top of page
Screenshot 2024-05-15 at 11.31.05.png

As part of this exciting celebration of The Association Laurent Clerc, I will be giving a talk on the theme: Laurent Clerc in America - New Insights Through Letters From His Family. In order that participants there and for those unable to travel to La Balme, I am placing here the texts (in French and English) of the summaries of the letters from 1816 (Laurent's Arrival) to his death in 1869. I will expand on these stories in the future to eventually chronicle all the documents in the United States. 

Note: This is a DRAFT

**La version française suit l'anglais...faites défiler vers le bas !

Laurent Clerc’s American Short Story

(1816-1869)

 

*Letters reviewed for this draft are from 1816 to 1848.

 

This story begins on Laurent’s arrival in the New World. Laurent’s French story remains there for the time being. Many of the French know and revere his time there but may know little of his path once he arrived in New York City on Thursday, August 9, 1816 at 12 noon. This shortened story, using documents of the American Asylum in Hartford and family letters tells us what happened.

 

On his arrival to America, Laurent and Thomas Gallaudet spent several days in the city before heading to Hartford to meet Mason Cogswell. Laurent’s first dinner as a guest appears to be at Yale University in New Haven, Connecticut, with the then president, Timothy Dwight. Then he finished his trip to Hartford. 

 

On Thursday, August 15, 1816, Thomas Gallaudet wrote to Mason Cogswell about their arrival. Thomas sends his letter in the company of Mr. Wilder, a merchant living in Paris that helped to connect Thomas to “Clerc” and even offered to pay his salary for the first year in America if necessary. Thomas let Dr. Cogswell know that he and Laurent were adjusting to the heat of summer and would take a few days to visit with his father’s family in New York before heading to Hartford. This would mean that they would not arrive in Hartford until Friday, August 23rd or Saturday, August 24th. Thomas says that many people have visited them and take a great interest in Laurent. He describes Laurent as “so modest and easy in his manners and converses with such charm and propriety with all that it is a matter of general admiration”. 

 

As Laurent made his way from New York to Hartford the new Directors of the Connecticut Asylum for the Education and Instruction of Deaf and Dumb Persons held a meeting at the State House. They agreed to take over the three (3) year contract that Thomas Gallaudet made with Laurent, and negotiated with the help of Mr. Wilder, on the voyage from France to New York City. 

 

On Friday, August 16, 1816, Laurent addressed a letter to his “dear and esteemed teacher, the Abbe Sicard. He described New York city, especially highlighting the Catholic church situation. Laurent attended mass on Sunday, August 11th. The plan laid out for Laurent was to take a period of rest in Hartford and then travel to Boston, Philadelphia, Washington and beyond to raise money for the Asylum. 

 

In 1824, John Carlin, painter and former student of Laurent’s at the Pennsylvania School for the Deaf wrote a letter to be read at Laurent's birthday party I suppose. 

Apparently, John recounts that he was visiting Mr. Clerc in Hartford when he alluded to a passage in an annual report of the Hartford Asylum. John is referencing the famous story about how the speaker of the United States House of Representatives, Henry Clay, met with Laurent during a trip to Washington City in 1818. Apparently, Mr. Clay recognized him as one of two deaf men who sat next to him in a restaurant in Paris. Mr. Clay stopped the proceedings in the House and introduced Laurent around, encouraging them to see how a deaf man could be educated. Mr. Clay personally promised to help Laurent with his cause and the US Congress later gave the school a land grant, the first in the nation from the federal government. Laurent was also introduced to President Monroe who remembered him from their meeting at the Bennett Hotel. 

 

On September 18, 1818, John Cheverus, The Roman Catholic Bishop of Boston donated $25 dollars to the Asylum, beginning his associated and distant supervision of Laurent’s spiritual life as promised to Abbe Sicard. So afterwards he gave Laurent a letter of introduction to the Rev. Enoch Fenwick, pastor of St. Peter’s Church in Baltimore, which Laurent may not have ever used. However, it appears that some of Laurent’s children were baptized by a pastor of the same name. His son’s were baptized by the Bishop of Boston of the same name and successor to Bishop Cheverus. Laurent would later convert to his wife’s religion, Episcopalism, after the death of Sicard. He often stated that the Book of Common Prayer was more consonant with his early religious education in the Gallican Church.  

 

In November 1816, Thomas and Laurent traveled to New York City and then Albany. Thomas and Laurent were advocating for one institution to serve New England. Governor DeWitt, who built the Erie Canal, introduced them to the legislature and they had dinner with many Senators who initially backed their plan. Laurent had excited and their compassion and esteem. A prominent lawyer and future wedding party member, Harmanus Bleecker would help introduce Laurent and Thomas to the Albany elite. 

 

On December 7, 1816, Laurent gave a presentation and speech to “an assemblage of the Ladies and Gentlemen of the City of Philadelphia at the Washington Hall. Laurent was attempting to impress the audience significantly enough to loosen their purse strings and support the Asylum in Hartford. 

 

In a December 10, 1816 advertisement in Burlington, New Jersey announced that Laurent and Thomas had prevailed upon to make a presentation on methods of teaching the Deaf which Laurent brought from France. 

 

Soon afterwards, while traveling north to New York City, Laurent stopped in Bordertown, New Jersey at the home of Joseph Bonaparte, Count of Surveiller and former King of Spain and of course the older brother of Emperor Napoleon and who was hiding out from the chaos in France. He was not home but wrote to Laurent on his return that he would learn more about the Asylum and assist in promoting their efforts. 

 

On January 14, 1817, while in New York City, Laurent wrote to Dr. Cogswell about meetings there to decide if New York would attempt its own school or utilize the Asylum in Hartford for the forty-seven (47) deaf and dumb students they discussed. Earlier that day Laurent wrote a letter to Dr. Cogswell describing his time in New York amongst its “Society” and connecting with the most respectable citizens of the state. He said they were making progress with the intellectual members but they were outnumbered by “least intelligent” who may carry the vote to form a school in New York instead of utilizing the Asylum in Hartford. A second letter that day confirmed that the support for Laurent’s and Thomas’ position withered when their supporters did not show up for the afternoon voting. Laurent noted that he was greatly affected by the deaths of Dr. Strong on December 25th and Dr. Dwight on January 11th.

 

On January 25, 1817, in Paris, Jean Massieu presented at the first exhibition of the “Deaf and Dumb”. A letter conveyed by Joseph S. Corre contained a letter from Massieu and Sicard for Laurent. Massieu wowed the audience and the Abbe Sicard read a letter from Laurent, announcing his arrival  and progress in the United States. The audience apparently took great interest in Laurent’s “magnanimous sacrifices” and applauded at its conclusion.

 

On April 15, 1817, the Connecticut Asylum for the Education and Instruction of Deaf and Dumb Persons officially opened in the Bennett Hotel in downtown Hartford, Connecticut. It was the first of its kind in America and remains open to this very day.

 

On May 10, 1817, the Board of Directors of the Asylum gave Laurent a salary of 2500 French francs and was raised to $500 soon afterwards. They voted to give Laurent $100 gratuity in September 1817. In December 1816, they paid him an additional $200 gratuity, plus $50 for teaching signs to the new instructors. In November 1818, Laurent received a gratuity of $300 and another $150 for further sign language instruction. Further payments from in 1819 and 1820 netted Laurent $425.

 

The June 1, 1817 annual report for the Asylum showed monies paid to Thomas Gallaudet that included the expenses to bring Laurent to Hartford. Another payment included the room and board for Laurent’s work prior to the opening of the school. There is also a payment by James Byers, Esq. of $100 for six (6) months tuition for Eliza Boardman, Laurent’s future wife. The couple's second daughter would carry Bryers as her middle name. 

 

Laurent’s work life and the innovative methods he brought to Hartford exposed him to many significant and important people shaping early America. On June 22,1817, President James Monroe visited the Bennett Hotel while on a Northeast Tour. The president made a public address in front of the hotel where Thomas Gallaudet interpreted for the crowd. Laurent kept notes of this event and his excerpt appeared in the Hartford Courant on Tuesday, July 1, 1817. This event is where the ASL sign for president was created. Laurent notes that he had dinner with the President and local clergy. He watched with apparent satisfaction a demonstration by Laurent Clerc and Thomas Gallaudet. He asked Laurent several questions, to which he replied in writing with his usual promptness and facility. Laurent was mightily impressed by the affable, unaffected and dignified style of the president. 

 

In September 2017, the Directors of the decided to no longer pay Laurent in French francs but United States dollars, beginning a respectful struggle over compensation that would last forty (40) years. An additional $100 was given to him at this time in lieu of services rendered. 

 

In December 1817, Laurent was given a leave of absence for four (4) weeks to visit the City of Washington. 

 

In 1818, Laurent first appeared in the Connecticut Register and United States Calendar as an assistant instructor at the Connecticut Asylum. 

 

Laurent’s first teaching contract was for a duration of three (3) years. He had always envisioned returning to France at its completion. In 1818, the Asylum Board began to explore the idea of Laurent staying longer. They wished to extend this contract but Laurent could not commit to a new contract until he received his input from Abbe Sicard and he kept  everyone waiting until he received a response to his letter to France. 

 

In March 1818, Laurent had visited Philadelphia again and had returned to Hartford. He received a letter from John H. George Randolph, a Deaf and Dumb Viriginian who had studied under Laurent at the Paris school. Laurent and St. George Randolph, as he was to be called when in 1858 Laurent wrote about him in the American Annals of the Deaf and Dumb, spent time together walking the streets of Philadelphia. Laurent noted that St. George had become interested in skating, giving Laurent the opportunity to complain about Hartford’s winter weather. Laurent noted that his friend had forgotten most of his French signs and was using fingerspelling. Laurent was proposing to George that he come for a vacation with the Clerc family for several weeks, where he could relax and update his signs. 

 

Thomas Gallaudet and Laurent were close friends and colleagues during the early years at the Asylum. In April 1818, Thomas wrote to Laurent from New York City and began his letter that God had given him one true friend to bear his soul and it was Laurent. Thomas had tea with Dr. Moore, who we will see later teaching Laurent’s son, Francis, at the General Theology College. He appeared to be recruiting teachers from the College and wished to update Laurent of his progress. He commented on a meeting with a deaf carpenter that they met in Philadelphia who was now working in New York. Thomas also had tea with a Mr. Byers, the possible donor of tuition for Eliza Boardman? Mr. Byers had apparently inquired very kindly after Laurent and Miss Boardman. Could he be responsible for their eventual marriage by keeping Eliza in school. 

 

The Asylum Board of Directors were always keen to utilize Laurent’s skills to sell the idea of their school. On May 4, 1818, at their meeting, they voted that they request that Laurent prepare and address at a public exhibition to take place this spring. 

 

Soon afterwards Laurent wrote to Dr. Cogswell about his return to Hartford and the work that he did with Mr. Gallaudet in New York. He expressed some concern about the physical health of Mr. Gallaudet, the lack of space for the growing school, their competition, and the political environment as it related to funding the school. 

 

On June 1, 1818, Thomas Gallaudet addressed the Board of Directors about his work but he took the opportunity to educate them on who was doing the real teaching there, Laurent of course. His letter appears to be regarding a discussion occurring around what would happen if Laurent was to return to France at the end of his contract.  

 

“You have been please to devolve upon me the more immediate responsibility of the progress of the pupils in the acquisition of knowledge, and I must look to my friend, Mr. Clerc, as the ultimate source of all which myself & the other instructors can home to acquire of the very elaborate & difficult art of teaching the deaf and dumb. In him is concentrated the experience of the Abbe de l’Epee & the Abbe Sicard. His familiarity with the whole circle of signs is the only fountain from which must flow all the future streams of instruction in the Asylum. His art, too, is purely a traditionary one & most of it cannot be reduced to writing. It must be learned by long & repeated efforts at imitation by those who wish to acquire it”.

 

Thomas indicates that Laurent was talking with him about his intention to return to France in thirteen (13) months time. Thomas indicated that it would be important for the Asylum to increase the daily instruction of the teachers to tap into the decades of experience Laurent contained. He felt that it was too short a time for the inexperienced instructors to obtain Laurent’s method. The Asylum board seemed to wish for Laurent to focus on the instructors while still teaching the student. Mr. Gallaudet reminded them that it was not in his contract to do so. The solution for Thomas was staring him in the face, retaining Laurent’s services for longer. He encouraged the Board to approach Laurent about increasing his instruction of the teachers and under what circumstances Laurent might consider extending his contract with the school. 

 

Mr. Gallaudet warned the Board that others might seek his services and that his salary, which they might find high, was actually still much below what is due to a man of his talents and worth. He reminded them that due to Laurent’s personal efforts the Asylum owes most of its funds, its character & its usefulness. Thomas had planned to write down Laurent’s method and was asking if the Asylum might purchase it when finished. Lastly, Thomas suggested that they were admitting too many visitors, anxious to see these new methods, but it was disrupting the progress of the students, the ultimate barometer of the school reputation and success. 

 

Soon afterwards the Board met on August 12, 1818 and approved Gallaudet's recommendations for more oversight by himself, having first passed it by Laurent for his approval. At the same time they voted on a request by Laurent that he no longer had to reside at the school but could take outside lodgings. 

 

In our history of the Clerc family we do not often find the words of Eliza Boardman coming off the pages. However, On August 5, 1818, we got a rare glimpse of Eliz Boardman. Eliza appears to be connected in her social group or to her religious network through Jonathan Wainwright, recently ordained as a Episcopal priest at the Christ Church in Hartford. Eliza appears to be involved in Mr. Wainwright’s marriage to Amelia Maria Phelps. This letter Mr. Wainwright to his brother, Peter, has a note attached from Eliza. The note suggests that Eliza might be actively involved with the wedding planning and was enjoying the events as their friends gathered. From this note it is possible that the Wainwright’s or the Phelps were related to Eliza. It is noted that Eliza comments about her and Laurent being involved in the wedding, implicating them in a relationship nine (9) months before their marriage. 

 

In an August 15, 1818 letter Thomas wrote to the Asylum board indicating that he was in Ballston-Springs, NY collecting donations for the school. He comments that he has been giving out Laurent’s address, the June 1, 1818 presentation to the Connecticut Legislature, extensively and which he thinks will benefit the Asylum greatly. This might have resulted in the Asylum Board giving Laurent an additional $200 to his salary and $50 for teaching the instructors. They might have been sweetening the honey pot in order to get Laurent to remain longer. 

 

Laurent’s expertise in the methods of education of the Deaf and Dumb meant that others often asked him to comment on the progress of the early Asylum efforts. Mr. Charles Sigourney, an original founder, documented his conversation with Laurent and submitted it to the Asylum Directors on November 16,1818. Mr. Sigourney was concerned about the impending departure of Laurent and wished to determine what to do about it. Laurent readily indicated that he would agree to further teaching after he returned from a visit to France. Mr. Sigourney asked Laurent how he felt about an invitation to Francis Garde, teacher at the Bordeaux School who was trying to get to the United States a few years earlier. Laurent knew him and indicated that he would be delighted to have him. Laurent was asked how many students one teacher could instruct and Laurent said approximately nineteen (19) with the proper space. Mr. Sigourney was worried that the other instructors would only take on ten (10) students at a time. Laurent advocated for Francis Garde to be contacted to take his place during his visit to France. Laurent and Mr. Sigourney then discussed Laurent going to Boston to present to the legislature. Lastly, Laurent reiterated that Mr. Garde was more advanced with French Sign Language and would be a valuable asset for the Asylum. 

 

Another role of Laurent at the school was to appraise families of the progress of their students and to advocate for the funding of Deaf education. Laurent did this in a letter to Aaron Fuller of Deerfield, Massachusetts who was struggling with the cost of his two (2) sons' education at the Asylum. 

 

Laurent kept abreast of the developments at the Paris school and with his friends, especially Jean Massieu. He appears to have transcribed a brief history of Massieu’s appearance in front of a Paris judge after he was pickpocketed on the street.  

 

Around this same time, Laurent and the Asylum Board were entering negotiations for a salary that would suffice for Laurent, who may soon be married. The documentation does not identify the amount of money that Laurent was requesting but it appears to have been over $1200 annually. We guess this because the Asylum Board outlines the tight expenses of the school and lists occupations that make less than that amount, like the Governor of the State of Connecticut. 

 

On April 30, 1819, Laurent invited H. Bleecker to the wedding. 

 

On May 3, 1819, Laurent married his former student, Eliza Crocker Boardman, at the home of her uncle, Benjamin Prescott of Cohoes Falls, New York. 

 

Few letters or documents in our various collections give us a good opportunity to understand the relationship between Laurent and Eliza. With his position at the school and the accompanying work load kept Laurent very busy. And of course now a married man and he was providing for his new family. On October 1, 1819, writing from Springfield, Massachusetts, we find Eliza six (6) months pregnant and writing to Laurent, who appears to have taken that trip to Boston to fundraise. Eliza appears to have been sick, under stress and maybe overwhelmed with the constant visitors to their home. It probably does not help when everyone appears to constantly be inquiring about Laurent and wishing to see him.  She states at one point in her letter to him that “I am sorry you do not think of me. I have hatred you because I was sick. Now I feel much love you”. A young couple under stress and perhaps a workaholic Laurent?

 

With Laurent preparing to visit France in 1820, he appears to assist the Asylum in recruiting his replacement. In the ASD collection there is a letter from Monsieur Pellin to Mr. Wilder referencing a letter Laurent sent to him earlier that year. M. Pellin was declining an invitation to come to America to teach at the school. He says that the salary is too low and not worth the effort of immigration. 

 

On August 22, 1819, Laurent agreed to a new teaching contract which would pay him $1200 a year in salary.

 

In April 1819, Laurent made his first visit home to France for a year. The Asylum Board unanimously agreed to make a new contract for after his return. His annual salary recommenced again on May 1, 1820 at $1200 a year. It is noted that they did not wish to pay him at the same rate as the Governor of Connecticut but then they did, speaking to his value and importance to the success of their venture. 

 

Laurent, having visited France in 1819 wished to maintain contact with his family. At times he would have friends carry packets of letters with them on their trips to France. Laurent also was helpful to his friends. An example of this was when Mr. Bleecker, a member of his wedding party, requested that Laurent assist his friends that were visiting Hartford. 

 

On March 25, 1820, Eliza and Laurent welcomed their first child and daughter, Elizabeth Victoria Clerc. The birth of Elizabeth seemed to be welcome news within the Deaf community in Hartford. Elijah Loring sent the news to his son, George, who was a student at the Asylum in a letter addressed to him on April 7, 1819. 

 

On April 25, 1820, the Asylum Board created a new contract for Laurent. It was for three (3) additional years, set out his classroom hours (6 hrs daily, 3 hrs on Saturday, off on Sunday), the need to give lectures, no other relationships with schools and be able to give private lessons. For this he will receive $1200 yearly and $900 at the end of his contract to defray costs of returning to France. 

 

In preparation for his trip to France in 1820, Laurent sent a note to the Asylum Board  thanking them for their help and asking if Eliza can continue to use the furniture that the school provided them during his absence. 

 

George Loring, Laurent’s pupil, wrote a letter to his teacher (Thomas?) from Boston on May 16, 1820. Laurent is at sea traveling to France. Why a young father with a two (2) month old baby would travel across the ocean considering the risk is beyond some. In it he mentions that Eliza Is “in trouble because she fears her husband would be drowned at sea and she would not be able to support her little child…”.

 

Some in France may have had their designs on Laurent and keep him there after his visit. Abbe Sicard wrote in a note that he was going to see Laurent soon and hoped he preferred Paris, as the foremost city in the world, to Hartford. 

Throughout the letters in our collections we seem to never see Laurent upset about anything. Well, in a letter to Benjamin Prescott, Laurent remarks that he was expecting some type of banquet with the French Ambassador while visiting France, which did not occur.  Laurent expressed “hurt” feelings over the matter, showing his humanity in a way we had not seen. 

 

On August 20, 1820 a letter was written by Caroline Chester to Laurent traveling in France. She remarks that Eliza had shown her the letters he wrote to her. Ms. Chester remarks that Eliza was very pleased Laurent had made it to Europe. She states that Eliza’s affection for Laurent has made her worry about his trip and was relieved with his safe arrival. She comments that the students at the school often talk about Laurent. As well, they are preparing to move to the new Asylum in October of this year. 

 

In a letter from Laurent to Eliza, he mentioned that the Abbe Sicard wished for him to stay in France. Ms. Chester states “I have thought many times of what you wrote in our last letter to Mrs. Clerc that the Abbe Sicard wished you not to return to the United States. Oh! Do not be persuaded to leave the American deaf & dumb, they need you very much & your loss to them now would be greatly felt, yet I know I cannot but candidly acknowledge that the claims of your native land are far beyond courts. We already owe you much gratitude for so long remaining in this country & for your unwearied attentions to the deaf &dumb. I hope you will never doubt that this is the true feeling of your friends here & that your goodness in leaving your native place & assisting to establish the American Asylum will never be forgotten by any of the friends who love this benevolent institution.” 

