence, ils visitaient les églises et la maison des grands philosophes Voltaire et Rousseau. Ils ont également rendu visite à M. et Mme Eliza Gallade Rumpff, fille de John Jacob Astor de New York, le premier multimillionnaire d’Amérique.

 

Écrivant à sa mère le 6 décembre 1835 depuis son domicile du quartier de La Croix Rousse à Lyon, Francis indique que Laurent est désormais de retour à Paris. Francis continue en décrivant sa scolarité avec dix (10) autres élèves. Sa journée d'école commence à 5h30 pour étudier avant de prendre la soupe à 7h30. Il étudie jusqu'à 10h30 lorsqu'il prend son petit-déjeuner. Les étudiants bénéficient d'une pause récréative d'une demi-heure suivie de deux (2) heures d'étude. Une autre pause d'une demi-heure est suivie de 14h à 17h30. quand ils dînent. Ils étudient à nouveau jusqu'à 20h30. L'heure du coucher est à 21 heures. Francis étudie le latin, l'arithmétique, le français, l'histoire, la géométrie, l'histoire naturelle, la religion, la géographie, la minéralogie, le dessin, l'allemand et le grec.

 

Francis semble impatient d'avoir des nouvelles de chez lui. Charles (9 ans) est quelque part à l'école, peut-être encore à l'école collégiale et commerciale de New Haven. Sarah est également dans une école. Il commente qu'il a grandi de deux (2) pouces depuis son arrivée à Lyon. Il décrit le temps comme étant agréable certains jours, mais d'autres étant brumeux et maussade. Il joue au cerceau et au ballon avec ses amis et se promène plusieurs fois par semaine. Il va à l'église le dimanche et rend visite à ses cousins Clercs résidant à Lyon.

 

Francis indique que Laurent est désormais de retour à Paris. À un moment donné, en décrivant Laurent, il dit que son père est devenu si gros qu'il peut à peine enfiler son pantalon. Francis était le bienfaiteur de ces vêtements qui n'allaient pas à Laurent. Francis et Laurent envisagent de se rendre à Crémieu pour passer les jours de Noël avec la famille Candy. A Lyon, Laurent reçut la visite d'un certain M. Rockwell, ancien instructeur à l'Asile de Hartford, qui fuyait l'épidémie de choléra à Marseille. Lors de deux épidémies à Marseille en 1835, 3 441 personnes sont mortes au total, soit un taux de mortalité de 48,6 %.

 

Le 13 mars 1836, François écrit à sa mère et à sa sœur Elizabeth que Laurent est à Paris et qu'il se prépare à retourner en Amérique en avril. Francis décrit son école et sa routine dans les collines lyonnaises, où il est pris en charge par M. et Mme Hoffet, le directeur et son épouse. Francis raconte qu'il a été invité à un bal dansant mais qu'il a refusé parce qu'il n'avait pas de vêtements à porter.

 

Cet été-là, Francis écrit à sa mère. Il s'enquiert de sa sœur Sarah et demande si elle s'est remise de sa grave maladie. Francis est sur le point de terminer ses examens et dispose alors de six (6) semaines de vacances. Francis a eu des maux de dos qui ont été guéris par un remède médical. Il est récemment allé voir une pièce de théâtre sur Napoléon Bonaparte avec M. Hoffet et ses camarades. Francis s'enquiert des cadeaux qu'il a envoyés chez lui avec son père et est heureux de ne pas avoir été arrêté à la douane. Elizabeth communique à son frère que Sarah est à ses côtés sur un rocking chair, sans tapis et presque tous les sols sont dans une sorte de pierre taillée et cirée. Laurent et Eliza semblent avoir décidé de construire une maison à Hartford. Francis s'enquiert de son frère Charles, dont il espère recevoir une lettre avant de retourner à l'école collégiale et commerciale de New Haven. Il demande s'il est vrai qu'il existe désormais un chemin de fer entre Hartford et New Haven. Francis s'enquiert de la santé des lapins de Charles. Francis inclut une note à Charles lui disant de travailler dur à l'école et d'être un bon garçon. Il souhaite avoir de ses nouvelles sur ses résultats et sur ce qu'il étudie à l'école.