 

In May of 1821, having returned from his trip to France, he appears to have wanted to live in “the house” with his colleagues. 

 

A document in 1821, now held in the American School for the Deaf’s collection, seems to indicate that Laurent was invited to the New York Asylum at Lexington for six (6) months and Lewis Weld took his place. 

 

On May 30, 1821 a letter from Alice Cogswell to Mrs. Phillips. She said “ You cannot imagine how I was glad of the arrival of Mr. Clerc. Everybody in Hartford is extremely happy to see him. He is fleshy, happy & healthy”. Alice also mentions that the new Asylum is completely finished and all the students have moved in. 

 

The Asylum Board of Directors met on October 19, 1821 to consent to Laurent’s employment by the Pennsylvania School for the Deaf (PSD) for a period of six (6) months, with the condition that he could be recalled at any time. A week later the PSD sent a thank you to the Hartford Asylum. 

 

Laurent was released from his employment agreement temporarily in 1821 for the purpose of reorganizing  the Philadelphia Asylum. He left on November 1, 1821 with his family and was absent for seven (7) months. His salary commenced again on May 1, 1822 at $1200 a year and continued at that rate until April 1, 1825.

 

Interestingly, a poet named Henry Joseph Hutchins, penned a poem after seeing Laurent lecture to the students at PSD on Easter April 7, 1822. Soon afterwards Robets Vaux, board member of PSD wrote to Laurent that they were lamenting that the Hartford Asylum would not agree to an extension of his help. While we have not seen this anywhere else it appears that PSD may have asked and their request was rejected. In lieu of his going, Mr. Vaux asked for a candid evaluation of their remaining staff and recommendations for their program. Laurent responded indicating that he would recommend that the curriculum not be changed and no further instructors were needed. He recommended Mr. Dillingham highly, supported the employment of Mr. Hutton and encouraged Mrs. Dilingham’s introductory role continues as is. 

 

It is about this time that Laurent started to receive inquiries by Charles Willson Peale, painter and museum curator, about his desire to paint a portrait of Laurent. Peale apparently wished to place these portraits in his Pennsylvania Academy of Fine Arts. Laurent was said to have been reluctant but decided to have his, Elizabeth’s and Eliza’s paintings done because of the fame and influence of the painter. There is a letter in the collections where Mr. Peale confirms the time for a sitting that was provided by Laurent. 

 

In 1825 Laurent received a letter from Paris indicating that he would be offered a “secondary’ office in the Paris Institution. He was notifying the Board of Directors of the Hartford Asylum that he had decided to return to France with his family in November of that year. Laurent wished for the Board to know of his plan so they could find a replacement for him. Was Laurent trying to tip the school’s hand and secure a better salary and position? 

 

In March 1825, Laurent was solicited by Theodore Dwight, lawyer, prominent journalist, member of the American Bible Society (ABS) and brother of Yale President, Timothy Dwight to address the ABS on Thursday, May 12, 1825, about what we do not know. There is no reason to assume that he did not do this. 

 

In April 1825, it happened again. Laurent notified that he would leave the Asylum after the termination of his present contract. They resolved “ have received a communication from Mr. Laurent Clerc, signifying his intention of leaving his institution nex Autumn, they regret that any cause should exist which has led him to this determination and feel desirous  of retaining him if it can be done on terms consistent with their duty to the Institution. They voted to form a committee to approach Laurent and determine how to extend his contract. And they granted him a two (2) week vacation as well. Not long afterwards the Asylum committee proposed an agreement with Laurent for a new ten (10) year contract at $1000 per year and a one time payment of $5500 if he agrees with this term. 

 

Within a month Laurent had a new 10 year contract, commencing May 1, 1825, to teach at the school. Laurent’s contract stated that he would teach six (6) hours a day excepting Saturday, where he would only teach for three (3) hours. Laurent would teach Grammar, Arithmetic, Geography, the use of the globes, history and the Holy Scriptures. He was off on Sundays and was given six (6) weeks of vacation. Laurent would still be required to give public lectures but his expenses would be paid. Laurent was permitted to give private lessons outside of school hours. His contract would pay $1000 per year, $200 which would be deducted and put towards a payment of $5500.00 at the termination of his contract. Lastly, Laurent and his growing family would be provided with the appropriate housing, with its costs assumed by the Asylum. 

 

Laurent appeared pleased with his new situation and he set about his work with haste. Some of his work included mentoring and encouraging those around him. In this same year, Laurent wrote to Alice Cogswell (now 20 years old) about her need to continue her education. It was not clear why she was not still at the school. Laurent recommended that, for her health, that she visit with her friends more often and walk out often when the weather permitted. If she remained at home, she should write to others to keep her fluency, to read for a half hour every day and focusing on history, travels, edifying novels for leisure and books of piety. He especially felt that history would give her examples of good and evil that would prevent her from straying. 

 

Laurent, always a family man, mourned with Eliza the losses in his new family. Mr. Benjamin Prescott, Eliza’s uncle, who gladly gave this young couple his home for their wedding had died. 

 

Due to Laurent’s prominence he was approached by others about attempts to establish new schools for the Deaf. In 1827 he was approached by backers of a new school in New York, hoping that he would educate members of the legislature about the methods of teaching the Deaf. New York State wished to establish a school based on the Hartford system and wished an evaluation of the efforts already untaken in the state. They were familiar with Laurent’s work at the Pennsylvania School for the Deaf and hoped he could provide them the same service. Laurent was known to not hold his punches when it came to the important task of giving the Deaf a language and an education. 

 

Laurent responded to the Honorable John C. Spencer of the Albany Senate by highlighting his statement that the “a pupil educated at the American Asylum at Hartford, was altogether beyond that of any pupil you had seen at the institution in New York City, and your wish to understand the reason for this difference”. Laurent commented that Hartford had offered assistance but it was declined. He had visited the school several years ago and while they appeared to be working hard, found little method to their program. They used some Indian sign language, signs learned from their pupils and some techniques gleaned from l'Epee’s and Sicard's published works. But he noticed they were good at math but that was the easiest subject. Laurent felt that their methods made it impossible for the students to express their own thoughts or to comprehend those of others. 

 

While Laurent had much to say about the deficiencies of the New York School’s methods he did not wish to have the legislature abandon them. He encouraged them to build their asylum and introduce the better, Hartford, system. Also, Laurent provided a postscript after discussing their letter with Thomas Gallaudet. Laurent clarified that it was the experience of experienced living instructors conveying the methods, not books, that gave them greater success. He reminded these politicians that the Hartford school had always avoided coming into conflict with other Deaf institutions.  

 

Also in 1827, we begin to see the first indications of struggles between Laurent and the Board of Directors over issues of housing and salary. In April of that year, Laurent brought to their attention the clauses ensuring housing and his keeping any payments for private lessons. It would appear that Laurent might have been expanding his family into rooms adjacent to his apartment and the Board of Directors took issue with it. Laurent wrote to the Directors indicating that he respected them too much to question their rejection of his requests. Later, it appeared that the Directors increased Laurent’s salary by $100 per year so he could seek lodging outside of the school apartments. 

 

In 1828, Laurent felt it was necessary to give an accounting of his family to his daughter, Elizabeth Victoria Clerc (8 years old). 

 

“Laurent’s father was Joseph Clerc, a notary by profession, as well as a judge and for many years the Mayor of La Balme-les-Grottes. Joseph had died in 1816 after Laurent traveled to America with Thomas Gallaudet. Laurent appeared to express sadness that he had missed his passing and could not attend his funeral. As well, Laurent’s mother, Elizabeth Candy, whom his first daughter would be named after, died in 1820 while Laurent was away. He expressed that his parents were very kind and he felt their loss greatly. 

 

Laurent’s grand uncle, his father’s brother, was also named Laurent Clerc and lived in Lyons. He is named after this uncle. His wife was named Victoria, which provided Laurent’s daughter with her middle name. 

 

Eliza’s mother is named Sabrina Boardman. Eliza’s brothers were John and Elijah. John’s wife is named Lucretia. These brothers resided in Huntsville, Alabama by 1828. Laurent had never met Eliza’s father, Colonel Elijah Boardman. 

 

Laurent has one (1) brother, Francis Clerc who resides unmarried in Lyons and is a merchant. Laurent has three (3) sisters. Margaret is now Mrs. Lurin and has two (2) children. Mary is not married and takes care of the parents' home. Victoria is now Mrs. Pollosson and has one son. Laurent has a maternal uncle living in Lyons by the name off Mr. Candy and who has many children.”

 

As well, Laurent remained in contact with his Holiness Benedict Fenwick, Bishop of Boston and founder of Holy Cross College in Worcester, Massachusetts. Laurent had met Benedict Fenwick, then a clergyman on his arrival in New York in 1816. Now Bishop of Boston, he wished to introduce a Dr. Kinnis of Quebec, who wished to visit the Asylum in Hartford. 

 

In 1829, we see further examples of Laurent becoming the advocate for the other Deaf instructors and his attempts to formulate the methods by which the Asylum would use. Also, we may be seeing the onset of conflicts between Thomas Gallaudet and Laurent of the direction of Gallaudet’s role. It appears that Gallaudet, superintendent of the Asylum, wished to either retire or teach fewer classes. Laurent felt that he must reiterate his opinion that Mr. Gallaudet should continue teaching, due to his skill. He encouraged the Asylum to increase Gallaudet’s salary. He reminded them that the Abbe Sicard taught until he was sixty (60) years old and noted that Gallaudet was only forty (40). Laurent did not mince words when advocating for the school, indicating that Gallaudet could work for another five (5) years and by this time the younger teachers would no longer need his instruction, rendering him obsolete. During this discussion a list of questions about Mr. Gallaudet’s job description seemed to indicate that his superintendent duties were minimal and he was needed as a teacher. Later letters to the Board of Directors from the instructors in 1830, pressed home their earlier opinions remained the same. Also, they did not wish to disrespect Mr. Gallaudet and his contributions to Deaf education in America.Thomas went so far as to ask the instructors for the views on his job description should he remain at the school. Thomas goes on, in writing to prevent confusion, to press the instructors to discuss the possibility of new duties being assigned to his position as principal. He wishes this dialogue to occur and to have their input, as it will make it easier for everyone once it is established. 

 

There was clearly a difference in opinion between Laurent and Thomas. Mr. Gallaudet’s attempts to change the code of regulations established in 1823. Votes by the Board of Directors appear to be changing Mr. Gallaudet’s job description. Mr. Gallaudet may have requested them as a condition of his remaining at the school. Mr. Gallaudet appeared to want to remain principal of the school, not teach classes and have the privilege to devote a larger part of his time to his own “personal concerns” which would increase his income. The instructors do not seem to be in agreement with the changes and Mr. Gallaudet appeared concerned that they would see the changes as asserting more power over them. 

 

Laurent and the instructors took the unusual step to consult with a Professor Omstead of Yale University about the powers and duties normally conferred on officers of the school. Mr. Gallaudet consulted with him as well. He felt that the instructors and himself, as principal, should submit their proposals on the “distribution of power” between these two entities. Mr. Gallaudet also wished to convey no disrespect within his letters. He also took umbrage that the instructors used Professor Omstead’s letter, itself meant to be private, in dealings with the Directors. 

 

Laurent and the instructors then clarified some points before the Board of Directors. They believed that Mr. Gallaudet was presenting that his reasons for considering retirement were solely a difference of opinion with the Assistant Instructors about the Code of Regulations for the Governance of the Asylum. The instructors appeared to be promoting a system of government based on their extensive experience and concern for the school. However, should the Directors agree with Mr. Gallaudet’s changes they would respect them. 

 

Laurent may have been an infrequent traveler to Quebec during his lifetime. In 1830, Laurent notified George ………. That he will be going to Quebec in October but he dissuades his friend to avoid the trip due to the weather being “unpleasant and the walking bad”.

 

In 1831, T.C. Brownell, minister for Laurent and founder of Washington College (Trinity) of Hartford writes to Laurent asking his friend to entertain a Mr. Lazarus of North Carolina who wishes to visit the Asylum. 

 

In 1835, Laurent continued to provide instruction to others seeking knowledge about his abilities. In a series of written answers to Mr. Frederick Barnard, Yale graduate and a teacher at the New York Institute for the Instruction of the Deaf and Dumb, Laurent indicated that he presently thinks in English, having taken about four (4) years to transition from French. He reminds the questioner that he can think and communicate more rapidly in signs. He sees the correct signs in front of him when he thinks of a word or sees it on the written page. In front of his class Laurent thinks in signs but in conversation with others he first thinks of the words before signing. 

 

It is in 1835 that we see the first indications, through a series of twelve letters (12) spanning …….. years, of a relationship between Laurent and Anna Maria Pole, a wealthy single woman from England. From her family estate, Aldenham Abbey, she writes to her friend that she is anxious to get a response from her July 1834 letter to him which contains his travel plans to Europe. Our Miss. Pole was transitioning to an address in London soon and updated him on important things. One is that she had met a pupil of Laurent’s, Mr. Isted at Tunbridge Wells in Kent, where he participated in some hunting. 

 

It is at this time that Laurent had requested of the Directors of the Asylum to allow him to travel to Europe and to assume his responsibilities as a teacher when he returned. The Directors appeared to agree and with Laurent’s ten (10) year contract now expired the negotiations began. Laurent was requesting $1500 per year in salary but the Asylum felt that his worth as a teacher necessitated $1300 a year for the next ten (10) years. Laurent would be paid during his trip, not to exceed one (1) year to help with the expenses of travel. In addition, the Asylum advanced Laurent $500 for expenses while absent.

 

In May I835, Francis (13) traveled to France with Laurent. The plan was for Laurent  and Francis to visit parts of Europe before depositing him at a school in Lyon. Francis, writing to his mother, goes on to write about their trip to Paris before coming to school. Laurent was visiting with friends and took the opportunity to expose Francis to his old haunts and the tourist attractions of Paris. Francis describes visiting the Menagerie du Jardin de Plantes, the gardens of Luxembourg and the Tuileries. They visited the Chamber of Deputies before visiting the theaters, Cirque Olympique and the “Opera”. The Queen, princesses and the Prince of Naples attended the same night father and son did. 

 

Laurent wished that Francis visit the Cemetery de Pere La Chaise, the burial place of Laurent’s mentor, Abbe Sicard. Laurent and Jean Massieu wrote the inscription on the tombstone. Laurent often went to the school on St. Jacques. Laurent took his son to Versailles, where both enjoyed the Temple of Love on its grounds. 

 

Father and son visited Laurent’s old friends, like philosopher Baron Joseph-Marie de Gerando, where Francis played bocce ball. They even met with other families from America, who were also depositing their sons in France to be educated. Laurent and Francis also visited the Royal Library followed by the Musee Royal near the Royal Palace. After these visits, Laurent and Francis began making their way to Lyon by diligence (stage coach).

 

Writing to his Elizabeth, Francis described a trip to Geneva and Lausanne, Switzerland with his father. Traveling by diligence they would visit churches and the home of the great philosophers, Voltaire and Rousseau. They also visited with Mr. and Mrs. Eliza  Gallade Rumpff, who is the daughter of John Jacob Astor of New York, America’s first multi-millionaire. Writing to his mother on December 6, 1835 from his home in the La Croix Rousse district of Lyons, Francis indicates that Laurent is now back in Paris. At some point when describing Laurent, he says that his father has become so fat that he can hardly put on his pantaloons. Francis was the benefactor of these clothes that would not fit Laurent. Francis and Laurent have plans to travel to Cremieu to spend the days of Christmas with the Candy family.  In Lyons, Laurent was visited by a Mr. Rockwell, a former instructor at the Asylum in Hartford, who was fleeing the cholera epidemic in Marseilles. In two outbreaks in Marseilles in 1835, a total of 3441 people died, a mortality rate of 48.6%. 

 

Laurent had returned to the United States in April of 1836. His daughter, Elizabeth communicates to her brother that Sarah is at her side on a rocking chair, with no carpets and almost all the floors are in a sort of stone hewed and waxed. Laurent and Eliza appear to have decided to build a house in Hartford. 

 

In January 1837, Laurent appeared to have petitioned the Harford County Superior Court. Laurent is asking as a foreigner, twenty (20) years in Hartford would like to have the right to be authorized and empowered to hold, convey and transmit by grants, derise descents or otherwise real estate in Connecticut like any other native citizen. Could this be about the recent discussion about building a home in Hartford. 

 

In 1837, we see Ms. Anna Maria Pole appear again in Laurent’s correspondence. She has not seen Laurent in person for twenty-two (22) years and very much wishes he had a keepsake from her. She remarks that Francis may be in Paris in March of this year. She updates Laurent on the health of her family and the lack of much news in her life. Laurent has sent her a report of the Asylum in Hartford for her to read. She is disappointed that Laurent is not writing more frequently and says that she would like to visit the Asylum someday and to know his family. She continues to visit with her sister, with her invalid mother, at Aldenham Abbey. Ms. Pole is giving Laurent some recommendations for novels written by Charlotte Elizabeth Tonna and promises to send some to him. She expresses her sadness at the passing of Jean Massieu. This is interesting as he was not supposed to have passed until 1846 according to Wikipedia.

 

In 1838, Ms. Anna Maria Pole wrote to Laurent. He had sent her some pamphlets but she appeared annoyed that he was not writing her with personal letters. She sends her best wishes to Mrs. Clerc and Laurent’s children but has little of interest to report about herself. 

 

In May 1838 the Trustees of Washington College (Trinity College) conferred an honorary degree on Laurent. 

 

It is noted that in the Connecticut Annual Register of 1839, Laurent is listed as an assistant instructor under the principal, his former pupil, Lewis Weld. 

 

Our Ms. Anna Maria Pole writes around Christmas that she does not wish a year to go by without trying to communicate with Laurent. She inquires about the health of Laurent’s family and then gets into gossip about Queen Victoria and her marriage to Prince Albert of Saxe-Coburg. Ms. Pole wrote three (3) times in 1840. Laurent continues to send reports from the school and she is not happy with the lack of intimate material. Eventually a letter, possibly forwarded by Ms. Sigourney arrived months later. Laurent has conveyed that Mr. Clerc is not well and that the Asylum is flourishing.    

 

It is noted that in the Connecticut Annual Register of 1841, Laurent is listed as an assistant instructor under the principal, his former pupil, Lewis Weld. Ms. Pole continues to be annoyed at receiving annual reports from Laurent and not personal letters. 

 

It is noted that in the letters from Laurent’s children they often refer to some pear trees that may have been planted by him at their home in Hartford. 

 

Again in 1842, Ms. Pole comments that it has been twenty-six (26) years since they met and she now believes that they will never meet again. She laments Laurent’s lack of communication. She did remark that she had helped a Deaf and Dumb boy admitted to the Asylum but it is not clear if that means providing financial assistance. 

 

In 1843, Laurent was awarded a Diploma from the Society of Education in Lyon, France. Francis writes his father a letter where he comments that Eliza’s brother, John has died. Ms. Pole sends Laurent her yearly letter after receiving a forwarded letter of his. She congratulates him on the marriage of Elizabeth to George Beers. Laurent’s son, Francis, has taken a position in a boys school in Richmond, Virginia. Francis told his father that he would visit the Peale portraits of Laurent and Eliza on his transition through Philadelphia. 

 

No year would be complete without a letter from Ms. Pole and 1844 was no exception. This time she was at Northampton Court in Tewksbury. Lewis Weld was traveling in England and dropped off a letter from Laurent. She sent a package with Mr. Weld for America which contained some prints of her father’s art, an inkstand for Eliza and a gift for Elizabeth to celebrate her recent marriage.

 

On May 13, 1845, The Rt. Rev. T. C. Brownelll married Capt. George W. Beers, of Buffalo, NY, son of Seth P. Beers of Litchfield, CT to Miss Elizabeth V. Clerc, daughter of Prof. Laurent Clerc of Hartford. 

 

On April 28, 1846, Laurent requested the Asylum Board give him a leave of absence for a one (1) year visit to France. Laurent was asking that his salary continued to be paid at $1000 a year while on leave. Laurent uses this request to remind them that he is due $1100 under his contract for the $100 per year from 1835 to 1846 in lieu of living outside the school housing. Apparently, a committee designed to negotiate Laurent’s last contract and one member, Henry Hudson, decided that Laurent’s $100 per year should be banked for the future. Laurent had hoped that these funds could be used to repair his house. The Asylum felt differently about the “verbal” contract with Mr. Hudson, who was now deceased, declined Laurent’s request. They felt that his increased salary, to $1300, included that amount and his supposed agreement was not documented in his contract by Hudson. They did approve a salary of $1000 during his year aboard. 

 

In preparation for his trip, Laurent believed he needed to secure a passport to travel to France. Laurent sought the help of the Honorable James Dixon, a representative in the United States House of Representatives to petition James Buchanan, Secretary of State for the document. Buchanan (future President) sent a letter back indicating that Laurent was not a United States Citizen. Laurent would travel with a U.S. passport and would receive an internal French document on landing. Laurent embarked from New York on the packet, Argo, on August 8, 1846 with his son, Charles Francis Clerc, whom he intended to leave with relations in Lyons to improve his French but also to study silk production. 

 

Laurent wrote a diary of his travels in 1846 to schools for the Deaf & Dumb in France and England. His voyage took twenty-two (22) days to arrive in Havre, France. Laurent and Charles then embarked two (2) days later by rail for the overnight ride to Paris. Laurent’s first impulse was to go to the St. Jacques school. On arrival the concierge almost did not let him in as it was closed for vacation. Even after understanding who Laurent was he declined his entry as it was the rules of the institution. Laurent persisted and a plan was made to wait for Professor L. who was out at dinner. On his return, he let Laurent into to view some of the vocational classes happening at the time. He was disappointed that he could not witness the other classroom instruction. 

 

We do not have many letters from Eliza Clerc but some to her from family members and her children. In September 1846, her cousin Nancy Crocker, wrote of family business. She also made the statement that she learned from other family members that “you are well & bore the separation with fortitude and feel, Dear Eliza, that it is a great trial to be so long separated from your dearest earthly friend and from you son Charles for years, perhaps”. Nancy says that she had the opportunity to see Elizabeth and George Beers on September 2, 1848 for tea. They were making their way west from Hartford on the way to their home in Buffalo. 

 

In October 1846 he went to Lyons with Charles. With Charles settled after a few weeks, Laurent headed to La Balme-le-s Grottes to pass the winter with his sisters. He visited with family members in the area during this sojourn but returned to Lyons to check on Charles and visit the School for the Deaf & Dumb in that great city. Founded by a Mr. Cornberry in the 1820’s it sat on a bold hill overlooking the western suburbs of Lyons. On his death, his daughter married a deaf man named Mr. Forestier and they took over running the school. These hearing administrators hired Deaf & Dumb assistants to teach the classes. Laurent loved to give advice but Mr. Forestier did not seem interested in Laurent’s suggestion to connect the school to a priest or wealthy benefactor to help promote the school…the Sicard model. Laurent also traveled to the city of St. Etienne, south of Lyon. They had two (2) schools for the Deaf. One for girls run by some benevolent nuns and the other by two men educated in the priesthood. 

 

With time to burn in Lyons, Laurent would visit throughout the city. One day he saw a notice about a Mr. Lafontaine who claimed to cure deafness with animal magnetism. Laurent, always curious, wanted this man to operate on him. But God appeared to intervene and Charles got seriously sick and Laurent missed the presentation. 

 

On a trip with a friend, Laurent came upon a deaf milkmaid in a small town on the border of France and Switzerland. He quickly taught her fingerspelling, so she and the town folks that had gathered were amazed with their efficiency of communication. Laurent was reminded that if someone was exposed to other Deaf & Dumb individuals and taught sign language then she might have experienced so much more. This led him to state that he was blessed to be founding every where school for the instruction and education of these “unfortunate beings”. Unfortunately for us, the latter pages of his travelog remain lost.

 

In November 1846, Laurent might have been surprised by a letter from Francis, recently graduated from seminary, that he was engaged to Julia “Juta” Lord Perry. Given the trans-atlantic mails service a letter of Francis’ marriage arrived soon afterwards. 

 

Meanswhile, in Hartford. E.T. Sloan, a pupil in Laurent’s class, said in a letter that “Mr. Clerc teaches some of the pupils and stays thirty years. He wished to see his brothers and sisters and all his friends. He is a deaf and dumb and good man. Mr. Clerc wished to go to France. Before he went to France, some of the pupils went in a shady grove on Saturday afternoon. Mr. Clerc sent love to all the pupils and they sent love to him. Mr. Clerc went in a ship across the ocean eight last August. I hope that God blessed him.”

 

By February 1847 Laurent was winding up his trip to England and France with a letter from La Balme to Charles in Lyons. He was delayed by the absence of his father-in-law arriving later than expected. Laurent inquires about his experiences there and worries about Charles' newly installed wood stove. La Balme is covered in 2 or 3 inches of new snow and it is very cold there. The Rhone is frozen. Laurent walks alone every day, much like he must have as a young boy. His sister Marie is not in good health and this results in brother and sister reminiscing by the warm fireplace over old journals and letters that Laurent wrote to his family before and after he left for America. 

 

Days later, on Wednesday, February the 27th, Laurent is writing to Charles, annoyed that he has not received any word from him for ten (10) days. Laurent is worrying that the new humidity of his lodgings might make him sick. 

 

Laurent had good reason to be worried about Charles. Charles relates to Francis that he has moved to the Pont St. Clair area of Lyons. He has a magnificent view of the Rhone and the surrounding country. He left the old residence because it was too far from the center of the city and he was disgusted with his landlady. She was too curious and charged him too much for her attention while he was unwell, a cold and slight attack of inflammatory rheumatism. Charles says that he does not get meals with his lodging and must take them at local eating establishments. 

 

Instead of writing to his father, Charles seems to be penning a letter to his brother, Francis.  Charles comments that his mother has been sick and he is glad she had gone to Buffalo to stay with Elizabeth. He says that it is not often that Eliza chooses to leave her home and he hopes it will do her good. Charles lets Francis know that Laurent is a La Balme and that he is finishing up his business with Mr. Clerc, Polloson, Candy and Monavan. Laurent had left Lyons approximately three (3) weeks earlier. Laurent planned to stay near Lyon for another month and then spend the rest of his time in Paris. 

 

Laurent wrote to Charles from La Balme on Saturday, March 20, 1847. Laurent appears to be making his rounds to collect on debts from investments made in family business. He travels to Bourgoin and Cremieu briefly. He informs Charles that he plans to return to Lyons on the 23rd or 24th. He asks Charles to let his creditors know that he is coming to settle their bills. Laurent then plans to travel to Neuville to bid the Bottex adieu and to him him help to collect his money from Mr. Decross, who has been found. Laurent will then return to La Balme to stay a week with Charles before returning to Paris. Laurent seems to not know that Charles has decided to stay in Lyons but supports his son making that decision. Laurent asks Charles to straighten out his newspaper subscriptions and they have stopped arriving. 

 

Laurent wrote to Francis from Paris on May 14, 1847. Laurent laments that his choice of making Charles his secretary and responsible for getting letters home. Laurent left Lyons on May 1, 1847, He left Charles well and content and willing to remain a year longer. He arrived on May 2, 1847 and put up at the Grand Hotel des States on rue Notre Dame, opposite the Messagerie Royale. He has decided to stay there until he leaves Paris for the coast in June. He has not decided yet if he will leave for America from Harve or Liverpool. This depends on the state of his expenses. 

 

Laurent recounts to Francis that he was sent to the Paris Institution when he was eleven (11) years old, where he remained until he was twenty-one (21), the first time they let him go home for a vacation for four (4) weeks. His next trip home was several more years, always in the autumn season. Therefore, he never had the chance to spend the winter at home, in La Balme or Lyons and was convinced he would during his trip. He realized that he did not like the winter in Lyons as it was cold, damp, muddy and dirty. And the people there used the wood stoves very sparingly. So he went to La Balme to stay with his sisters. While they were very lonely, they could sit by the warm fireplace and were happy to be there. But the weather was about the same as in Lyons but the road being dry they made many outings. They went up and down mountains and took in the country scenery. They went to Pressieu to see the Clercs, to Ambutrix to see the Candys and Bottus. To Bourgoin to see the Pollosson and Perregeaux. He went then to Lyons to see Charles, then on to Vienne to see the Dode, back to La Balme and back to Lyons before setting out for Paris. 

 

Laurent relates that Joseph Clerc has not failed in business. Laurent has lost a 17,000 franc investment. Apparently, Joseph knew he was going into debt, keeping it secret and then fled Lyons for Pressieu and lived very luxuriously with his friends. He duped everyone and his partners/employees did not sound the alarm for several years. Now he is struggling and contemplating suicide. Laurent saw him daily and now Joseph’s plan is to sell off the remains of his business and go to Pressieu to live in his wife’s family home. He will be dependent on her family. For a moment, Joseph thought he could go to America with Laurent and take up business. Laurent discouraged him, except to say that French teachers were more in demand. This did not please Joseph and he talked of it no more. 

 

He described Mr. Decross as a child who ran off when the business began to fail. He lived more extravagantly than his means would permit and borrowed much by mortgaging some of his estates, without the knowledge of his family. When the loans came due he ran and disappeared. Everyone thought him to be assassinated or drowned. After searching for him for over three (3) months they found him between Nimes and Marseilles. They forced him to return to the family estate where much of it will be sold off to pay his debts. He refuses to pay Laurent his 6000 franc investment and without a record of it Laurent knows it is gone. 

 

While in Paris Laurent is visiting the Deaf and Dumb Institution. People who had met Francis during his stay there in 1835 gave their warm regards. He says that Paris is better since their trip there twelve (12) years earlier. There are many new public institutions, monuments, superb private houses, hotels, bazaars, large and fine streets. There are magnificent depts for railroads and in better order than anywhere else he has seen. He no longer sees beggars on the streets. Laurent is visiting everything but he is not sure he can make it to all the things he wishes to visit before returning to America. 

 

He feels that the people, in general, are better dressed and appear more happy, even more comfortable. But he does not see as much gaiety as before. He believes that the population is more “church going”. He puts that all down to their wise King Louis Philippe and the long state of peace in Europe. Laurent comments that there are many foreigners and tourists! Laurent says that he has purchased the books that Francis requested and with the permission of God he will be able to deliver them personally. Laurent says that he has not met any of the people from Connecticut that he was told would be in Paris. He did meet Mr. Walsh, the U.S. Consul at Paris, an old acquaintance of his. 

 

Laurent, with some time on his hands in Paris, wrote to Elizabeth on May 29th,1847. He had been enjoying Elizabeth’s letters during his time in France and was excited to see all the Beers family members on his return home. He indicated to her that he had been in Paris since the 2nd of May. He described it as a “gay place” and that the weather was beautiful. Different from his letter to Francis, Laurent highlighted the pretty girls who were elegantly dressed at the shops, stores and coffee-houses he visited. He was enjoying the pleasant promenades full of seemingly happy people, indulging themselves in all sorts of amusements. Always providing social commentary, Laurent wrote about the citizens of the city acquiring fortunes by trade whilst the nobility and gentry are squandering away their estates  left them by their ancestors. Laurent must have been still smarting by Mr. Decross’ betrayal and refusal to pay his debts. 

 

And is Laurent becoming more melancholy in his old age or is he a child of the revolution? He writes that this has always been the conduct of mankind in trading nations. On sows, another reaps, while a third part enjoys all the fruit of their labor. He goes on to say that he is neither fond of gaiety nor solitude. “In all things there is a medium which ought to be preferred to extremes”. “A sudden elevation to affluence or grandeur and a sudden fall from either  are equally dangerous, the one too often plunges the person in all sorts of immorality.” Oh yes, he then references Joseph Clerc and Mr. Decross who fared luxuriously and rode princely and were now depending on others for their livelihood. 

 

Laurent may be feeling the changing times and the loss of many of his past friends since his last voyage to France. The ones that remain are very happy to see him and they go out walking with people everyday. When alone he goes to visit “the principal public institutions” of Paris. When he is tired of the hustle and noise of the city he goes to the country, apparently to find quiet and to feast upon salads made from the “blooming garment of Spring”. Laurent has seen the King and Queen riding through Paris in a carriage drawn by eight (8) beautiful horses. Laurent the monarchist commented that the King looked well for a man his age. Laurent remarks that he could apply for tickets to balls, dinners and concerts in the royal court but the cost of proper clothing was beyond him. 

 

As Laurent mentioned to Francis, he has not decided whether to return to America through Havre or England. He divulges the reason for his indecision to Elizabeth, the concern about double taxation of the silk goods he is bringing home. 

 

Laurent comments that Charles is finally on track with their plan for weekly correspondence. In June 1847, he set out to the countryside to see how silkworms are bred, cocoons formed and silk threaded. All part of his ongoing education to find work in Lyons great silk industry. Charles did not get an invitation to live with any of the Clerc relatives in Lyons and is living alone in lodging. Laurent wonders if it is because of his busy and potentially disruptive school schedule. Or because they have no children his age. Or perhaps Charles is not anxious to give up his freedom. He takes his breakfast at the coffee-houses, his dinners at a boarding house or restaurants nearby. Apparently, this is common among all the young men of Lyons who do not live with their parents. Laurent laments the $600 a year that it will cost him but there were apparently few other options. Laurent believes that at the end of the year Charles may be able to find a situation with a salary or come back to the United States and work in the silk industry in New York.

 

Laurent appears to be carrying “daguerretories”, apparently uncommon in  France,  of Elizabeth and the other women in the family. He had been sharing them with all the Clerc family members during his travels. Viewers commented that Laurent’s daughters looked like young ladies of distinction. Laurent may have been carrying a miniature portrait of Charles and people commented on the resemblance. They all recognized Francis from his previous visit but found him thin, sober and pale. Some said that Francis drank only water and the gravity of his being a Protestant minister accounted for this. These devout Catholics commented that they hated Protestantism as it makes everyone look so grave and unhappy. Laurent asked his French relatives to have daguerretories made of themselves so he could take them home, but the ladies said they would appear too old and ugly in lieu of these attractive young Americans. Lastly, Laurent says that if he does not find Sarah and Eliza in Hartford he will head straight to Buffalo to visit Elizabeth. 

Before Laurent left Paris, he wrote about his visits to the Paris Institute for the Deaf and Dumb on rue St. Jacques. He was very excited to see the teachers do their work in the classrooms. He remarked that they still separated the boys from the girls, unlike at the Asylum in Hartford. His first class to view was that of Mr. Berthier, a former student of his and now the senior teacher at the school. He described Berthier as a distinguished author and lecturer. After visiting the other classes Laurent vowed to return for a closer look. He was surprised that the school used articulation in their method and that they attempted to do this with just one teacher. Laurent was asked not to display his doubts for fear of discouraging the pupils. Laurent kept silent but observed that the teacher was losing the attention of the boys not focused on. Laurent made a test of some of the students abilities but was not impressed with the results of this oral method.  

 

It has been about three (3) years since we have had any correspondence from Laurent’s admirer in England, Anna Marie Pole. She appears to have received a letter from Laurent about his choice to return to America through England. She appears to be getting her wish to see him again thirty-two (32) years after they first met. 

 

While in London, Laurent appears to be trying to visit with Thomas Watson, son of Joseph Watson, founder of the London Asylum and nephew of Thomas Braidwood. Mr. Watson indicated in a letter to Laurent that his apartments were under renovation and that might prevent them from connecting. 

 

On June 28, 1847, Laurent wrote to Charles again notifying him of changes in his travel plans. Laurent was to leave London that week and travel to Havre. But now he is staying in London until July 2nd. He will travel to Southampton to disembark on the ship “The Washington”. The reason is that the ship is now not going to Havre and they are bringing the passenger from there to Southampton by steamboat. 

 

On July 6, 1847, Laurent was still in Southampton, having received a lovely letter from Charles. Laurent says that he left London on Saturday the 3rd of July, taking the railway to Southampton, a distance of seventy-eight (78) miles. Laurent seemed excited that it took only three (3) hours at an average speed of twenty-six (26) miles per hour. Laurent has taken a room at the Dolphin Hotel on High Street. He finds the town smaller than Hartford, with narrow streets and a lovely wharf. He had visited the ship several times and found the bedrooms to be rather small for a packet ship. There is no room for his large trunk so he plans to break the rules and put it in the dining room. The American Consul, Mr. Croskey is one of the two hundred (200) passengers on the voyage. Laurent is one of the 1st class passengers sailing on July 10th and hoping to arrive in New York on the 25th of July. Laurent comments that he hopes to find everyone healthy at home but feels the anxiety of separation already from Charles. He gives his adieu 1,000 times to Charles and asks him to be careful.

 

However, by July 12, 1847, Laurent still remained in Southampton. It turns out that around seventy (70) miles out to sea the furnaces in the ship began to melt. They tried to fix it at sea but decided to return to Southampton for repairs. It was blamed on “bad coal”. They did not return to the wharf as the captain was fearful that the crew would get drunk and get in fights. Laurent returned to the Dolphin only to write letters and will return to the ship in the evening. Laurent had met a classmate of Francis from Trinity College on the ship. 

 

Laurent received a letter from Charles, in Lyon, dated September 25, 1847. Charles blames the packet ships and procrastination for their frequency. Laurent appears to now be in Buffalo visiting Elizabeth. Sarah and Eliza are still there and everyone is glad to be visiting with the new baby. Charles had been visiting La Balme with his aunts and getting updated on the Clerc family happenings. He did some hunting in Pressieu and was glad to contribute his game to several wonderful dinners. He informs Laurent of the loss of one of his family, Mr. Rozier. He comments on the strange will he left, where he gave his estate away to nephews and nieces, giving on his watch to his wife. 

 

On his return to Lyons, he was offered a position with a silk merchant. Joseph Clerc is finally going to settle his debts with Laurent but only at ten (10) percent of the original investment. Another nine (9) percent will come from a Mr. Thollon. 

 

Charles says that he is glad that Eliza and Sarah loved their gifts Laurent brought home from him. He gives some instructions about how to divide them among them and Elizabeth. Charles teases Sarah with the idea that unmarried women do not exist in the social life of Lyons, only married women attend the parties and are recognized. Charles tells Sarah to wear the dress he bought her and not to let it languish in the drawer. Lastly, Charles lets Laurent know that he is eating well at the dinners he has been invited to by the good families of Lyon. 

 

Another letter arrived from Charles on October 18, 1847. He clarifies the work situation he has been given. It is with a “commission silk merchant” that does business with many American and English customers. Charles does sales and translates documents. Charles remarks that he ran into a Hartford native, Alf Woodbridge in a cafe and now sees him everyday for dinner. Good news on the Joseph Clerc debt front, several payments are now coming Laurent’s way. Charles performs his duty of summarizing the aging and increasing losses of Clerc family members there. 

 

As we entered the new year, 1848, Charles continued to update his father on his situation in Lyons. Charles loves to focus on the deficiencies of the mail in his letter. He does let his father know that he is feeling better after a serious bout of the “grippe”. He comments that Lyons has been suffering from his illness and the winter weather has been damp and nasty, necessitating he stay close to the wood stove. January weather is looking up with its dry cold mornings and sunny afternoons. The Rhone has been frozen and he is a celebrity on his ice skates. Charles has agreed to start bookkeeping lessons while business is slow. The rest of the time he is focusing on reading and writing in French, making great progress. Charles needed to withdraw Laurent’s money from Mr. Thollow due to his retirement. A lengthy description followed about the troubles he had with finding a new investment home for it. 

 

Charles has done very well in the business this year and will get a salary in the coming season. If he returns to America, his employee believes he can help set him up there with associates in the importing business. It appears that Charles has decided to return in the fall of 1848. Charles is again enjoying the winter social scene in Lyons. He is attending many balls and dinners, being a member of the “Set”. During Carnival the events are nightly, sometimes with two hundred (200) people in attendance. Charles goes on endlessly about his outfits and the social norms of society, deciding to stop thinking Laurent may not be so interested. He defaults to the tried and true topics of family illness and impending demise. 

 

Before signing off Charles asks about Elizabeth and the baby. Sarah had written him an account of her long trip to Boston. Charles remembers his trip there with the Beers several years earlier. He gives wishes to everyone and comments that his letter from Eliza was the best he had received. 

 

In March of 1848, Charles was witness to the brief revolution taking place around France. Laurent’s favorite king, Louis Philippe was overthrown. Charles writes “Vive la Republique! He speaks about the triumph of the people and the principles of lIberty, Egality and Fraternity. Charles called out the king as being hard headed and obstinate, feeling that if he had granted more privileges to the people he would still be on the throne. While the Parisian riots sounded exciting to Charles, things in Lyons are tamer but this news was stupefying. In Lyons the troops are out to keep peace. Some silk weavers were storming the Croix Rousse and the hotel de ville. They burned and pillaged the public offices, singing La Mareillaise and making a loud racket over a period of three days. The National Guard had been re-established and so had the order in the city. The National Assembly will meet again and Mr. Candy (cousin) is being put forward as a representative. The workmen of the city, the weavers, butchers, bakers, cleaners, street pavers, washerwomen and garcons of the cafes have all joined the cause for higher wages. 