 

Dans une lettre à Laurent, l'écrivain mentionne que François pourrait être à Paris en mars 1837.

 

En 1839, Laurent et Francis firent un voyage en bateau à vapeur quelque part, peut-être à Hartford, pour rentrer chez eux.

 

Nous savons que Frances est retournée en Amérique en 1838. Il s'est inscrit au Washington College (Trinity) à Hartford. En 1841, Francis écrivit à M. Odgen Jr. pour le féliciter pour son travail de censeur de l'Athenaeum Society du collège. Francis est le secrétaire de la société et pourrait correspondre avec l'oncle de son futur gendre, George William Ogden.

 

Dans une lettre de 1843 de François, âgé de vingt (20) ans, à Laurent où il envisage de devenir majeur, d'assumer les privilèges et les responsabilités de devenir citoyen américain. Il semble avoir fait sa transition vers Richmond, en Virginie, où il travaillait dans une école pour garçons. Francis semble seul et se souvient de ses précédents retours chez lui dans sa famille. Une autre lettre est écrite de New York alors qu'il se rend à Richmond via Philadelphie. Il voyage avec sa cousine, Fanny Prescott. François s'est arrêté et a rendu visite à Sophia Gallaudet au séminaire théologique. Ils ont ensuite pris le ferry pour traverser la rivière Hudson jusqu'en Pennsylvanie. Ils ont navigué sur le New Philadelphia, un bateau à vapeur sur le fleuve Delaware. Francis a bien sûr été déçu par ce qu’il a vu à New York et à Philadelphie. Pendant son séjour à Philadelphie, Francis prévoit de visiter le musée où les peintures Peale de Laurent et Eliza sont actuellement exposées. François a traversé « Washington City » lors de son voyage vers le sud. Il a eu la journée pour visiter le bureau de poste américain, la capitale, le bureau des brevets et le bureau du Trésor. Il a demandé à être admis à la Maison Blanche mais il était trop tard pour y entrer. À son arrivée à Richmond, Francis écrit à sa sœur Sarah et lui présente une histoire détaillée de Richmond. Francis a demandé à l'hon. H.W. Ellsworth à son bureau et à sa maison. Dans ses écrits, il commence à parler du Dr Maupin, professeur de chimie, qui semble être son sponsor pour ses travaux à Richmond.

 

En 1844, Francis, qui enseignait toujours à Richmond, décrivait comment il commençait à examiner son recours aux châtiments corporels et leur efficacité. Il avait rejoint une société de débat hebdomadaire avec de jeunes avocats de la ville. En dehors de son travail scolaire, il passe du temps à lire et à faire de l'exercice. Il semble qu'il soit davantage intégré à un réseau d'amis. Francis transmet des informations sur un débat en cours sur le financement de la Virginia School for the Deaf à Staunton. Francis, même pratique, dit à son père qu'il ne sera probablement pas payé plus de 300 $ par an pour enseigner, mais il estime qu'il peut vivre confortablement avec 200 $. Plus tard, Francis essaie de décider s'il restera à l'école plus longtemps, comme demandé et jusqu'à l'arrivée d'un nouveau professeur. Il a été approché pour faire du travail missionnaire en Chine, mais il a décliné l'offre.

 

La lettre suivante de François est arrivée alors qu’il s’installait dans sa nouvelle école, le General Theological Seminary de New York. Francis a rendu visite à un ami de Laurent pour lui remettre une lettre de son père, le Dr Clement Moore, membre du conseil d'administration de la New York Institution for the Blind. François espérait que cette introduction pourrait aboutir à une bourse au séminaire. Francis fait référence aux poires qui provenaient sans aucun doute de l'arbre de la maison Clerc à Hartford. Il semble que Francis va enseigner le français moyennant des frais et contribuera à défrayer les coûts de ses études au collège. D’autres correspondances indiquent que François suit de près la trace du procès et du scandale de Mgr Onderdonk. Avec le développement de François en tant que jeune ministre, il laisse entendre que son église d’Episcipol est aux prises avec des problèmes de doctrine.