 

But then Charles, always the bourgeois, bores of politics and describes the feast he had several weeks ago. Copies of the New York Herald arrived from America and consumed his interests. The anticipation of his return to America can be felt in his words. Charles recounts the Clerc family news and signs off with well wishes to everyone stateside. 

 

Questions about Laurent’s impact on Canadian Deaf populations appear to find an answer with a letter from Ronald MacDonald of Quebec. On October 13, 1848 Laurent received a letter from him announcing that the Catholic Bishop of Montreal was going to add a school for the deaf-mutes unless the provincial legislature did so first. Abbe Lagorce, now a director of an orphanage in Montreal will be the director. Mr. MacDonald has been compiling a collection of books and other documents related to the instruction of deaf-mutes but they were lost in a big fire in 1845. Abbe Lagorce has asked Mr. MacDonald asked Laurent for a list of resources he could utilize. Mr. MacDonald sends Laurent a Gazette newspaper article about the schools he proposed in 1835 and now they may hire him as a teacher. Mr. MacDonald said that he was going to make it a condition of employment that he be allowed to return to study with Laurent beforehand. He was very interested in seeing a copy of Mr. Weld’s report of his travels to deaf schools in Europe. 

 

In 1851, Amherst College conferred an Honorary Master’s Degree on Laurent, to recognize his contributions to Deaf education. 

 

The year 1852 begins like every other had done, with Laurent focusing on his work at the school and Eliza caring for her family. Laurent is asked to write a autobiographical sketch of his life as part of an introduction into the life of Thomas Hopkins Gallaudet who had died the preceding fall. His passing ended one of the unique collaborations in the history of education in the United States. 

 

However, Laurent and Eliza would face another significant loss. Their son Charles Michaelm who was living and working in New York City for the Gourds & Freres import company had fallen ill. That fall, Laurent writes to his daughter Sarah about his trip to New York to help care for an ailing Charles. Charles appeared to have been ill but the doctors were more encouraged by his progress. He was described as having severe bleeding for his lungs. The prognosis appears guarded and the doctors are hopeful that he will improve enough to return to Hartford by mid September. Charles fever appears to have diminished and his complexion was more “natural”. Doctors are visiting him everyday at this point to check on his progress. Eliza and a friend, Mrs Burgess, are nursing him around the clock. Sarah had left a note for Charles during her recent visit but Laurent did not feel it proper to let him read it in his present condition. A letter has also arrived from Elizabeth but Charles appears to not be in a condition to read it. Laurent has decided to not return to Hartford for another week and Eliza will remain until Charles is recovered. Laurent discouraged the Demings and Elizabeth from coming to New York as Eliza wished to focus on Charles' care unimpeded. 

 

Laurent appears to have business in New Jersey, as Mr. Gourds was willing to send him daily updates on Charles' condition. On returning to New York, Laurent is greeted with a deteriorating Charles. While believing himself improving, it is clear to Laurent and his caregivers that Charles' condition is more serious. Charles may have been able to travel back to the family home in Hartford before passing away on October 21st, 1852. 

 

The year 1853 found Laurent and the faculty of the Hartford Asylum struggling over proposed changes in the role of the Principal at the school. Laurent organized the instructors to send a petition to the Board of Directors about their concern that new regulations would give the school principal (Lewis Weld) absolute veto power over the recommendations of the teachers. 

 

A year later, in 1854, we find Laurent negotiating with the Board of Directors over the status of his home on the campus property. Laurent had been offered $8000 for the property but wished to allow the asylum first right of refusal. Laurent had also been appointed to be the president of the Gallaudet Monument Association and was preparing to lay a cornerstone that year. No year would be complete without Laurent and the instructors being refused their request for an increase in their teaching salaries. 

 

While Laurent was struggling with the asylum directors, good news was coming from the City of Brotherly Love. In Philadelphia, Albert Newsam, a Deaf artist and former pupil of Laurent, had acquired the famous Peale portraits of Laurent and Eliza, painted in 1822. They had been in Charles Willson Peale’s museum of natural curiosities but had been waylaid, possibly to his son’s museum in Baltimore. Being sold at auction, Mr. Newsam had arranged for their purchase for $20 and was now offering them to Laurent and Eliza. Laurent and Eliza agreed and they were brought to Hartford by Mr. Newsam.

 

By August 1856, Laurent slowed by advancing age, opportunities to reflect on his work and spread his gospel still presented themselves. In August of that year, Laurent presented at the Annual Conference of Instructors and other Delegates of the Deaf and Dumb in Staunton, Virginia. Laurent’s address to the assembled body probably did not go down very well. He reiterated his previous concerns that instructors of the Deaf “did not take the trouble to learn our fine and admirable language of signs, nor did they endeavor to study and cultivate the system of instruction, or to teach the construction of sentences by analyzing them.” He did not see anything worthy in the new emphasis on fingerspelling and lamented the reliance of a pupil’s memory instead of their “intelligence.” 

 

With the fall foliage of 1856 upon him, Laurent attended the New England Gallaudet Association of Deaf-Mutes Convention in Concord, N.H. at the American Hotel. The convention then moved to the New Hampshire State House where they met to discuss the state of Deaf-Mutes in New England. Laurent spoke for two (2) hours and his speech was summarized in the convention meetings published in the American Annal of the Deaf and Dumb in April 1857.

 

Laurent would have been teaching the Deaf for forty (40) years at the Hartford Asylum. Over one-hundred and twenty (120) present at the convention prepared a letter to the Asylum board advocating for his retirement from teaching and his receiving a pension “which would surround him with all the comforts essential to an unembarrassed enjoyment of the remainder of the space of life which may be allotted to him.”

 

On his 40th anniversary year of teaching in 1857, Laurent wrote to the Asylum Board of Directors about the letter from his students and friends. While touched by their compassion for him he wished to let the board know that he was not thinking of retirement. With a family to house and feed he wished to continue teaching and receive his annual salary. Laurent’s letter also conveyed some angst about his past contracts and their conditions for his decadal leaves of absence from teaching. Having decided to die in America he had hoped to travel once more to France to see his family. He lamented the costs of his going and the assistance given to others promoting the school abroad. And a request for six (months) off without a reduced salary was laced with statements about being left poor and destitute. Around this same time, Laurent felt it necessary to send a summary of all his financial compensations agreed upon with the Asylum, hoping to make clear to the present board his justifications for compensation. 

 

Some possible relief for Laurent’s anxieties appear to have come late in 1857, with the loss of Eliza’s brothers, John and Elijah Boardman. Their passing in Alabama and Mississippi resulted in Eliza inheriting a share of rented land there. With a flurry of correspondence between Laurent and the lawyers handling the estate, he tries to ascertain the value of Eliza’s inheritance. However, John Boardman’s widow and daughter appear to have been siphoning off the rents for the land and its value had decreased over the years. Laurent had communicated his questions to the widow during a 1850 visit to Hartford but she was easily offended and vague. It is not clear if Laurent and Eliza were ever able to access monies for these properties. Mrs. Boardman and her daughter would eventually turn up at the home of Fanny Prescott in Waterford. Later they would reside in a boarding house in Troy, NY, before disappearing to Princeton, N.J. 

 

By the spring of 1857, it had become apparent to Laurent that he must not return to France. Correspondence from family members there had informed him of the loss of his remaining sisters over the last winter. With this news Laurent withdrew his request for a leave of absence and felt that he “still possessed a vigor of constitution sufficient to carry me though several (more) years.” And Laurent, ever looking to secure his financial situation, inquired about compensations he felt were entitled to him. 

 

The year 1858, saw Laurent struggling with the news of the death of one of his former students in Paris, St. George Randoph of Virginia. So much so that he wrote a letter to the editor of the American Annals for the Deaf and Dumb in January 1858. Mr. Randolph had returned to America in 1814 after being taught by Laurent. Mr. Randolph was thought of having learned of the serious illness of his brother at Harvard University and was said to become deranged, reported to not again have a lucid moment. He had arrived in Laurent’s class in 1812 and had excelled. In 1821, Laurent would learn that Mr. Randolph had been hospitalized at the Philadelphia Hospital for the Insane. While visiting and walking with him Laurentt learned that an engagement to a woman of a wealthy Viriginian family was called off due to his being a deaf-mute. Laurent wished to convey to the publication’s readers “how quickly the deaf and dumb resent the wrongs done them by those who have the advantage of the full possession of all their senses.”

 

The Asylum board responded to Laurent’s request for further employment with a contract until April 1, 1858. They ratified this contract which would have him retire on this date, after forty-one (41) years of teaching. Also, they agreed to pay Laurent an annual salary of sixteen-hundred ($1600) dollars, his highest to date. This appears significant as the asylum principal, Mr. Turner, received seventeen-hundred ($1700). With his retirement, the asylum agreed to pay him an annual pension of seven-hundred ($700) dollars for the rest of his life. 

 

Laurent responded to the board indicating that the annual pension appeared advantageous to him. However, he went on to describe his housing, which he described as dilapidated, putting he and his family at risk for ill health. The kitchen was falling to pieces and could not be inhabited in wet weather. Laurent could not see a way to provide adequate housing for he and Eliza without an alteration in the proposed contract. He suggested that he sell his home to the asylum and be granted a three-hundred ($300) stipend for renting. The asylum declined his offer and raised his salary by fifty ($50) dollars. 

 

In April 1858, at the age of seventy-three (73), Laurent retired after forty-one (42) years connected with the Asylum. On April 28th, he gave an address to the instructors and students of the Asylum who were assembled in the chapel. He “gave a brief review of his history, particularly as connected with the Asylum. He dwelt with much pleasure upon the unbroken harmony which had always subsisted between him and all with whom he had been associated here; also of his happiness in his domestic relations”. Laurent noted that twenty (20) deaf mute institutions whose instructors directly or indirectly derived from him the art and method of instruction. It was noted that he seldom if ever had been disabled by illness for a single day during his time there. 

 

In June 1858, the board of directors of the Asylum met and acknowledged Laurent’s contributions. They expressed their deep gratitude  and appreciation for his commitment to the school and its students. They wished him personal happiness and many years to witness the fruits of his labors. 

 

On June 4, 1858, Laurent wrote to the Principal and Instructors of the American Asylum after publication of the board’s statements in the local papers. Laurent thanked them and commented that he believed his “best capacities have been wholly devoted to it (school), and while life lasts, my heart will cling to it with the trusses and deepest affection.” 

 

Later in July 1858, Laurent learns that several passengers he met on the ship, The Washington, in his 1846 crossing are in New Haven and have run into Sarah and Elizabeth. Laurent planned to visit with them on his next trip to the capital. 

 

On August 6, 1858, Laurent wrote a letter to the president of the Annual Conference of Deaf Instructors, declining their invitation to attend the next meeting in Jacksonville, Florida. He indicated that he did not have the financial means to travel to the convention. Furthermore, he seemed to suggest that if the organization wished to assist him with the costs, he would be willing to become a missionary and to travel to deaf schools around the nation, advising them of methods of instruction. 

In August 1862, we find Laurent writing to his granddaughter, Lottie or Charlotte Beers, daughter of Elizabeth. Lottie most likely lives in Litchfield and Laurent is writing from his home in Hartford. Laurent had not written because Lottie had received letters from her mother and Mr. Bartlett, a family friend. But now Laurent writes to say that he misses her and her brother, Henry. Laurent implores them to consider a trip to visit in Hartford soon. Eliza wishes to have help from Lottie to keep the house. He does mention that Colonel Deming (Sarah’s husband) is not well or as strong as when he was in “the seat of war”. The Asylum students are on vacation and Eliza has gone to the school to visit with friends there. Laurent is regularly going to Trinity Church but misses Henry and Lottie pointing out the psalms and hymns for him. Fanny Prescott is visiting and attending church with their mother, Elizabeth. Thomas Gallaudet’s son, Thomas Jr. gave the sermon that Sunday. Francis and Jerusha have four (4) children and all have the measles. He warms his grandchildren not to climb on fences. Elizabeth sent a bundle to the children by Adam’s express. 

 

Finally, in September 1863, a committee was formed at the Asylum to look into the purchase of Laurent and Eliza’s house. They are still at it with a vote during their February 1864 meeting to further negotiate its purchase. 

 

In March 1864, some financial relief came to the Clerc family with three-hundred ($300) coming from Eliza’s aunt. 

 

During those warm summer months in Hartford, Laurent writes again to Lottie, who appears to be at school in Litchfield, Ct. Her mother, Elizabeth. appears to have arrived in Litchfield safely. He is excited to announce to her a surprise visit from Francis and his son, Frank. They were disappointed that Lottie was not in Hartford but will make an effort to visit her in Litchfield before returning home to Carlisle, PA. Laurent visits Sarah and her family each day on his trips to the Post Office. Colonel Deming is heading back to Washington, DC. 

 

With winter upon Laurent, he writes Lottie again. He hopes to see her in Hartford for Thanksgiving. He believes that she will have grown taller and improved in her studies from her time at Ms. Hunter’s school. Laurent gives us a glimpse into his views on slavery and the politics of the times. He says to Lottie that the 1864 election appears to have gone off quietly and Mr. Lincoln has been re-elected. He hopes that the “rebellion” will be crushed during Lincoln’s second term. He chants “Hooray for the Union, the Constitution and the Republic! Down with slavery!”

 

On August 29, 1866, Amos Smith of East Boston will deliver an address for the 50th anniversary of the founding of the Hartford Deaf and Dumb Asylum. The Litchfield Enquirer announced that the eighty (80) year old Laurent Clerc will attend!

 

Ever the stickler for detail, Laurent writes to Mr. Henry C. Trumbull to correct his newspaper article about Laurent meeting the Pope. He had never been to Rome but when Pope Pius the VII came to Paris in 1804 to crown Napoleon Bonaparte Laurent was presented to him by the Abbe Sicard after a demonstration of their sign method. Laurent knelt down and kissed his toe, receiving his blessing. 

In May 1868, Laurent received good news. The Board of Directors of the American Asylum for the Deaf & Dumb had decided to raise his annual annuity from seven-hundred ($700) dollars to one thousand ($1000) dollars. Always precise to explain his feelings, Laurent indicated that he preferred that they had accommodated him and Eliza with an apartment in the Asylum or in a rented house nearby. And after ten (10) years of retirement he continues to lament having stopped teaching and wishing he could have “done more good to my unfortunate fellow beings.”

 

Tragedy has struck Laurent old age; his daughter, Sarah Byers Clerc Deming, age forty (40) died on June 26, 1869 and was buried in Spring Grove Cemetery, not in the family plot but with her husband, Colonel Henry Champion Deming. 

La nouvelle américaine de Laurent Clerc

(1816-1869)

 

*Les lettres examinées pour cette ébauche datent de 1816 à 1869.

**Cette traduction est réalisée avec le logiciel Google Translate

 

Cette histoire commence à l’arrivée de Laurent dans le Nouveau Monde. L’histoire française de Laurent reste là pour le moment. De nombreux Français connaissent et vénèrent son séjour là-bas, mais connaissent peut-être peu de choses sur son parcours une fois arrivé à New York le jeudi 9 août 1816 à midi. Cette histoire abrégée, utilisant des documents de l'asile américain à Hartford et des lettres de famille, nous raconte ce qui s'est passé.

 

A son arrivée en Amérique, Laurent et Thomas Gallaudet passent plusieurs jours dans la ville avant de se rendre à Hartford pour rencontrer Mason Cogswell. Le premier dîner de Laurent en tant qu'invité semble avoir lieu à l'Université de Yale à New Haven, dans le Connecticut, avec le président de l'époque, Timothy Dwight. Puis il a terminé son voyage à Hartford.

 

Le jeudi 15 août 1816, Thomas Gallaudet écrit à Mason Cogswell au sujet de leur arrivée. Thomas envoie sa lettre en compagnie de M. Wilder, un commerçant résidant à Paris qui a contribué à relier Thomas à « Clerc » et lui a même proposé de lui payer son salaire pour la première année en Amérique si nécessaire. Thomas a fait savoir au Dr Cogswell que lui et Laurent s'adaptaient à la chaleur de l'été et qu'ils prendraient quelques jours pour rendre visite à la famille de son père à New York avant de se rendre à Hartford. Cela signifierait qu'ils n'arriveraient à Hartford que le vendredi 23 ou le samedi 24 août. Thomas dit que de nombreuses personnes leur ont rendu visite et s'intéressent beaucoup à Laurent. Il décrit Laurent comme « si modeste et si facile dans ses manières et s'entretient avec tant de charme et de bienséance avec tout le monde que c'est un sujet d'admiration générale ».

 

Alors que Laurent se rendait de New York à Hartford, les nouveaux directeurs de l'asile du Connecticut pour l'éducation et l'instruction des personnes sourdes et muettes se sont réunis à la State House. Ils ont accepté de reprendre le contrat de trois (3) ans que Thomas Gallaudet avait conclu avec Laurent, et négocié avec l'aide de M. Wilder, sur le voyage de la France à New York.

 

Le vendredi 16 août 1816, Laurent adresse une lettre à son « cher et estimé maître, l'abbé Sicard ». Il a décrit la ville de New York, en soulignant particulièrement la situation de l'Église catholique. Laurent a assisté à la messe du dimanche 11 août. Le plan établi pour Laurent était de prendre une période de repos à Hartford, puis de se rendre à Boston, Philadelphie, Washington et au-delà pour collecter des fonds pour l'asile.

 

En 1824, John Carlin, peintre et ancien élève de Laurent à la Pennsylvania School for the Deaf, écrivit une lettre à lire lors de la fête d'anniversaire de Laurent, je suppose.

Apparemment, John raconte qu'il rendait visite à M. Clerc à Hartford lorsqu'il a fait allusion à un passage d'un rapport annuel de l'asile de Hartford. John fait référence à la célèbre histoire de la façon dont le président de la Chambre des représentants des États-Unis, Henry Clay, a rencontré Laurent lors d'un voyage à Washington en 1818. Apparemment, M. Clay l'a reconnu comme l'un des deux hommes sourds assis à côté de lui. lui dans un restaurant à Paris. M. Clay a arrêté les travaux de la Chambre et a présenté Laurent, les encourageant à voir comment un homme sourd pouvait être éduqué. M. Clay a personnellement promis d'aider Laurent dans sa cause et le Congrès américain a ensuite accordé à l'école une concession de terrain, la première du pays octroyée par le gouvernement fédéral. Laurent a également été présenté au président Monroe qui se souvenait de lui lors de leur rencontre à l'hôtel Bennett.

 

Le 18 septembre 1818, John Cheverus, évêque catholique romain de Boston, fit don de 25 dollars à l'asile, commençant ainsi sa supervision associée et distante de la vie spirituelle de Laurent comme promis à l'abbé Sicard. Il a donc ensuite remis à Laurent une lettre d'introduction au révérend Enoch Fenwick, pasteur de l'église Saint-Pierre de Baltimore, que Laurent n'a peut-être jamais utilisée. Il semble cependant que certains des enfants de Laurent aient été baptisés par un pasteur du même nom. Ses fils furent baptisés par l’évêque de Boston du même nom et successeur de Mgr Cheverus. Laurent se convertira plus tard à la religion de sa femme, l'épiscopalisme, après la mort de Sicard. Il a souvent déclaré que le Livre de prière commune était plus en accord avec sa première éducation religieuse dans l'Église gallicane.

 

En novembre 1816, Thomas et Laurent se rendirent à New York puis à Albany. Thomas et Laurent préconisaient la création d'une institution au service de la Nouvelle-Angleterre. Le gouverneur DeWitt, qui a construit le canal Érié, les a présentés à l'Assemblée législative et ils ont dîné avec de nombreux sénateurs qui avaient initialement soutenu leur projet. Laurent avait enthousiasmé ainsi leur compassion et leur estime. Avocat éminent et futur membre du mariage, Harmanus Bleecker aiderait à présenter Laurent et Thomas à l'élite d'Albany.

 

Le 7 décembre 1816, Laurent fit une présentation et un discours devant « une assemblée des dames et messieurs de la ville de Philadelphie au Washington Hall. Laurent essayait d'impressionner suffisamment le public pour desserrer les cordons de sa bourse et soutenir l'asile de Hartford.

 

Dans une publicité du 10 décembre 1816 à Burlington, New Jersey, annonçait que Laurent et Thomas avaient décidé de faire une présentation sur les méthodes d'enseignement aux sourds que Laurent avait ramenées de France.

 

Peu de temps après, alors qu'il voyageait vers le nord jusqu'à New York, Laurent s'est arrêté à Bordertown, New Jersey, chez Joseph Bonaparte, comte de Surveiller et ancien roi d'Espagne et bien sûr le frère aîné de l'empereur Napoléon et qui se cachait du chaos. en France. Il n'était pas chez lui mais a écrit à Laurent à son retour qu'il en apprendrait davantage sur l'asile et l'aiderait à promouvoir leurs efforts.

 

Le 14 janvier 1817, alors qu'il était à New York, Laurent écrivit au Dr Cogswell au sujet des réunions organisées là-bas pour décider si New York tenterait de créer sa propre école ou utiliserait l'asile de Hartford pour les quarante-sept (47) étudiants sourds-muets qu'ils avaient. discuté. Plus tôt dans la journée, Laurent a écrit une lettre au Dr Cogswell décrivant son séjour à New York au sein de sa « société » et ses liens avec les citoyens les plus respectables de l'État. Il a déclaré qu'ils faisaient des progrès avec les membres intellectuels, mais qu'ils étaient dépassés en nombre par les « moins intelligents » qui pourraient voter pour créer une école à New York au lieu d'utiliser l'asile de Hartford. Une deuxième lettre ce jour-là confirmait que le soutien à la position de Laurent et Thomas s’était essoufflé lorsque leurs partisans ne se sont pas présentés au vote de l’après-midi. Laurent a souligné qu'il a été grandement affecté par les décès du Dr Strong, le 25 décembre, et du Dr Dwight, le 11 janvier.

 

Le 25 janvier 1817, à Paris, Jean Massieu présente à la première exposition des « Sourds-muets ». Une lettre transmise par Joseph S. Corre contenait une lettre de Massieu et Sicard pour Laurent. Massieu épate le public et l'abbé Sicard lit une lettre de Laurent annonçant son arrivée et ses progrès aux États-Unis. Le public a apparemment été très intéressé par les « magnanimes sacrifices » de Laurent et a applaudi à la conclusion.

 

Le 15 avril 1817, l'asile du Connecticut pour l'éducation et l'instruction des personnes sourdes et muettes a officiellement ouvert ses portes à l'hôtel Bennett, au centre-ville de Hartford, dans le Connecticut. C'était le premier du genre en Amérique et il reste ouvert encore aujourd'hui.

 

Le 10 mai 1817, le conseil d'administration de l'asile accorde à Laurent un salaire de 2 500 francs français et est porté à 500 dollars peu après. Ils votèrent pour donner à Laurent une gratification de 100 $ en septembre 1817. En décembre 1816, ils lui versèrent une gratification supplémentaire de 200 $, plus 50 $ pour l'enseignement des signes aux nouveaux instructeurs. En novembre 1818, Laurent reçut une gratification de 300 $ et 150 $ supplémentaires pour un enseignement approfondi de la langue des signes. D'autres paiements effectués en 1819 et 1820 rapportèrent à Laurent 425 $.

 

Le rapport annuel de l'asile du 1er juin 1817 montrait les sommes versées à Thomas Gallaudet qui comprenaient les dépenses nécessaires pour amener Laurent à Hartford. Un autre paiement comprenait le logement et la nourriture pour le travail de Laurent avant l’ouverture de l’école. Il y a aussi un paiement de James Byers, Esq. de 100$ pour six (6) mois de scolarité pour Eliza Boardman, la future épouse de Laurent. La deuxième fille du couple porterait Bryers comme deuxième prénom.

 

La vie professionnelle de Laurent et les méthodes innovantes qu’il a apportées à Hartford l’ont exposé à de nombreuses personnes importantes qui ont façonné les débuts de l’Amérique. Le 22 juin 1817, le président James Monroe visita l'hôtel Bennett lors d'une tournée dans le nord-est. Le président a prononcé un discours public devant l'hôtel où Thomas Gallaudet a interprété pour la foule. Laurent a pris des notes de cet événement et son extrait a paru dans le Hartford Courant du mardi 1er juillet 1817. C'est à cet événement que le signe ASL pour président a été créé. Laurent note qu'il a dîné avec le président et le clergé local. Il a assisté avec une apparente satisfaction à une démonstration de Laurent Clerc et Thomas Gallaudet. Il posa à Laurent plusieurs questions auxquelles il répondit par écrit avec sa promptitude et sa facilité habituelles. Laurent a été très impressionné par le style affable, simple et digne du président.

 

En septembre 2017, les administrateurs de ont décidé de payer Laurent non plus en francs français mais en dollars américains, entamant une lutte respectueuse pour une indemnisation qui durerait quarante (40) ans. Une somme additionnelle de 100$ lui fut remise à ce moment en remplacement des services rendus.

 

En décembre 1817, Laurent bénéficie d'un congé de quatre (4) semaines pour visiter la ville de Washington.

 

En 1818, Laurent apparaît pour la première fois dans le registre du Connecticut et le calendrier des États-Unis en tant qu'instructeur adjoint à l'asile du Connecticut.

 

Le premier contrat d’enseignement de Laurent était d’une durée de trois (3) ans. Il avait toujours envisagé de revenir en France une fois son achèvement terminé. En 1818, la Commission d'asile commença à explorer l'idée d'un séjour prolongé de Laurent. Ils souhaitaient prolonger ce contrat mais Laurent ne pouvait s'engager sur un nouveau contrat jusqu'à ce qu'il reçoive l'avis de l'abbé Sicard et il fit attendre tout le monde jusqu'à ce qu'il reçoive une réponse à sa lettre en France.

 

En mars 1818, Laurent s'était de nouveau rendu à Philadelphie et était revenu à Hartford. Il reçut une lettre de John H. George Randolph, un Virginien sourd-muet qui avait étudié sous Laurent à l'école de Paris. Laurent et St. George Randolph, comme on devait l'appeler lorsqu'en 1858 Laurent écrivit à son sujet dans les American Annals of the Deaf and Dumb, passèrent du temps ensemble à se promener dans les rues de Philadelphie. Laurent a noté que St. George s'était intéressé au patinage, ce qui lui a donné l'occasion de se plaindre du temps hivernal de Hartford. Laurent a noté que son ami avait oublié la plupart de ses signes français et utilisait l'orthographe digitale. Laurent proposait à George de venir passer quelques semaines en vacances chez la famille Clerc, où il pourrait se détendre et mettre à jour ses enseignes.

 

Thomas Gallaudet et Laurent étaient des amis proches et des collègues durant les premières années à l'Asile. En avril 1818, Thomas écrivit à Laurent depuis New York et commença sa lettre en disant que Dieu lui avait donné un véritable ami pour porter son âme et c'était Laurent. Thomas a pris le thé avec le Dr Moore, que nous verrons plus tard enseigner au fils de Laurent, Francis, au General Theology College. Il semblait recruter des enseignants du Collège et souhaitait informer Laurent de ses progrès. Il commente une rencontre avec un charpentier sourd rencontré à Philadelphie et qui travaille désormais à New York. Thomas a également pris le thé avec un certain M. Byers, le possible donateur des frais de scolarité d'Eliza Boardman ? M. Byers s'était apparemment renseigné très gentiment sur Laurent et Miss Boardman. Pourrait-il être responsable de leur éventuel mariage en gardant Eliza à l'école.

 

Le conseil d’administration d’Asylum a toujours eu envie d’utiliser les compétences de Laurent pour vendre l’idée de leur école. Le 4 mai 1818, lors de leur assemblée, ils votèrent qu'ils demandaient à Laurent de préparer et de prendre la parole lors d'une exposition publique qui aurait lieu ce printemps.

 

Peu de temps après, Laurent écrivit au Dr Cogswell au sujet de son retour à Hartford et du travail qu'il avait effectué avec M. Gallaudet à New York. Il a exprimé certaines inquiétudes concernant la santé physique de M. Gallaudet, le manque d'espace pour l'école en pleine croissance, la concurrence et l'environnement politique lié au financement de l'école.

 

Le 1er juin 1818, Thomas Gallaudet s'adresse au conseil d'administration au sujet de son œuvre mais il en profite pour les renseigner sur qui y fait le véritable enseignement, Laurent bien sûr. Sa lettre semble concerner une discussion sur ce qui se passerait si Laurent revenait en France à la fin de son contrat.

 

« Vous avez bien voulu me confier la responsabilité plus immédiate du progrès des élèves dans l'acquisition des connaissances, et je dois considérer mon ami, M. Clerc, comme la source ultime de tout ce que moi et les autres instructeurs pouvons faire. maison pour acquérir l'art très élaboré et difficile d'enseigner aux sourds-muets. En lui se concentre l’expérience de l’abbé de l’Epée et de l’abbé Sicard. Sa familiarité avec tout le cercle des signes est la seule source d'où doivent jaillir tous les futurs courants d'instruction à l'Asile. Son art également est purement traditionnel et la majeure partie ne peut être réduite à l’écriture. Il doit être appris par des efforts d'imitation longs et répétés de la part de ceux qui souhaitent l'acquérir ».

 

Thomas indique que Laurent lui parlait de son intention de rentrer en France dans treize (13) mois. Thomas a indiqué qu'il serait important que l'asile augmente l'enseignement quotidien des enseignants afin de tirer parti des décennies d'expérience de Laurent. Il estimait que le délai était trop court pour que les instructeurs inexpérimentés puissent acquérir la méthode de Laurent. La commission d'asile semblait souhaiter que Laurent se concentre sur les instructeurs tout en continuant à enseigner à l'étudiant. M. Gallaudet leur a rappelé que ce n'était pas prévu dans son contrat de le faire. La solution pour Thomas était de retenir les services de Laurent plus longtemps. Il a encouragé le Conseil à contacter Laurent pour augmenter son enseignement aux enseignants et dans quelles circonstances Laurent pourrait envisager de prolonger son contrat avec l'école.

 

M. Gallaudet a averti le Conseil que d'autres pourraient solliciter ses services et que son salaire, qu'ils pourraient trouver élevé, est en réalité encore bien inférieur à ce qui est dû à un homme de ses talents et de sa valeur. Il leur a rappelé que c’est aux efforts personnels de Laurent que l’Asile doit l’essentiel de ses fonds, de son caractère et de son utilité. Thomas avait prévu d’écrire la méthode de Laurent et demandait si l’Asile pourrait l’acheter une fois terminée. Enfin, Thomas suggère qu'ils admettent trop de visiteurs, impatients de voir ces nouvelles méthodes, mais que cela perturbe la progression des élèves, baromètre ultime de la réputation et de la réussite de l'école.

 

Peu de temps après, le Conseil s'est réuni le 12 août 1818 et a approuvé lui-même les recommandations de Gallaudet pour une surveillance accrue, après les avoir d'abord adoptées par Laurent pour son approbation. En même temps, ils ont voté sur une demande de Laurent visant à ce qu'il ne soit plus obligé de résider à l'école mais puisse prendre un logement à l'extérieur.

 

Dans notre histoire de la famille Clerc, nous ne trouvons pas souvent les mots d'Eliza Boardman qui sortent des pages. Cependant, le 5 août 1818, nous avons eu un rare aperçu d'Eliz Boardman. Eliza semble être connectée dans son groupe social ou à son réseau religieux par l'intermédiaire de Jonathan Wainwright, récemment ordonné prêtre épiscopal à la Christ Church de Hartford. Eliza semble être impliquée dans le mariage de M. Wainwright avec Amelia Maria Phelps. Cette lettre de M. Wainwright à son frère Peter est accompagnée d'une note d'Eliza. La note suggère qu'Eliza pourrait être activement impliquée dans la planification du mariage et qu'elle appréciait les événements alors que leurs amis se réunissaient. D’après cette note, il est possible que les Wainwright ou les Phelp soient liés à Eliza. Il est à noter qu'Eliza commente qu'elle et Laurent sont impliqués dans le mariage, les impliquant dans une relation neuf (9) mois avant leur mariage.

 

Dans une lettre du 15 août 1818, Thomas écrivit au conseil d'administration de l'asile indiquant qu'il se trouvait à Ballston-Springs, dans l'État de New York, pour collecter des dons pour l'école. Il commente qu'il a largement diffusé le discours de Laurent, la présentation du 1er juin 1818 à l'Assemblée législative du Connecticut, et qu'il pense qu'il profitera grandement à l'asile. Cela aurait pu amener la Commission du droit d'asile à accorder à Laurent 200 dollars supplémentaires sur son salaire et 50 dollars pour l'enseignement aux instructeurs. Ils auraient pu adoucir le pot de miel pour que Laurent reste plus longtemps.

 

L’expertise de Laurent dans les méthodes d’éducation des sourds-muets signifiait que d’autres lui demandaient souvent de commenter les progrès des premiers efforts d’asile. M. Charles Sigourney, l'un des fondateurs originaux, a documenté sa conversation avec Laurent et l'a soumis aux directeurs de l'asile le 16 novembre 1818. M. Sigourney était préoccupé par le départ imminent de Laurent et souhaitait déterminer quoi faire à ce sujet. Laurent a volontiers indiqué qu'il accepterait de poursuivre ses études après son retour d'une visite en France. M. Sigourney a demandé à Laurent ce qu'il pensait d'une invitation à Francis Garde, professeur à l'Ecole de Bordeaux qui tentait de s'expatrier aux Etats-Unis quelques années plus tôt. Laurent le connaissait et a indiqué qu'il serait ravi de l'avoir. On a demandé à Laurent combien d'élèves un enseignant pouvait instruire et Laurent a répondu environ dix-neuf (19) avec l'espace approprié. M. Sigourney craignait que les autres instructeurs n'acceptent que dix (10) étudiants à la fois. Laurent a plaidé pour que Francis Garde soit contacté pour le remplacer lors de sa visite en France. Laurent et M. Sigourney ont ensuite discuté du voyage de Laurent à Boston pour se présenter à l'Assemblée législative. Enfin, Laurent a réitéré que M. Garde était plus avancé en Langue des Signes Française et serait un atout précieux pour l'Asile.

 

Un autre rôle de Laurent à l'école était d'évaluer les familles des progrès de leurs élèves et de plaider pour le financement de l'éducation des Sourds. Laurent l'a fait dans une lettre à Aaron Fuller de Deerfield, Massachusetts, qui avait du mal à payer le coût de l'éducation de ses deux (2) fils à l'asile.

 

Laurent se tient au courant de l'évolution de l'école de Paris et auprès de ses amis, notamment Jean Massieu. Il semble avoir retranscrit un bref historique de la comparution de Massieu devant un juge parisien après un vol à la tire dans la rue.

 

À la même époque, Laurent et la Commission du droit d'asile entamaient des négociations pour obtenir un salaire suffisant pour Laurent, qui pourrait bientôt être marié. La documentation n'identifie pas le montant d'argent que Laurent demandait, mais il semble qu'il s'élevait à plus de 1 200 $ par an. Nous devinons cela parce que le Conseil de l'asile souligne les dépenses serrées de l'école et répertorie les professions qui rapportent moins que ce montant, comme le gouverneur de l'État du Connecticut.

 

Le 30 avril 1819, Laurent invite H. Bleecker au mariage.

 

Le 3 mai 1819, Laurent épousa son ancienne élève, Eliza Crocker Boardman, au domicile de son oncle, Benjamin Prescott de Cohoes Falls, New York.

 

Peu de lettres ou de documents dans nos différentes collections nous donnent une bonne occasion de comprendre la relation entre Laurent et Eliza. Avec son poste à l'école et la charge de travail qui l'accompagne, Laurent est très occupé. Et bien sûr, maintenant, il était marié et il subvenait aux besoins de sa nouvelle famille. Le 1er octobre 1819, écrivant de Springfield, Massachusetts, nous trouvons Eliza enceinte de six (6) mois et écrivant à Laurent, qui semble avoir fait ce voyage à Boston pour collecter des fonds. Eliza semble avoir été malade, stressée et peut-être dépassée par les visiteurs constants de leur maison. Cela n’aide probablement pas lorsque tout le monde semble constamment se renseigner sur Laurent et souhaiter le voir. Elle déclare à un moment donné dans sa lettre : « Je suis désolée que vous ne pensiez pas à moi. Je te déteste parce que j'étais malade. Maintenant, je ressens beaucoup d'amour pour toi". Un jeune couple stressé et peut-être un bourreau de travail Laurent ?

 

Alors que Laurent se prépare à visiter la France en 1820, il semble aider l'Asile à recruter son remplaçant. Dans la collection ASD, il y a une lettre de Monsieur Pellin à M. Wilder faisant référence à une lettre que Laurent lui a envoyée plus tôt cette année-là. M. Pellin déclinait une invitation à venir en Amérique pour enseigner à l'école. Il dit que le salaire est trop bas et ne vaut pas l'effort d'immigration.

 

Le 22 août 1819, Laurent accepte un nouveau contrat d'enseignement qui lui rapportera 1 200 $ par année de salaire.

 

En avril 1819, Laurent effectue sa première visite en France depuis un an. La Commission d'asile a convenu à l'unanimité de conclure un nouveau contrat après son retour. Son salaire annuel recommença le 1er mai 1820 à 1 200 $ par an. Il est à noter qu'ils ne souhaitaient pas le payer au même taux que le gouverneur du Connecticut, mais ils l'ont ensuite fait, témoignant de sa valeur et de son importance pour le succès de leur entreprise.

 

Laurent, ayant visité la France en 1819, souhaitait conserver le contact avec sa famille. Parfois, il demandait à des amis d'emporter des paquets de lettres avec eux lors de leurs voyages en France. Laurent était également utile à ses amis. Un exemple de ceci était lorsque M. Bleecker, un membre de son groupe de mariage, a demandé à Laurent d'aider ses amis en visite à Hartford.

 

Le 25 mars 1820, Eliza et Laurent accueillent leur premier enfant et leur fille, Elizabeth Victoria Clerc. La naissance d'Elizabeth semblait être une bonne nouvelle au sein de la communauté sourde de Hartford. Elijah Loring a envoyé la nouvelle à son fils, George, qui était étudiant à l'asile, dans une lettre qui lui a été adressée le 7 avril 1819.

 

Le 25 avril 1820, la Commission d'asile crée un nouveau contrat pour Laurent. Il s'agissait de trois (3) années supplémentaires, fixant ses horaires de cours (6h par jour, 3h le samedi, repos le dimanche), la nécessité de donner des cours magistraux, de ne pas avoir d'autres relations avec les écoles et de pouvoir donner des cours particuliers. Pour cela, il recevra 1 200 $ par an et 900 $ à la fin de son contrat pour couvrir les frais de retour en France.

En préparation de son voyage en France en 1820, Laurent envoie une note à la Commission d'asile pour les remercier de leur aide et leur demander si Eliza peut continuer à utiliser le mobilier que l'école leur a fourni pendant son absence.

 

George Loring, élève de Laurent, écrivit une lettre à son professeur (Thomas ?) depuis Boston le 16 mai 1820. Laurent est en mer et se rend en France. Pourquoi un jeune père avec un bébé de deux (2) mois traverserait-il l'océan, étant donné que le risque dépasse certains. Il y mentionne qu'Eliza est « en difficulté parce qu'elle craint que son mari ne se noie en mer et qu'elle ne puisse pas subvenir aux besoins de son petit enfant… ».

 

Certains en France ont peut-être eu des visées sur Laurent et l'ont retenu là-bas après sa visite. L'abbé Sicard écrit dans une note qu'il va bientôt revoir Laurent et espère qu'il préfère Paris, la plus grande ville du monde, à Hartford.

A travers les lettres de nos collections, il semble que nous ne voyions jamais Laurent bouleversé par quoi que ce soit. Eh bien, dans une lettre à Benjamin Prescott, Laurent fait remarquer qu'il s'attendait à une sorte de banquet avec l'ambassadeur de France lors de sa visite en France, ce qui n'a pas eu lieu. Laurent a exprimé des sentiments « blessés » à ce sujet, montrant son humanité d'une manière que nous n'avions jamais vue.

 

Le 20 août 1820, Caroline Chester écrit une lettre à Laurent en voyage en France. Elle remarque qu'Eliza lui avait montré les lettres qu'il lui avait écrites. Mme Chester remarque qu'Eliza était très heureuse que Laurent soit arrivé en Europe. Elle déclare que l’affection d’Eliza pour Laurent l’a fait s’inquiéter de son voyage et qu’elle a été soulagée de son arrivée saine et sauve. Elle remarque que les élèves de l'école parlent souvent de Laurent. De plus, ils se préparent à déménager dans le nouvel asile en octobre de cette année.

 

Dans une lettre de Laurent à Eliza, il mentionne que l'abbé Sicard souhaite qu'il reste en France. Mme Chester déclare : « J'ai pensé à plusieurs reprises à ce que vous avez écrit dans notre dernière lettre à Mme Clerc, à savoir que l'abbé Sicard souhaitait que vous ne retourniez pas aux États-Unis. Oh! Ne vous laissez pas persuader de laisser les Américains sourds et muets, ils ont beaucoup besoin de vous et votre perte pour eux serait maintenant grandement ressentie, mais je sais que je ne peux que reconnaître franchement que les revendications de votre pays natal vont bien au-delà des tribunaux. Nous vous devons déjà beaucoup de gratitude pour votre séjour si long dans ce pays et pour vos attentions inlassables envers les sourds-muets. J’espère que vous ne douterez jamais que c’est le véritable sentiment de vos amis ici et que votre bonté en quittant votre pays natal et en aidant à établir l’asile américain ne sera jamais oubliée par aucun des amis qui aiment cette institution bienveillante.