 

En juin 1845, Francis écrit à sa sœur Sarah (17 ans) sur sa vie quotidienne et l'actualité familiale pendant ses études. Francis approche de la fin de son mandat au collège et est à court d'argent. Il sollicite sa sœur pour en demander à Laurent. Francis joue le grand frère et tente de convaincre Sarah qu'elle devrait étudier l'histoire anglaise, l'allemand et le dessin. Nous pensons que Sarah est au Litchfield Female Seminary lorsqu'elle reçoit cette lettre. Après cela, Francis se concentre sur Charles, encourageant le latin tout en lui posant des questions sur un éventuel voyage de pêche qu'il a fait récemment. Il y a un commentaire selon lequel Charlie pourrait être diplômé de son école actuelle. Méfiez-vous de l'histoire de poisson de Charles, conseille Francis. Il raconte sa propre excursion sur la rivière Hudson pour nager dans les eaux froides avec quelques camarades de classe. La rédaction de sa lettre est interrompue par la cloche du dîner, puis achète à nouveau la cloche de prière pour qu'il clôture les addendums des lettres.

 

Nous avons Francis qui écrit à Sarah huit (8) mois plus tard depuis Chelsea. Il semble que Charlie soit maintenant à New York pour participer à une sorte de négociations commerciales. Francis décrit ses nombreuses visites à sa famille et à ses amis. Et il en profite pour décrire un dîner auquel il a été invité par un professeur et en esquisse les surprises culinaires.

 

Francis semble être notre auteur de lettres ou ses sœurs étaient également très douées pour sauvegarder ses lettres. En mars 1846, il écrit « Lizzie », son surnom pour Elizabeth. Elle est mariée et vit à Buffalo. Elle a apparemment écrit une lettre à Charles et Francis l'a vue. Francis, désormais le grand frère le plus dur, commente que son frère devrait aller visiter la France avec leur père. Il estime que cela profiterait à Charles et le détournerait de ses habitudes « inconstantes ». Il espère que Charles bénéficierait du contact avec « Cousin Clerc » qui est censé être un homme d'affaires prospère à Lyon et pourrait lui trouver un emploi.

 

Francis tourne l’attention des lettres vers lui-même. Il commence à recevoir des recommandations sur ce qu'il fera après avoir obtenu son diplôme au séminaire ce printemps ou cet automne. On lui offre la possibilité de prendre une paroisse à Windsor, près de la maison familiale à Hartford. Cependant, Francis n’envisage pas de prendre de décision pour le moment. Il fait savoir qu'il souhaite rendre visite à Julia « Juta », sa future épouse, avec qui nous le voyons maintenant impliqué. Il prévoit de rentrer chez lui pour Pâques, puis de se rendre à Sandisfield, mais nous ne savons pas dans quel but. Il n'avait pas vu Juta depuis septembre dernier, il se pourrait donc qu'elle vive à Sandisfield et qu'il ait l'intention de passer une partie des mois d'été avec elle. Il souhaite que Juta soit à son ordination, où qu'elle se trouve. Francis commente qu'il n'a pas vu Elizabeth depuis septembre 1845 et supplie Elizabeth de rentrer chez elle pour une visite afin qu'ils puissent passer du temps ensemble.

 

Le 13 août 1846, nous avons lu dans le journal The Enquirer de Litchfield, Connecticut, que François avait reçu une maîtrise du Séminaire théologique général.

 

L’année 1846 s’avérera être une année chargée et significative pour François. Une fois diplômé, il serait ordonné dans sa première église. Il se fiancerait avec Julia «Juta» Lord Perry et se marierait pendant que son père et son frère étaient absents en France. Ils semblaient avoir eu vent de ses projets mais Charles indique dans une lettre que Laurent et lui étaient surpris que les événements se déroulent sans plus de nouvelles de sa part.

 

Charles décrit avec précision la nouvelle situation de François lorsqu’il dit : « Vous êtes entré dans la vie avec toutes les responsabilités de mari et de pasteur qui pèsent sur vous. Vous avez une réputation à acquérir, un caractère à soutenir et une famille à entretenir. Soyez assuré, mon cher Frank, des prières les plus sincères pour votre bonheur, de la part de votre père et de votre frère.

 

En février 1847, au lieu d’écrire à son père, Charles semble écrire une lettre à son frère Francis. Charles commente que sa mère est malade et il est heureux qu'elle soit allée à Buffalo pour rester avec Elizabeth. Il dit que ce n'est pas souvent qu'Eliza choisit de quitter sa maison et il espère que cela lui fera du bien. Charles fait savoir à Francis que Laurent est un La Balme et qu'il termine ses affaires avec M. Clerc, Polloson, Candy et Monavan. Laurent avait quitté Lyon environ trois (3) semaines plus tôt. Laurent prévoyait de rester encore un mois près de Lyon, puis de passer le reste de son temps à Paris.

 

Charles fait savoir à Francis qu'il se sentait seul une fois que Laurent est parti, mais qu'il s'y adapte. Il dit qu'il pense que son frère serait surpris qu'il ait choisi de rester à Lyon et de suivre sa fortune. Il dit qu'il est temps qu'il apprenne à subvenir à ses besoins et nous sommes sûrs que Francis en sera très heureux.

 

Laurent écrivit à Francis depuis Paris le 14 mai 1847. Laurent déplore son choix de faire de Charles son secrétaire et chargé de ramener les lettres à la maison. Laurent quitta Lyon le 1er mai 1847. Il quitta Charles bien, content et disposé à y rester un an de plus. Il arrive le 2 mai 1847 et s'installe au Grand Hôtel des États, rue Notre-Dame, en face de la Messagerie Royale. Il a décidé d'y rester jusqu'à son départ de Paris pour la côte en juin. Il n'a pas encore décidé s'il partirait de Harvey ou de Liverpool pour l'Amérique. Cela dépend de l'état de ses dépenses.

 

Laurent raconte à Francis qu'il a été envoyé à l'Institution de Paris à l'âge de onze (11) ans, où il est resté jusqu'à vingt et un (21) ans, la première fois qu'on l'a laissé rentrer chez lui pour des vacances à quatre (4 ) semaines. Son prochain voyage de retour durait encore plusieurs années, toujours à l’automne. Il n'a donc jamais eu la chance de passer l'hiver chez lui, à La Balme ou à Lyon et en était persuadé lors de son voyage. Il se rendit compte qu'il n'aimait pas l'hiver à Lyon car il était froid, humide, boueux et sale. Et les gens là-bas utilisaient les poêles à bois avec beaucoup de parcimonie. Il se rend donc à La Balme chez ses sœurs. Même s’ils étaient très seuls, ils pouvaient s’asseoir près de la cheminée chaleureuse et étaient heureux d’être là. Mais le temps était à peu près le même qu'à Lyon mais la route étant sèche ils firent de nombreuses sorties. Ils montèrent et descendirent les montagnes et admirèrent le paysage de la campagne. Ils allèrent à Pressieu voir les Clercs, à Ambutrix voir les Candy et Bottus. A Bourgoin pour voir le Pollosson et les Perregeaux. Il se rend ensuite à Lyon chez Charles, puis à Vienne pour voir la Dode, revient à La Balme et revient à Lyon avant de repartir pour Paris.

 

Laurent raconte que Joseph Clerc n'a pas échoué en affaires. Laurent a perdu un investissement de 17'000 francs. Apparemment, Joseph savait qu'il s'endettait, le gardant secret, puis il a fui Lyon pour Pressieu et a vécu très luxueusement avec ses amis. Il a trompé tout le monde et ses partenaires/employés n'ont pas tiré la sonnette d'alarme pendant plusieurs années. Aujourd’hui, il se débat et envisage le suicide. Laurent le voyait quotidiennement et maintenant le projet de Joseph est de vendre les restes de son entreprise et de partir à Pressieu pour vivre dans la maison familiale de sa femme. Il sera dépendant de sa famille. Un instant, Joseph crut pouvoir aller en Amérique avec Laurent et se lancer dans les affaires. Laurent le décourageait, sauf pour dire que les professeurs de français étaient plus demandés. Cela ne plut pas à Joseph et il n'en parla plus.