 

En mai 1821, de retour de son voyage en France, il semble avoir voulu vivre « dans la maison » avec ses collègues.

 

Un document de 1821, aujourd'hui conservé dans la collection de l'American School for the Deaf, semble indiquer que Laurent a été invité à l'asile de New York à Lexington pour six (6) mois et que Lewis Weld a pris sa place.

 

Le 30 mai 1821, une lettre d'Alice Cogswell à Mme Phillips. Elle a dit : « Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j'ai été heureuse de l'arrivée de M. Clerc. Tout le monde à Hartford est extrêmement heureux de le voir. Il est charnu, heureux et en bonne santé ». Alice mentionne également que le nouvel asile est complètement terminé et que tous les étudiants ont emménagé.

 

Le conseil d'administration de l'asile s'est réuni le 19 octobre 1821 pour consentir à l'emploi de Laurent par la Pennsylvania School for the Deaf (PSD) pour une période de six (6) mois, à la condition qu'il puisse être rappelé à tout moment. Une semaine plus tard, le PSD a envoyé un message de remerciement à l'asile de Hartford.

 

Laurent fut temporairement libéré de son contrat de travail en 1821 dans le but de réorganiser l'asile de Philadelphie. Il partit le 1er novembre 1821 avec sa famille et fut absent sept (7) mois. Son salaire recommença le 1er mai 1822 à 1 200 $ par an et se maintint à ce taux jusqu'au 1er avril 1825.

 

Il est intéressant de noter qu'un poète nommé Henry Joseph Hutchins a écrit un poème après avoir vu Laurent donner une conférence aux étudiants du PSD le 7 avril 1822 à Pâques. Peu de temps après, Robets Vaux, membre du conseil d'administration du PSD, a écrit à Laurent qu'ils déploraient que l'asile de Hartford ne le fasse pas. accepter une prolongation de son aide. Bien que nous n’ayons vu cela nulle part ailleurs, il semble que PSD ait demandé et que sa demande ait été rejetée. Au lieu de son départ, M. Vaux a demandé une évaluation franche du personnel restant et des recommandations pour leur programme. Laurent a répondu en indiquant qu'il recommanderait que le programme ne soit pas modifié et qu'aucun instructeur supplémentaire ne soit nécessaire. Il a fortement recommandé M. Dillingham, a soutenu l’emploi de M. Hutton et a encouragé le maintien du rôle d’introduction de Mme Dilingham tel quel.

 

C'est à cette époque que Laurent commença à recevoir des demandes de la part de Charles Willson Peale, peintre et conservateur de musée, concernant son désir de dresser un portrait de Laurent. Peale souhaitait apparemment placer ces portraits dans son Académie des Beaux-Arts de Pennsylvanie. Laurent aurait été réticent mais a décidé de faire réaliser ses tableaux, ainsi que ceux d'Elizabeth et d'Eliza, en raison de la renommée et de l'influence du peintre. Il y a une lettre dans les collections où M. Peale confirme l'heure d'une séance qui a été fournie par Laurent.

 

En 1825, Laurent reçut une lettre de Paris lui indiquant qu'on lui offrirait une charge « secondaire » à l'Institution de Paris. Il informait le conseil d'administration de l'asile de Hartford qu'il avait décidé de rentrer en France avec sa famille en novembre de la même année. Laurent souhaitait que le Conseil soit informé de son projet afin qu'il puisse lui trouver un remplaçant. Laurent essayait-il de donner un coup de pouce à l’école et d’obtenir un meilleur salaire et un meilleur poste ?

 

En mars 1825, Laurent fut sollicité par Theodore Dwight, avocat, éminent journaliste, membre de l'American Bible Society (ABS) et frère du président de Yale, Timothy Dwight, pour s'adresser à l'ABS le jeudi 12 mai 1825, sur ce que nous ne savons pas. savoir. Il n’y a aucune raison de supposer qu’il ne l’a pas fait.

 

En avril 1825, cela se reproduisit. Laurent a fait savoir qu'il quitterait l'asile après la fin de son contrat actuel. Ils ont résolu « avoir reçu une communication de M. Laurent Clerc, signifiant son intention de quitter son institution à l'automne prochain, ils regrettent qu'il existe une cause qui l'a conduit à cette décision et souhaitent le retenir si cela peut se faire à conditions. conformément à leurs devoirs envers l’Institution. Ils ont voté pour former un comité pour approcher Laurent et déterminer comment prolonger son contrat. Et ils lui ont également accordé deux (2) semaines de vacances. Peu de temps après, le comité d'asile a proposé un accord avec Laurent pour un nouveau contrat de dix (10) ans à 1 000 $ par an et un paiement unique de 5 500 $ s'il accepte cette durée.

 

En moins d'un mois, Laurent avait un nouveau contrat de 10 ans, commençant le 1er mai 1825, pour enseigner à l'école. Le contrat de Laurent prévoyait qu’il enseignerait six (6) heures par jour sauf le samedi, où il n’enseignerait que trois (3) heures. Laurent enseignerait la grammaire, l'arithmétique, la géographie, l'usage des globes, l'histoire et les Saintes Écritures. Il était en congé le dimanche et bénéficiait de six (6) semaines de vacances. Laurent serait toujours tenu de donner des conférences publiques mais ses frais seraient payés. Laurent était autorisé à donner des cours particuliers en dehors des heures de classe. Son contrat paierait 1 000 $ par an, 200 $ qui seraient déduits et affectés à un paiement de 5 500,00 $ à la fin de son contrat. Enfin, Laurent et sa famille grandissante bénéficieraient d'un logement approprié, dont les frais seraient assumés par l'Asile.

 

Laurent parut satisfait de sa nouvelle situation et se mit au travail en toute hâte. Une partie de son travail consistait à encadrer et à encourager son entourage. Cette même année, Laurent écrit à Alice Cogswell (aujourd'hui âgée de 20 ans) pour lui faire part de son besoin de poursuivre ses études. On ne savait pas pourquoi elle n'était pas encore à l'école. Laurent lui a recommandé, pour sa santé, de rendre visite plus souvent à ses amis et de sortir souvent lorsque le temps le permet. Si elle restait à la maison, elle devrait écrire aux autres pour garder sa fluidité, lire une demi-heure chaque jour et se concentrer sur l'histoire, les voyages, les romans de loisirs édifiants et les livres de piété. Il sentait surtout que l'histoire lui donnerait des exemples de bien et de mal qui l'empêcheraient de s'égarer.

 

Laurent, toujours père de famille, a pleuré avec Eliza les pertes de sa nouvelle famille. M. Benjamin Prescott, l’oncle d’Eliza, qui avait volontiers offert sa maison à ce jeune couple pour leur mariage, était décédé.

 

En raison de l’importance de Laurent, d’autres personnes l’ont approché au sujet de tentatives de création de nouvelles écoles pour les sourds. En 1827, il fut approché par les bailleurs de fonds d'une nouvelle école à New York, dans l'espoir qu'il éduquerait les membres de la législature sur les méthodes d'enseignement aux sourds. L'État de New York souhaitait créer une école basée sur le système Hartford et souhaitait une évaluation des efforts déjà déployés dans l'État. Ils connaissaient le travail de Laurent à la Pennsylvania School for the Deaf et espéraient qu’il pourrait leur fournir le même service. Laurent était connu pour ne pas retenir ses coups lorsqu'il s'agissait de la tâche importante de donner aux Sourds une langue et une éducation.

 

Laurent a répondu à l'honorable John C. Spencer du Sénat d'Albany en soulignant sa déclaration selon laquelle « un élève éduqué à l'asile américain de Hartford était tout à fait au-delà de celui de n'importe quel élève que vous aviez vu dans l'institution de New York, et votre Je souhaite comprendre la raison de cette différence ». Laurent a commenté que Hartford avait offert son aide mais qu'elle avait été refusée. Il avait visité l'école il y a plusieurs années et, même s'ils semblaient travailler dur, il n'avait pas trouvé de méthode pour leur programme. Ils ont utilisé un peu de langue des signes indienne, des signes appris de leurs élèves et quelques techniques glanées dans les ouvrages publiés de l'Epée et de Sicard. Mais il a remarqué qu'ils étaient bons en mathématiques, mais que c'était la matière la plus facile. Laurent sentait que leurs méthodes empêchaient les étudiants d'exprimer leurs propres pensées ou de comprendre celles des autres.

 

Même si Laurent avait beaucoup à dire sur les lacunes des méthodes de l’École de New York, il ne souhaitait pas que le législateur les abandonne. Il les a encouragés à construire leur asile et à introduire le meilleur système, celui de Hartford. Laurent a également fourni un post-scriptum après avoir discuté de leur lettre avec Thomas Gallaudet. Laurent a précisé que c'est l'expérience d'instructeurs vivants expérimentés transmettant les méthodes, et non les livres, qui leur a donné le plus grand succès. Il a rappelé à ces hommes politiques que l'école de Hartford avait toujours évité d'entrer en conflit avec d'autres institutions pour les Sourds.

 

Toujours en 1827, on commence à voir les premiers signes de luttes entre Laurent et le conseil d'administration sur les questions de logement et de salaire. En avril de la même année, Laurent attire leur attention sur les clauses garantissant le logement et le maintien des éventuels paiements pour les cours particuliers. Il semblerait que Laurent aurait pu agrandir sa famille dans des pièces adjacentes à son appartement et le conseil d'administration l'a contesté. Laurent a écrit aux directeurs en indiquant qu'il les respectait trop pour remettre en question leur rejet de ses demandes. Plus tard, il est apparu que les directeurs avaient augmenté le salaire de Laurent de 100 dollars par an afin qu'il puisse chercher un logement en dehors des appartements de l'école.

 

En 1828, Laurent juge nécessaire de rendre compte de sa famille à sa fille, Elizabeth Victoria Clerc (8 ans).

 

« Le père de Laurent était Joseph Clerc, notaire de profession, juge et pendant de nombreuses années maire de La Balme-les-Grottes. Joseph était décédé en 1816 après le voyage de Laurent en Amérique avec Thomas Gallaudet. Laurent a semblé exprimer sa tristesse d'avoir manqué son décès et de ne pas avoir pu assister à ses funérailles. De plus, la mère de Laurent, Elizabeth Candy, dont sa première fille porterait le nom, est décédée en 1820 alors que Laurent était absent. Il a exprimé que ses parents étaient très gentils et qu'il ressentait grandement leur perte.

 

Le grand-oncle de Laurent, frère de son père, s'appelait également Laurent Clerc et vivait à Lyon. Il porte le nom de cet oncle. Sa femme s’appelait Victoria, ce qui a donné à la fille de Laurent son deuxième prénom.

 

La mère d'Eliza s'appelle Sabrina Boardman. Les frères d'Eliza étaient John et Elijah. La femme de Jean s'appelle Lucrèce. Ces frères résidaient à Huntsville, en Alabama, en 1828. Laurent n'avait jamais rencontré le père d'Eliza, le colonel Elijah Boardman.

 

Laurent a un (1) frère, Francis Clerc, résidant célibataire à Lyon et commerçant. Laurent a trois (3) sœurs. Margaret est maintenant Mme Lurin et a deux (2) enfants. Mary n'est pas mariée et s'occupe du foyer parental. Victoria est maintenant Mme Pollosson et a un fils. Laurent a un oncle maternel habitant à Lyon du nom de M. Candy et qui a de nombreux enfants.

 

Laurent est également resté en contact avec Sa Sainteté Benedict Fenwick, évêque de Boston et fondateur du Holy Cross College de Worcester, Massachusetts. Laurent avait rencontré Benedict Fenwick, alors ecclésiastique, à son arrivée à New York en 1816. Aujourd'hui évêque de Boston, il souhaitait lui présenter un Dr Kinnis de Québec, qui souhaitait visiter l'asile de Hartford.

 

En 1829, nous voyons d'autres exemples de Laurent devenant le défenseur des autres instructeurs sourds et de ses tentatives pour formuler les méthodes par lesquelles l'asile utiliserait. Aussi, on assiste peut-être à l’apparition de conflits entre Thomas Gallaudet et Laurent sur la direction du rôle de Gallaudet. Il semble que Gallaudet, surintendant de l'asile, souhaitait soit prendre sa retraite, soit enseigner moins de cours. Laurent estime qu'il doit réitérer son opinion selon laquelle M. Gallaudet devrait continuer à enseigner, en raison de ses compétences. Il encourage l’Asile à augmenter le salaire de Gallaudet. Il leur rappelle que l'abbé Sicard enseigna jusqu'à l'âge de soixante (60) ans et constata que Gallaudet n'avait que quarante (40) ans. Laurent n'a pas mâché ses mots lorsqu'il a défendu l'école, indiquant que Gallaudet pourrait travailler encore cinq (5) ans et qu'à ce moment-là, les jeunes enseignants n'auraient plus besoin de son enseignement, le rendant obsolète. Au cours de cette discussion, une liste de questions sur la description de travail de M. Gallaudet semblait indiquer que ses tâches de surintendant étaient minimes et qu’il était nécessaire comme enseignant. Des lettres ultérieures adressées au conseil d'administration par les instructeurs en 1830, rappelaient que leurs opinions antérieures restaient les mêmes. De plus, ils ne voulaient pas manquer de respect à M. Gallaudet et à ses contributions à l'éducation des Sourds en Amérique. Thomas est allé jusqu'à demander aux instructeurs leur avis sur sa description de poste s'il restait à l'école. Thomas poursuit, par écrit pour éviter toute confusion, en faisant pression sur les instructeurs pour qu'ils discutent de la possibilité que de nouvelles tâches soient assignées à son poste de directeur. Il souhaite que ce dialogue ait lieu et qu'il ait leur contribution, car il facilitera la tâche de tous une fois établi.

 

Il y avait clairement une divergence d'opinion entre Laurent et Thomas. Les tentatives de M. Gallaudet de modifier le code des règlements établi en 1823. Les votes du conseil d’administration semblent modifier la description de poste de M. Gallaudet. Il se peut que M. Gallaudet les ait demandés comme condition de son maintien à l'école. M. Gallaudet semblait vouloir demeurer directeur de l'école, ne pas donner de cours et avoir le privilège de consacrer une plus grande partie de son temps à ses propres « préoccupations personnelles », ce qui augmenterait ses revenus. Les instructeurs ne semblent pas être d'accord avec les changements et M. Gallaudet semble inquiet du fait qu'ils considèrent que les changements leur confèrent davantage de pouvoir.

 

Laurent et les instructeurs ont pris la décision inhabituelle de consulter un professeur Omstead de l'Université de Yale au sujet des pouvoirs et devoirs normalement conférés aux officiers de l'école. M. Gallaudet l'a également consulté. Il estime que les instructeurs et lui-même, en tant que directeur, devraient soumettre leurs propositions sur la « répartition du pouvoir » entre ces deux entités. M. Gallaudet a également souhaité ne manifester aucun manque de respect dans ses lettres. Il s’est également offusqué du fait que les instructeurs aient utilisé la lettre du professeur Omstead, elle-même censée être privée, dans leurs relations avec les directeurs.

 

Laurent et les moniteurs ont ensuite précisé certains points devant le Conseil d'Administration. Ils pensaient que M. Gallaudet présentait que les raisons pour lesquelles il envisageait de prendre sa retraite étaient uniquement une divergence d'opinion avec les instructeurs adjoints au sujet du Code de Règlement pour la Gouvernance de l'Asile. Les instructeurs semblaient promouvoir un système de gouvernement basé sur leur vaste expérience et leur souci de l'école. Toutefois, si les administrateurs étaient d’accord avec les changements proposés par M. Gallaudet, ils les respecteraient.

 

Laurent a peut-être été un voyageur peu fréquent au Québec au cours de sa vie. En 1830, Laurent avertit George ………. Qu'il ira au Québec en octobre mais il dissuade son ami d'éviter le voyage en raison de la météo « désagréable et de la mauvaise marche ».

 

En 1831, T.C. Brownell, ministre de Laurent et fondateur du Washington College (Trinity) de Hartford écrit à Laurent pour demander à son ami de recevoir M. Lazarus de Caroline du Nord qui souhaite visiter l'asile.

 

En 1835, Laurent continue d'enseigner à d'autres qui cherchent à connaître ses capacités. Dans une série de réponses écrites à M. Frederick Barnard, diplômé de Yale et enseignant à l'Institut de New York pour l'Instruction des Sourds et Muets, Laurent a indiqué qu'il pense actuellement en anglais, après avoir mis environ quatre (4) ans pour faire la transition. du français. Il rappelle à celui qui pose la question qu'il peut penser et communiquer plus rapidement par signes. Il voit les signes corrects devant lui lorsqu'il pense à un mot ou le voit sur la page écrite. Devant sa classe, Laurent pense par signes mais dans les conversations avec les autres, il pense d'abord aux mots avant de signer.

 

C'est en 1835 que l'on voit les premiers indices, à travers une série de douze lettres (12) s'étalant sur …….. années, d'une relation entre Laurent et Anna Maria Pole, une riche célibataire anglaise. Depuis son domaine familial, l'abbaye d'Aldenham, elle écrit à son ami qu'elle a hâte d'obtenir une réponse à sa lettre de juillet 1834 qui contient ses projets de voyage en Europe. Notre Miss. Pole allait bientôt s'installer à Londres et l'a informé des choses importantes. La première est qu’elle avait rencontré un élève de Laurent, M. Isted, à Tunbridge Wells dans le Kent, où il participait à une partie de chasse.

 

C'est à cette époque que Laurent avait demandé aux Directeurs de l'Asile de lui permettre de voyager en Europe et d'assumer ses responsabilités d'enseignant à son retour. Les directeurs semblaient être d’accord et, le contrat de dix (10) ans de Laurent étant désormais expiré, les négociations ont commencé. Laurent demandait 1 500 $ par an de salaire, mais l'asile estimait que sa valeur en tant qu'enseignant nécessitait 1 300 $ par an pour les dix (10) prochaines années. Laurent serait payé pendant son voyage, pour ne pas excéder un (1) an pour aider aux frais de voyage. De plus, l'asile a avancé à Laurent 500 $ pour ses dépenses en cas d'absence.

 

En mai 1835, François (13 ans) voyage en France avec Laurent. Le plan était que Laurent et Francis visitent certaines régions d'Europe avant de le déposer dans une école à Lyon. Francis, écrivant à sa mère, raconte ensuite leur voyage à Paris avant de venir à l'école. Laurent était en visite chez des amis et en a profité pour exposer Francis à ses anciens repaires et aux attractions touristiques de Paris. Francis décrit sa visite à la Ménagerie du Jardin de Plantes, aux jardins du Luxembourg et aux Tuileries. Ils ont visité la Chambre des députés avant de visiter les théâtres, le Cirque Olympique et l'Opéra. La reine, les princesses et le prince de Naples étaient présents la même nuit que le père et le fils.

 

Laurent souhaitait que François visite le cimetière du Père La Chaise, lieu de sépulture du mentor de Laurent, l'abbé Sicard. Laurent et Jean Massieu ont rédigé l'inscription sur la pierre tombale. Laurent fréquentait souvent l'école de Saint-Jacques. Laurent emmène son fils à Versailles, où tous deux profitent du Temple de l'Amour situé dans son parc.

 

Père et fils rendaient visite aux vieux amis de Laurent, comme le philosophe baron Joseph-Marie de Gerando, où François jouait à la pétanque. Ils rencontrèrent même d'autres familles américaines, qui déposaient également leurs fils en France pour qu'ils y soient scolarisés. Laurent et Francis ont également visité la Bibliothèque Royale puis le Musée Royal près du Palais Royal. Après ces visites, Laurent et Francis commencent à se rendre à Lyon en diligence (coche).

 

Écrivant à son Elizabeth, Francis a décrit un voyage à Genève et à Lausanne, en Suisse, avec son père. Voyageant en diligence, ils visitaient les églises et la maison des grands philosophes Voltaire et Rousseau. Ils ont également rendu visite à M. et Mme Eliza Gallade Rumpff, fille de John Jacob Astor de New York, le premier multimillionnaire américain. Écrivant à sa mère le 6 décembre 1835 depuis son domicile du quartier de La Croix Rousse à Lyon, Francis indique que Laurent est désormais de retour à Paris. À un moment donné, en décrivant Laurent, il dit que son père est devenu si gros qu'il peut à peine enfiler son pantalon. Francis était le bienfaiteur de ces vêtements qui n'allaient pas à Laurent. Francis et Laurent envisagent de se rendre à Crémieu pour passer les jours de Noël avec la famille Candy. A Lyon, Laurent reçoit la visite d'un certain M. Rockwell, ancien instructeur à l'Asile de Hartford, qui fuyait l'épidémie de choléra à Marseille. Lors de deux épidémies à Marseille en 1835, 3 441 personnes sont mortes au total, soit un taux de mortalité de 48,6 %.

 

Laurent était rentré aux États-Unis en avril 1836. Sa fille, Elizabeth, communique à son frère que Sarah est à ses côtés sur un rocking chair, sans tapis et presque tous les sols sont dans une sorte de pierre taillée et cirée. Laurent et Eliza semblent avoir décidé de construire une maison à Hartford.

 

En janvier 1837, Laurent semble avoir adressé une requête à la Cour supérieure du comté de Harford. Laurent demande en tant qu'étranger, vingt (20) ans à Hartford aimerait avoir le droit d'être autorisé et habilité à détenir, transmettre et transmettre par des subventions, des descendances ou autrement des biens immobiliers dans le Connecticut comme tout autre citoyen autochtone. Cela pourrait-il être lié à la récente discussion sur la construction d'une maison à Hartford.

 

En 1837, on voit réapparaître Mme Anna Maria Pole dans la correspondance de Laurent. Elle n'a pas vu Laurent en personne depuis vingt-deux (22) ans et souhaiterait beaucoup qu'il ait un souvenir d'elle. Elle remarque que Francis pourrait être à Paris en mars de cette année. Elle informe Laurent de la santé de sa famille et du manque de nouvelles dans sa vie. Laurent lui a envoyé un rapport de l'asile de Hartford pour qu'elle le lise. Elle est déçue que Laurent ne lui écrive pas plus souvent et dit qu'elle aimerait un jour visiter l'asile et connaître sa famille. Elle continue de rendre visite à sa sœur, à sa mère invalide, à l'abbaye d'Aldenham. Mme Pole donne à Laurent quelques recommandations de romans écrits par Charlotte Elizabeth Tonna et promet de lui en envoyer. Elle exprime sa tristesse suite au décès de Jean Massieu. C'est intéressant car il n'était censé être décédé qu'en 1846 selon Wikipédia.

 

En 1838, Mme Anna Maria Pole écrit à Laurent. Il lui avait envoyé des brochures mais elle semblait ennuyée qu'il ne lui écrive pas de lettres personnelles. Elle adresse ses meilleurs vœux aux enfants de Mme Clerc et de Laurent mais s’intéresse peu aux reportages sur elle-même.

 

En mai 1838, les administrateurs du Washington College (Trinity College) décernèrent à Laurent un diplôme honorifique.

 

Il est à noter que dans le registre annuel du Connecticut de 1839, Laurent est répertorié comme instructeur adjoint auprès du directeur, son ancien élève, Lewis Weld.

 

Notre Mme Anna Maria Pole écrit aux alentours de Noël qu'elle ne souhaite pas passer une année sans essayer de communiquer avec Laurent. Elle s'enquiert de la santé de la famille de Laurent puis se lance dans des ragots sur la reine Victoria et son mariage avec le prince Albert de Saxe-Cobourg. Mme Pole a écrit trois (3) fois en 1840. Laurent continue d'envoyer des rapports de l'école et elle n'est pas contente du manque de matériel intime. Finalement, une lettre, peut-être transmise par Mme Sigourney, est arrivée des mois plus tard. Laurent a laissé entendre que M. Clerc ne va pas bien et que l'Asile est florissant.

 

Il est à noter que dans le registre annuel du Connecticut de 1841, Laurent est répertorié comme instructeur adjoint auprès du directeur, son ancien élève, Lewis Weld. Mme Pole continue d'être ennuyée de recevoir des rapports annuels de Laurent et non des lettres personnelles.

 

Il est à noter que dans les lettres des enfants de Laurent, ils font souvent référence à des poiriers qui auraient pu être plantés par lui chez eux à Hartford.

 

Toujours en 1842, Mme Pole commente que cela fait vingt-six (26) ans qu'ils ne se sont pas rencontrés et elle croit désormais qu'ils ne se reverront plus jamais. Elle déplore le manque de communication de Laurent. Elle a fait remarquer qu'elle avait aidé un garçon sourd-muet admis à l'asile, mais il n'est pas clair si cela signifie lui fournir une aide financière.

 

En 1843, Laurent reçut un diplôme de la Société d'Éducation de Lyon, France. Francis écrit à son père une lettre dans laquelle il commente que le frère d'Eliza, John, est décédé. Mme Pole envoie à Laurent sa lettre annuelle après avoir reçu une de ses lettres. Elle le félicite pour le mariage d'Elizabeth avec George Beers. Le fils de Laurent, Francis, a accepté un poste dans une école de garçons à Richmond, en Virginie. Francis a dit à son père qu'il visiterait les portraits Peale de Laurent et Eliza lors de son passage à Philadelphie.

 

Aucune année ne serait complète sans une lettre de Mme Pole et 1844 ne faisait pas exception. Cette fois, elle était à Northampton Court, à Tewksbury. Lewis Weld voyageait en Angleterre et a déposé une lettre de Laurent. Elle a envoyé un colis avec M. Weld pour l'Amérique contenant des tirages de l'art de son père, un encrier pour Eliza et un cadeau pour Elizabeth pour célébrer son récent mariage.

 

Le 13 mai 1845, le Rt. Le révérend T. C. Brownell a épousé le capitaine George W. Beers, de Buffalo, NY, fils de Seth P. Beers de Litchfield, CT, à Mlle Elizabeth V. Clerc, fille du professeur Laurent Clerc de Hartford.

 

Le 28 avril 1846, Laurent demande à la Commission d'asile de lui accorder un congé pour une visite d'un (1) an en France. Laurent demandait que son salaire continue d'être versé à 1 000 $ par année pendant ses congés. Laurent profite de cette demande pour leur rappeler qu'il lui doit 1 100 $ en vertu de son contrat pour les 100 $ par année de 1835 à 1846 au lieu de vivre à l'extérieur du logement scolaire. Apparemment, un comité chargé de négocier le dernier contrat de Laurent et un membre, Henry Hudson, ont décidé que les 100 $ par an de Laurent devraient être mis en banque pour l’avenir. Laurent avait espéré que ces fonds pourraient servir à réparer sa maison. L’asile a ressenti un avis différent à propos du contrat « verbal » avec M. Hudson, aujourd’hui décédé, et a décliné la demande de Laurent. Ils estimaient que son salaire augmenté, à 1 300 $, incluait ce montant et que son prétendu accord n'était pas documenté dans son contrat par Hudson. Ils ont approuvé un salaire de 1 000 $ pendant son année à bord.

 

En préparation de son voyage, Laurent pensait qu'il devait obtenir un passeport pour voyager en France. Laurent a demandé l'aide de l'honorable James Dixon, représentant à la Chambre des représentants des États-Unis, pour adresser une pétition à James Buchanan, secrétaire d'État pour le document. Buchanan (futur président) a renvoyé une lettre indiquant que Laurent n'était pas citoyen américain. Laurent voyagerait avec un passeport américain et recevrait un document interne français à son arrivée. Laurent embarque de New York sur le paquebot Argo le 8 août 1846 avec son fils, Charles Francis Clerc, qu'il compte laisser avec des parents à Lyon pour perfectionner son français mais aussi étudier la fabrication de la soie.

 

Laurent a écrit un journal de ses voyages en 1846 dans des écoles pour sourds-muets en France et en Angleterre. Son voyage a mis vingt-deux (22) jours pour arriver au Havre, en France. Laurent et Charles embarquèrent ensuite deux (2) jours plus tard en train pour le trajet de nuit vers Paris. Le premier réflexe de Laurent fut d’aller à l’école Saint-Jacques. A son arrivée, le concierge a failli ne pas le laisser entrer car l'établissement était fermé pour vacances. Même après avoir compris qui était Laurent, il a refusé son entrée car c'était le règlement de l'institution. Laurent persiste et il est prévu d'attendre le professeur L. qui dîne dehors. A son retour, il laisse entrer Laurent pour assister à certains des cours professionnels qui se déroulent à l'époque. Il était déçu de ne pas pouvoir assister à l'enseignement dans l'autre classe.

 

Nous n'avons pas beaucoup de lettres d'Eliza Clerc mais quelques-unes de membres de sa famille et de ses enfants. En septembre 1846, sa cousine Nancy Crocker écrivit sur l'entreprise familiale. Elle a également déclaré qu'elle avait appris d'autres membres de la famille que « vous allez bien et avez supporté la séparation avec courage et sentez, chère Eliza, que c'est une grande épreuve d'être si longtemps séparée de votre plus cher ami terrestre et de votre fils Charles. pendant des années, peut-être ». Nancy dit qu'elle a eu l'occasion de voir Elizabeth et George Beers le 2 septembre 1848 pour prendre le thé. Ils se dirigeaient vers l'ouest depuis Hartford en direction de leur domicile à Buffalo.

 

En octobre 1846, il se rend à Lyon avec Charles. Charles installé au bout de quelques semaines, Laurent se rend à La Balme-le-s Grottes pour passer l'hiver avec ses sœurs. Il a rendu visite à des membres de sa famille dans la région pendant ce séjour, mais est retourné à Lyon pour voir Charles et visiter l'école des sourds-muets de cette grande ville. Fondée par M. Cornberry dans les années 1820, elle se trouvait sur une colline audacieuse surplombant la banlieue ouest de Lyon. À sa mort, sa fille épousa un homme sourd nommé M. Forestier et ils reprirent la direction de l'école. Ces administrateurs auditifs ont embauché des assistants sourds-muets pour enseigner les cours. Laurent aimait donner des conseils mais M. Forestier ne semblait pas intéressé par la suggestion de Laurent de relier l'école à un prêtre ou à un riche bienfaiteur pour aider à promouvoir l'école… le modèle Sicard. Laurent s'est également rendu dans la ville de Saint-Etienne, au sud de Lyon. Ils avaient deux (2) écoles pour les Sourds. L'une pour les filles tenue par des religieuses bienveillantes et l'autre par deux hommes instruits dans le sacerdoce.

 

Ayant du temps à perdre à Lyon, Laurent parcourt la ville. Un jour, il vit une affiche concernant un certain M. Lafontaine qui prétendait guérir la surdité grâce au magnétisme animal. Laurent, toujours curieux, souhaitait que cet homme l'opère. Mais Dieu est intervenu et Charles est tombé gravement malade et Laurent a raté la présentation.

 

Lors d'un voyage avec un ami, Laurent tombe sur une laitière sourde dans une petite ville à la frontière de la France et de la Suisse. Il lui apprit rapidement l'orthographe digitale, de sorte qu'elle et les habitants de la ville rassemblés furent étonnés de l'efficacité de leur communication. On a rappelé à Laurent que si quelqu'un avait été exposé à d'autres personnes sourdes-muettes et avait enseigné la langue des signes, elle aurait pu expérimenter bien plus. Cela l'a amené à déclarer qu'il avait la chance de fonder partout des écoles pour l'instruction et l'éducation de ces « êtres malheureux ». Malheureusement pour nous, les dernières pages de son carnet de voyage restent perdues.

 

En novembre 1846, Laurent aurait pu être surpris par une lettre de Francis, récemment diplômé du séminaire, indiquant qu'il était fiancé à Julia « Juta » Lord Perry. Compte tenu du service de courrier transatlantique, une lettre de mariage de François est arrivée peu de temps après.

 

Pendant ce temps, à Hartford. E.T. Sloan, un élève de la classe de Laurent, a déclaré dans une lettre que « M. Clerc enseigne à certains élèves et y reste trente ans. Il souhaitait revoir ses frères et sœurs et tous ses amis. C'est un homme sourd-muet et bon. M. Clerc souhaitait se rendre en France. Avant son départ pour la France, certains élèves se sont rendus dans un bosquet ombragé samedi après-midi. M. Clerc a envoyé de l'amour à tous les élèves et ils lui ont envoyé de l'amour. M. Clerc a traversé l'océan à bord d'un navire le huit août dernier. J’espère que Dieu l’a béni.

 

En février 1847, Laurent terminait son voyage en Angleterre et en France par une lettre de La Balme à Charles à Lyon. Il a été retardé par l'absence de son beau-père arrivé plus tard que prévu. Laurent s'enquiert de ses expériences là-bas et s'inquiète du poêle à bois nouvellement installé de Charles. La Balme est recouverte de 2 ou 3 pouces de neige fraîche et il y fait très froid. Le Rhône est gelé. Laurent marche seul tous les jours, un peu comme il devait le faire lorsqu'il était jeune garçon. Sa sœur Marie n'est pas en bonne santé, ce qui fait que frère et sœur se remémorent devant la cheminée les vieux journaux et lettres que Laurent a écrits à sa famille avant et après son départ pour l'Amérique.

 

Quelques jours plus tard, le mercredi 27 février, Laurent écrit à Charles, vexé de n'avoir reçu aucune nouvelle de sa part depuis dix (10) jours. Laurent craint que la nouvelle humidité de son logement ne le rende malade.

 

Laurent avait de bonnes raisons de s'inquiéter pour Charles. Charles raconte à Francis qu'il a déménagé dans le quartier de Pont St. Clair à Lyon. Il bénéficie d'une magnifique vue sur le Rhône et la campagne environnante. Il a quitté l'ancienne résidence parce qu'elle était trop éloignée du centre de la ville et il était dégoûté par sa logeuse. Elle était trop curieuse et lui demandait trop d'attention alors qu'il souffrait d'un rhume et d'une légère crise de rhumatisme inflammatoire. Charles dit qu'il ne reçoit pas de repas avec son logement et qu'il doit les prendre dans des établissements de restauration locaux.

 

Au lieu d’écrire à son père, Charles semble écrire une lettre à son frère Francis. Charles commente que sa mère est malade et il est heureux qu'elle soit allée à Buffalo pour rester avec Elizabeth. Il dit que ce n'est pas souvent qu'Eliza choisit de quitter sa maison et il espère que cela lui fera du bien. Charles fait savoir à Francis que Laurent est un La Balme et qu'il termine ses affaires avec M. Clerc, Polloson, Candy et Monavan. Laurent avait quitté Lyon environ trois (3) semaines plus tôt. Laurent prévoyait de rester encore un mois près de Lyon, puis de passer le reste de son temps à Paris.

 

Laurent écrit à Charles de La Balme le samedi 20 mars 1847. Laurent semble faire sa tournée pour recouvrer les dettes des investissements réalisés dans l'entreprise familiale. Il se rend brièvement à Bourgoin et Crémieu. Il informe Charles qu'il compte revenir à Lyon le 23 ou le 24. Il demande à Charles de faire savoir à ses créanciers qu'il vient régler leurs factures. Laurent envisage alors de se rendre à Neuville pour dire adieu au Bottex et l'aider à récupérer son argent auprès de M. Decross, retrouvé. Laurent reviendra ensuite à La Balme pour rester une semaine chez Charles avant de rentrer à Paris. Laurent ne semble pas savoir que Charles a décidé de rester à Lyon mais soutient son fils dans cette décision. Laurent demande à Charles de régler ses abonnements aux journaux et ils n'arrivent plus.

 

Laurent écrivit à Francis depuis Paris le 14 mai 1847. Laurent déplore son choix de faire de Charles son secrétaire et chargé de ramener les lettres à la maison. Laurent quitta Lyon le 1er mai 1847. Il quitta Charles bien et content et disposé à y rester un an de plus. Il arrive le 2 mai 1847 et s'installe au Grand Hôtel des États, rue Notre-Dame, en face de la Messagerie Royale. Il a décidé d'y rester jusqu'à son départ de Paris pour la côte en juin. Il n'a pas encore décidé s'il partirait de Harvey ou de Liverpool pour l'Amérique. Cela dépend de l'état de ses dépenses.

 

Laurent raconte à Francis qu'il a été envoyé à l'Institution de Paris à l'âge de onze (11) ans, où il est resté jusqu'à vingt et un (21) ans, la première fois qu'on l'a laissé rentrer chez lui pour des vacances à quatre (4 ) semaines. Son prochain voyage de retour durait encore plusieurs années, toujours à l’automne. Il n'a donc jamais eu la chance de passer l'hiver chez lui, à La Balme ou à Lyon et en était persuadé lors de son voyage. Il se rendit compte qu'il n'aimait pas l'hiver à Lyon car il était froid, humide, boueux et sale. Et les gens là-bas utilisaient les poêles à bois avec beaucoup de parcimonie. Il se rend donc à La Balme chez ses sœurs. Même s’ils étaient très seuls, ils pouvaient s’asseoir près de la cheminée chaleureuse et étaient heureux d’être là. Mais le temps était à peu près le même qu'à Lyon mais la route étant sèche ils firent de nombreuses sorties. Ils montèrent et descendirent les montagnes et admirèrent le paysage de la campagne. Ils allèrent à Pressieu voir les Clercs, à Ambutrix voir les Candy et Bottus. A Bourgoin pour voir le Pollosson et les Perregeaux. Il se rend ensuite à Lyon chez Charles, puis à Vienne pour voir la Dode, revient à La Balme et revient à Lyon avant de repartir pour Paris.

 

Laurent raconte que Joseph Clerc n'a pas échoué en affaires. Laurent a perdu un investissement de 17'000 francs. Apparemment, Joseph savait qu'il s'endettait, le gardant secret, puis il a fui Lyon pour Pressieu et a vécu très luxueusement avec ses amis. Il a trompé tout le monde et ses partenaires/employés n'ont pas tiré la sonnette d'alarme pendant plusieurs années. Aujourd’hui, il se débat et envisage le suicide. Laurent le voyait quotidiennement et maintenant le projet de Joseph est de vendre les restes de son entreprise et de partir à Pressieu pour vivre dans la maison familiale de sa femme. Il sera dépendant de sa famille. Un instant, Joseph crut pouvoir aller en Amérique avec Laurent et se lancer dans les affaires. Laurent le décourageait, sauf pour dire que les professeurs de français étaient plus demandés. Cela ne plut pas à Joseph et il n'en parla plus.

 

Il a décrit M. Decross comme un enfant qui s'est enfui lorsque l'entreprise a commencé à faire faillite. Il vivait de manière plus extravagante que ses moyens ne le lui permettaient et empruntait beaucoup en hypothéquant certaines de ses propriétés, à l'insu de sa famille. Lorsque les prêts arrivaient à échéance, il s’est enfui et a disparu. Tout le monde le croyait assassiné ou noyé. Après l'avoir recherché pendant plus de trois (3) mois, ils l'ont retrouvé entre Nîmes et Marseille. Ils l'ont forcé à retourner dans le domaine familial où une grande partie sera vendue pour payer ses dettes. Il refuse de payer à Laurent son investissement de 6000 francs et sans trace, Laurent sait qu'il a disparu.

 

Pendant son séjour à Paris, Laurent visite l'Institution des Sourds et Muets. Les personnes qui avaient rencontré François lors de son séjour là-bas en 1835 lui ont adressé leurs chaleureuses salutations. Il dit que Paris va mieux depuis leur voyage là-bas douze (12) ans plus tôt. Il y a beaucoup de nouvelles institutions publiques, des monuments, de superbes maisons privées, des hôtels, des bazars, de grandes et belles rues. Il y a des dépôts de chemins de fer magnifiques et en meilleur état que partout ailleurs qu'il ait vu. Il ne voit plus de mendiants dans les rues. Laurent visite tout mais il n'est pas sûr de pouvoir visiter tout ce qu'il souhaite visiter avant de retourner en Amérique.

 

Il estime que les gens, en général, sont mieux habillés et paraissent plus heureux, voire plus à l'aise. Mais il ne voit plus autant de gaieté qu'avant. Il estime que la population est davantage « pratiquante ». Il attribue tout cela à leur sage roi Louis Philippe et à la longue période de paix en Europe. Laurent commente qu'il y a beaucoup d'étrangers et de touristes ! Laurent dit qu'il a acheté les livres demandés par François et qu'avec la permission de Dieu, il pourra les livrer personnellement. Laurent dit qu'il n'a rencontré aucune des personnes du Connecticut dont on lui avait dit qu'elles seraient à Paris. Il a rencontré M. Walsh, le consul américain à Paris, une de ses vieilles connaissances.

 

Laurent, ayant du temps libre à Paris, écrivit à Elisabeth le 29 mai 1847. Il avait apprécié les lettres d’Elizabeth pendant son séjour en France et était ravi de revoir tous les membres de la famille Beers à son retour chez lui. Il lui indiqua qu'il était à Paris depuis le 2 mai. Il l'a décrit comme un « endroit gay » et que le temps était magnifique. Contrairement à sa lettre à François, Laurent a mis en avant les jolies filles élégamment habillées dans les boutiques, magasins et cafés qu'il a visités. Il profitait des promenades agréables, pleines de gens apparemment heureux, se livrant à toutes sortes de divertissements. Faisant toujours des commentaires sociaux, Laurent a écrit sur les citoyens de la ville acquérant des fortunes grâce au commerce tandis que la noblesse et la petite noblesse dilapident les domaines que leur ont laissés leurs ancêtres. Laurent devait être encore piqué par la trahison de M. Decross et son refus de payer ses dettes.