 

Il a décrit M. Decross comme un enfant qui s'est enfui lorsque l'entreprise a commencé à faire faillite. Il vivait de manière plus extravagante que ses moyens ne le lui permettaient et empruntait beaucoup en hypothéquant certaines de ses propriétés, à l'insu de sa famille. Lorsque les prêts arrivaient à échéance, il s’est enfui et a disparu. Tout le monde le croyait assassiné ou noyé. Après l'avoir recherché pendant plus de trois (3) mois, ils l'ont retrouvé entre Nîmes et Marseille. Ils l'ont forcé à retourner dans le domaine familial où une grande partie sera vendue pour payer ses dettes. Il refuse de payer à Laurent son investissement de 6000 francs et sans trace, Laurent sait qu'il a disparu.

 

Pendant son séjour à Paris, Laurent visite l'Institution des Sourds et Muets. Les personnes qui avaient rencontré François lors de son séjour là-bas en 1835 lui ont adressé leurs chaleureuses salutations. Il dit que Paris va mieux depuis leur voyage là-bas douze (12) ans plus tôt. Il y a beaucoup de nouvelles institutions publiques, des monuments, de superbes maisons privées, des hôtels, des bazars, de grandes et belles rues. Il y a des dépôts de chemins de fer magnifiques et en meilleur état que partout ailleurs qu'il ait vu. Il ne voit plus de mendiants dans les rues. Laurent visite tout mais il n'est pas sûr de pouvoir visiter tout ce qu'il souhaite visiter avant de retourner en Amérique.

 

Il estime que les gens, en général, sont mieux habillés et paraissent plus heureux, voire plus à l'aise. Mais il ne voit plus autant de gaieté qu'avant. Il estime que la population est davantage « pratiquante ». Il attribue tout cela à leur sage roi Louis Philippe et à la longue période de paix en Europe. Laurent commente qu'il y a beaucoup d'étrangers et de touristes ! Laurent dit qu'il a acheté les livres demandés par François et qu'avec la permission de Dieu, il pourra les livrer personnellement. Laurent dit qu'il n'a rencontré aucune des personnes du Connecticut dont on lui avait dit qu'elles seraient à Paris. Il a rencontré M. Walsh, le consul américain à Paris, une de ses vieilles connaissances.

 

Laurent semble porter un portrait miniature de Charles et François, si bien que les gens ont commenté la ressemblance. Ils reconnurent tous Francis lors de sa précédente visite mais le trouvèrent maigre, sobre et pâle. Certains ont dit que François ne buvait que de l'eau et que la gravité de son statut de ministre protestant expliquait cela. Ces fervents catholiques ont déclaré qu’ils détestaient le protestantisme car il donne à tout le monde un air grave et malheureux.

 

Charles, le 11 août 1847, écrit à François après avoir reçu de lui une lettre qui mettait un mois pour voyager du Havre à Lyon. Il chagrine Francis d'avoir utilisé un certain fonctionnaire pour envoyer sa correspondance. Charles apprend que l'oncle Crocker est sourd et ordonne à Francis de dire à Laurent où utiliser l'argent pour rembourser certaines dettes à Hartford. Tante Crocker de Waterford est également décédée. Charles déplore toute cette perte et se demande comment il retrouvera Hartford à son retour. Il remarque qu'il est heureux d'être oncle avec la naissance d'Henry Augustin Beers. Il attendait une lettre d'annonce de George Beers et, alors qu'il se rendait au petit-déjeuner, il la trouva au Porters Lodge. Il dit qu'il aimerait que François puisse visiter et constater les changements survenus dans la ville depuis qu'il y est allé à l'école en 1835. Il y a de nouveaux ponts, des bâtiments publics et de belles maisons neuves. Les rues sont propres et il y a des trottoirs ! Charles s'intéresse beaucoup à sa ville « natale » et s'émerveille des nouveaux boulevards qui la traversent.

 

Charles s'est fait de nombreux amis, dont M. Brohemann, un ancien camarade de classe de Francis. Charles informe ensuite Francis de certaines nouvelles concernant d'autres camarades de classe à partir d'histoires racontées par MR. Brohemann. Charles French progresse mais il a décidé de prendre un tuteur. Charles attend des lettres de Hartford et est ravi d'apprendre que les nouveaux paquebots français pourront effectuer la traversée en seulement quatorze (14) jours.

 

À suivre…

bottom of page