 

Et Laurent devient-il plus mélancolique avec la vieillesse ou est-il un enfant de la révolution ? Il écrit que telle a toujours été la conduite de l’humanité dans les nations commerçantes. Sur les truies, un autre récolte, tandis qu'un tiers jouit de tout le fruit de son travail. Il continue en disant qu'il n'aime ni la gaieté ni la solitude. « En toute chose il y a un médium qu’il faut préférer aux extrêmes ». "Une élévation soudaine vers la richesse ou la grandeur et une chute soudaine de l'une ou l'autre sont également dangereuses, celle-ci plonge trop souvent la personne dans toutes sortes d'immoralité." Oh oui, il fait ensuite référence à Joseph Clerc et à M. Decross qui vivaient luxueusement et chevauchaient princièrement et dépendaient désormais des autres pour leur subsistance.

 

Laurent ressent peut-être les temps changeants et la perte de plusieurs de ses anciens amis depuis son dernier voyage en France. Ceux qui restent sont très heureux de le voir et sortent tous les jours se promener avec les gens. Seul, il va visiter « les principaux établissements publics » de Paris. Quand il est fatigué de l'agitation et du bruit de la ville, il va à la campagne, apparemment pour trouver le calme et se régaler de salades préparées avec le « vêtement fleuri du printemps ». Laurent a vu le Roi et la Reine traverser Paris dans une calèche tirée par huit (8) beaux chevaux. Laurent le monarchiste a déclaré que le roi avait l'air bien pour un homme de son âge. Laurent remarque qu'il pouvait demander des billets pour des bals, des dîners et des concerts à la cour royale, mais que le coût d'une tenue vestimentaire appropriée était au-dessus de ses moyens.

 

Comme Laurent l'a mentionné à Francis, il n'a pas décidé s'il devait rentrer en Amérique via le Havre ou l'Angleterre. Il révèle à Elizabeth les raisons de son indécision, son inquiétude quant à la double imposition des articles en soie qu'il rapporte chez lui.

 

Laurent commente que Charles est enfin sur la bonne voie avec leur plan de correspondance hebdomadaire. En juin 1847, il part à la campagne pour voir comment sont élevés les vers à soie, comment les cocons se forment et comment la soie est enfilée. Tout cela fait partie de sa formation continue pour trouver du travail dans la grande industrie de la soie lyonnaise. Charles n'a reçu aucune invitation à vivre chez aucun des parents Clerc à Lyon et vit seul en logement. Laurent se demande si c'est à cause de son emploi du temps scolaire chargé et potentiellement perturbateur. Ou parce qu'ils n'ont pas d'enfants de son âge. Ou peut-être que Charles n’a pas envie de renoncer à sa liberté. Il prend son petit-déjeuner dans les cafés, ses dîners dans une pension ou dans des restaurants à proximité. Apparemment, c'est courant chez tous les jeunes Lyonnais qui ne vivent pas chez leurs parents. Laurent déplore les 600 $ par an que cela lui coûtera, mais il y avait apparemment peu d'autres options. Laurent pense qu'à la fin de l'année, Charles pourra peut-être trouver un emploi avec un salaire ou revenir aux États-Unis et travailler dans l'industrie de la soie à New York.

 

Laurent semble porter sur lui des « daguerrétoires », apparemment rares en France, d'Elizabeth et des autres femmes de la famille. Il les partageait avec tous les membres de la famille Clerc lors de ses voyages. Les téléspectateurs ont commenté que les filles de Laurent ressemblaient à des jeunes filles distinguées. Laurent portait peut-être un portrait miniature de Charles et les gens ont commenté la ressemblance. Ils reconnurent tous Francis lors de sa précédente visite mais le trouvèrent maigre, sobre et pâle. Certains ont dit que François ne buvait que de l'eau et que la gravité de son statut de ministre protestant expliquait cela. Ces fervents catholiques ont déclaré qu’ils détestaient le protestantisme car il donne à tout le monde un air grave et malheureux. Laurent a demandé à ses parents français de faire fabriquer eux-mêmes des daguerretories pour qu'il puisse les rapporter à la maison, mais les dames ont dit qu'elles auraient l'air trop vieilles et laides à la place de ces jolis jeunes Américains. Enfin, Laurent dit que s'il ne retrouve pas Sarah et Eliza à Hartford, il se rendra directement à Buffalo pour rendre visite à Elizabeth.

Avant de quitter Paris, Laurent a écrit sur ses visites à l'Institut parisien des sourds-muets, rue Saint-Jacques. Il était très heureux de voir les enseignants faire leur travail dans les salles de classe. Il a fait remarquer qu'ils séparaient toujours les garçons des filles, contrairement à l'asile de Hartford. Sa première classe à voir était celle de M. Berthier, un de ses anciens élèves et maintenant professeur principal de l'école. Il décrit Berthier comme un auteur et un conférencier distingué. Après avoir visité les autres classes, Laurent s'est juré de revenir pour y voir de plus près. Il a été surpris que l'école utilise l'articulation dans sa méthode et qu'elle tente de le faire avec un seul enseignant. Il est demandé à Laurent de ne pas afficher ses doutes de peur de décourager les élèves. Laurent garda le silence mais constata que le professeur perdait l'attention des garçons non focalisés. Laurent a testé les capacités de certains étudiants mais n'a pas été impressionné par les résultats de cette méthode orale.

 

Cela fait environ trois (3) ans que nous n’avons plus de correspondance de la part de l’admiratrice de Laurent en Angleterre, Anna Marie Pole. Elle semble avoir reçu une lettre de Laurent concernant son choix de retourner en Amérique via l'Angleterre. Elle semble réaliser son souhait de le revoir trente-deux (32) ans après leur première rencontre.

 

Pendant son séjour à Londres, Laurent semble essayer de rendre visite à Thomas Watson, fils de Joseph Watson, fondateur du London Asylum et neveu de Thomas Braidwood. M. Watson a indiqué dans une lettre à Laurent que ses appartements étaient en rénovation et que cela pourrait empêcher leur connexion.

 

Le 28 juin 1847, Laurent écrit à nouveau à Charles pour l'informer de changements dans ses projets de voyage. Laurent devait quitter Londres cette semaine-là et se rendre au Havre. Mais il reste désormais à Londres jusqu'au 2 juillet. Il se rendra à Southampton pour débarquer sur le navire « The Washington ». La raison en est que le navire ne se rendra plus au Havre et qu'ils amèneront le passager de là à Southampton par bateau à vapeur.

 

Le 6 juillet 1847, Laurent était toujours à Southampton, après avoir reçu une jolie lettre de Charles. Laurent dit qu'il a quitté Londres le samedi 3 juillet, en prenant le chemin de fer jusqu'à Southampton, distance de soixante-dix-huit (78) milles. Laurent semblait ravi que cela n'ait pris que trois (3) heures à une vitesse moyenne de vingt-six (26) milles à l'heure. Laurent a pris une chambre au Dolphin Hotel sur High Street. Il trouve la ville plus petite que Hartford, avec des rues étroites et un joli quai. Il avait visité le navire à plusieurs reprises et avait trouvé les chambres plutôt petites pour un paquebot. Il n'y a pas de place pour sa grande malle alors il envisage d'enfreindre les règles et de la mettre dans la salle à manger. Le consul américain, M. Croskey, est l'un des deux cents (200) passagers du voyage. Laurent fait partie des passagers de 1ère classe partant le 10 juillet et espérant arriver à New York le 25 juillet. Laurent commente qu'il espère retrouver tout le monde en bonne santé à la maison mais ressent déjà l'angoisse de la séparation d'avec Charles. Il fait ses adieux 1 000 fois à Charles et lui demande d'être prudent.

 

Cependant, le 12 juillet 1847, Laurent restait toujours à Southampton. Il s’avère qu’à environ soixante-dix (70) milles au large, les fourneaux du navire ont commencé à fondre. Ils ont tenté de le réparer en mer mais ont décidé de retourner à Southampton pour les réparations. Cela a été imputé au « mauvais charbon ». Ils ne sont pas retournés au quai car le capitaine craignait que l'équipage ne s'enivre et ne se batte. Laurent est revenu au Dolphin uniquement pour écrire des lettres et reviendra au navire dans la soirée. Laurent avait rencontré un camarade de classe de Francis du Trinity College sur le navire.

 

Laurent reçoit une lettre de Charles, à Lyon, datée du 25 septembre 1847. Charles impute leur fréquence aux paquebots et aux procrastination. Laurent semble être maintenant à Buffalo pour rendre visite à Elizabeth. Sarah et Eliza sont toujours là et tout le monde est heureux de rendre visite au nouveau bébé. Charles avait visité La Balme avec ses tantes et s'était tenu au courant des événements de la famille Clerc. Il fit quelques chasses à Pressieu et fut heureux de contribuer avec son gibier à plusieurs merveilleux dîners. Il informe Laurent de la perte d'un membre de sa famille, M. Rozier. Il commente l'étrange testament qu'il a laissé, dans lequel il a cédé sa succession à ses neveux et nièces, donnant sa montre à sa femme.

 

A son retour à Lyon, on lui propose un emploi chez un marchand de soie. Joseph Clerc va enfin régler ses dettes avec Laurent mais seulement à dix (10) pour cent de l'investissement initial. Neuf (9) pour cent supplémentaires proviendront d'un certain M. Thollon.

 

Charles dit qu'il est heureux qu'Eliza et Sarah aient adoré les cadeaux que Laurent lui a rapportés. Il donne quelques instructions sur la façon de les répartir entre eux et Elizabeth. Charles taquine Sarah avec l'idée que les femmes célibataires n'existent pas dans la vie sociale lyonnaise, seules les femmes mariées assistent aux soirées et sont reconnues. Charles dit à Sarah de porter la robe qu'il lui a achetée et de ne pas la laisser languir dans le tiroir. Enfin, Charles fait savoir à Laurent qu'il mange bien aux dîners auxquels les bonnes familles lyonnaises l'invitent.

 

Une autre lettre arrive de Charles le 18 octobre 1847. Il précise la situation de travail qui lui a été confiée. Il s'agit d'un « marchand de soie à commission » qui fait affaire avec de nombreux clients américains et anglais. Charles fait des ventes et traduit des documents. Charles remarque qu'il a rencontré un natif de Hartford, Alf Woodbridge, dans un café et qu'il le voit maintenant tous les jours pour le dîner. Bonne nouvelle sur le front de la dette de Joseph Clerc, plusieurs paiements arrivent désormais à Laurent. Charles y accomplit son devoir de résumer les pertes vieillissantes et croissantes des membres de la famille Clerc.

 

Alors que nous entrons dans la nouvelle année 1848, Charles continue d'informer son père de sa situation à Lyon. Charles aime se concentrer sur les lacunes du courrier dans sa lettre. Il fait savoir à son père qu'il se sent mieux après une grave crise de grippe. Il commente que Lyons souffre de sa maladie et que le temps hivernal a été humide et désagréable, l'obligeant à rester près du poêle à bois. Le temps de janvier s'améliore avec ses matinées sèches et froides et ses après-midi ensoleillés. Le Rhône a été gelé et il est une célébrité sur ses patins à glace. Charles a accepté de commencer des cours de comptabilité pendant que les affaires tournent au ralenti. Le reste du temps, il se concentre sur la lecture et l'écriture en français et fait de grands progrès. Charles devait retirer l'argent de Laurent de M. Thollow en raison de sa retraite. Une longue description a suivi sur les difficultés qu'il a rencontrées pour trouver un nouveau logement d'investissement.

 

Charles a très bien réussi dans le métier cette année et recevra un salaire la saison à venir. S'il retourne en Amérique, son employé pense pouvoir l'aider à s'y installer avec des associés dans le secteur de l'importation. Il semble que Charles ait décidé de revenir à l'automne 1848. Charles profite à nouveau de la scène sociale hivernale à Lyon. Il assiste à de nombreux bals et dîners, étant membre du « Set ». Pendant le Carnaval, les événements ont lieu tous les soirs, réunissant parfois deux cents (200) personnes. Charles parle sans cesse de ses tenues et des normes sociales de la société, décidant d'arrêter de penser que Laurent n'est peut-être pas si intéressé. Il aborde par défaut les sujets éprouvés de la maladie familiale et de la disparition imminente.

 

Avant de signer, Charles pose des questions sur Elizabeth et le bébé. Sarah lui avait écrit le récit de son long voyage à Boston. Charles se souvient de son voyage là-bas avec les Beers plusieurs années plus tôt. Il présente ses vœux à tout le monde et commente que sa lettre d'Eliza était la meilleure qu'il ait reçue.

 

En mars 1848, Charles fut témoin de la brève révolution qui se déroulait en France. Roi préféré de Laurent, Louis Philippe est renversé. Charles écrit « Vive la République ! Il parle du triomphe du peuple et des principes de liberté, d'égalité et de fraternité. Charles a qualifié le roi de dur et d'obstiné, estimant que s'il avait accordé plus de privilèges au peuple, il serait toujours sur le trône. Alors que les émeutes parisiennes semblaient excitantes à Charles, les choses à Lyon sont plus calmes mais cette nouvelle était stupéfiante. A Lyon, les troupes sont là pour maintenir la paix. Des tisserands de soie prenaient d'assaut la Croix Rousse et l'hôtel de ville. Ils ont incendié et pillé les bureaux publics, chantant La Mareillaise et faisant un grand vacarme pendant trois jours. La Garde nationale avait été rétablie, tout comme l'ordre dans la ville. L'Assemblée Nationale se réunira à nouveau et M. Candy (cousin) est proposé comme représentant. Les ouvriers de la ville, les tisserands, les bouchers, les boulangers, les nettoyeurs, les pavés, les lavandières et les garcons des cafés se sont tous ralliés à la cause pour des salaires plus élevés.

 

Mais alors Charles, toujours bourgeois, s'ennuie de la politique et décrit la fête qu'il a eue il y a quelques semaines. Des exemplaires du New York Herald arrivaient d'Amérique et consommaient ses intérêts. L’anticipation de son retour en Amérique se ressent dans ses paroles. Charles raconte les nouvelles de la famille Clerc et termine avec ses meilleurs vœux à tout le monde aux États-Unis.

 

Les questions concernant l’impact de Laurent sur les populations sourdes canadiennes semblent trouver une réponse dans une lettre de Ronald MacDonald du Québec. Le 13 octobre 1848, Laurent reçut une lettre de lui annonçant que l'évêque catholique de Montréal allait ajouter une école pour sourds-muets à moins que la législature provinciale ne le fasse au préalable. L'abbé Lagorce, maintenant directeur d'un orphelinat à Montréal, en sera le directeur. M. MacDonald a compilé une collection de livres et autres documents liés à l'instruction des sourds-muets mais ils ont été perdus dans un grand incendie en 1845. L'abbé Lagorce a demandé à M. MacDonald de demander à Laurent une liste de ressources qu'il pourrait utiliser. M. MacDonald envoie à Laurent un article du journal Gazette sur les écoles qu'il a proposées en 1835 et ils pourraient maintenant l'embaucher comme enseignant. M. MacDonald a déclaré qu'il allait poser comme condition d'emploi qu'il puisse retourner étudier avec Laurent au préalable. Il était très intéressé de voir une copie du rapport de M. Weld sur ses voyages dans les écoles pour sourds en Europe.

En 1851, l’Amherst College décerna à Laurent une maîtrise honorifique, en reconnaissance de sa contribution à l’éducation des Sourds. 

 

L'année 1852 commence comme toutes les autres, avec Laurent se concentrant sur son travail à l'école et Eliza s'occupant de sa famille. Laurent est invité à rédiger une esquisse autobiographique de sa vie dans le cadre d'une introduction à la vie de Thomas Hopkins Gallaudet, décédé l'automne précédent. Son décès a mis fin à l'une des collaborations uniques dans l'histoire de l'éducation aux États-Unis. 

 

Cependant, Laurent et Eliza feraient face à une autre perte importante. Leur fils Charles Michaelm, qui vivait et travaillait à New York pour la société d'importation Gourds & Freres, était tombé malade. Cet automne-là, Laurent écrit à sa fille Sarah à propos de son voyage à New York pour l'aider à soigner Charles malade. Charles semblait malade mais les médecins étaient plus encouragés par ses progrès. Il a été décrit comme présentant de graves saignements aux poumons. Le pronostic semble réservé et les médecins espèrent que son état s'améliorera suffisamment pour pouvoir retourner à Hartford d'ici la mi-septembre. La fièvre de Charles semble avoir diminué et son teint est plus « naturel ». Les médecins lui rendent visite tous les jours à ce stade pour vérifier ses progrès. Eliza et une amie, Mme Burgess, le soignent 24 heures sur 24. Sarah avait laissé un mot à Charles lors de sa récente visite mais Laurent ne jugeait pas approprié de le laisser le lire dans son état actuel. Une lettre est également arrivée d'Elizabeth mais Charles ne semble pas être en état de la lire. Laurent a décidé de ne pas retourner à Hartford avant une semaine et Eliza y restera jusqu'à ce que Charles soit rétabli. Laurent a découragé les Deming et Elizabeth de venir à New York car Eliza souhaitait se concentrer sans entrave sur les soins de Charles. 

 

Laurent semble avoir des affaires dans le New Jersey, puisque M. Gourds était prêt à lui envoyer des mises à jour quotidiennes sur l'état de Charles. De retour à New York, Laurent est accueilli par un Charles qui se détériore. Tout en croyant s'améliorer, il est clair pour Laurent et ses soignants que l'état de Charles est plus grave. Charles a peut-être pu retourner à la maison familiale à Hartford avant de décéder le 21 octobre 1852. 

 

L'année 1853 a vu Laurent et les professeurs de l'asile de Hartford se débattre sur les changements proposés dans le rôle du directeur de l'école. Laurent a demandé aux instructeurs d'envoyer une pétition au conseil d'administration concernant leur inquiétude quant au fait que de nouveaux règlements donneraient au directeur de l'école (Lewis Weld) un pouvoir de veto absolu sur les recommandations des enseignants. 

 

Un an plus tard, en 1854, on retrouve Laurent en train de négocier avec le conseil d'administration le statut de sa maison sur la propriété du campus. Laurent s'était vu offrir 8 000 $ pour la propriété mais souhaitait accorder à l'asile le premier droit de refus. Laurent avait également été nommé président de l'Association Gallaudet Monument et s'apprêtait à poser la première pierre cette année-là. Aucune année ne serait complète sans que Laurent et les instructeurs se voient refuser leur demande d'augmentation de leur salaire d'enseignant. 

 

Pendant que Laurent se débattait avec les directeurs de l'asile, de bonnes nouvelles arrivaient de la Cité de l'Amour Fraternel. À Philadelphie, Albert Newsam, artiste sourd et ancien élève de Laurent, avait acquis les célèbres portraits Peale de Laurent et Eliza, peints en 1822. Ils se trouvaient au musée des curiosités naturelles de Charles Willson Peale mais avaient été détournés, peut-être chez son fils. musée de Baltimore. Vendus aux enchères, M. Newsam avait organisé leur achat pour 20 $ et les offrait maintenant à Laurent et Eliza. Laurent et Eliza ont accepté et ils ont été amenés à Hartford par M. Newsam.

 

En août 1856, Laurent ralentit avec l'âge et des occasions de réfléchir à son travail et de répandre son évangile se présentent encore. En août de la même année, Laurent a fait une présentation à la Conférence annuelle des instructeurs et autres délégués des sourds-muets à Staunton, en Virginie. Le discours de Laurent devant le corps assemblé n’a probablement pas été très bien accueilli. Il a réitéré ses inquiétudes antérieures selon lesquelles les instructeurs des Sourds « n’ont pas pris la peine d’apprendre notre belle et admirable langue des signes, ni d’étudier et de cultiver le système d’enseignement, ni d’enseigner la construction de phrases en les analysant. » Il ne voyait rien de digne de ce nouvel accent mis sur l’orthographe digitale et déplorait le fait que l’on s’appuie sur la mémoire des élèves plutôt que sur leur « intelligence ». 

 

Avec le feuillage de l'automne 1856 sur lui, Laurent a assisté à la convention de l'Association des sourds-muets de la Nouvelle-Angleterre Gallaudet à Concord, N.H. à l'American Hotel. La convention s'est ensuite déplacée à la State House du New Hampshire où ils se sont réunis pour discuter de la situation des sourds-muets en Nouvelle-Angleterre. Laurent a parlé pendant deux (2) heures et son discours a été résumé dans les réunions du congrès publié dans l'American Annal of the Deaf and Dumb en avril 1857.

 

Laurent aurait enseigné aux Sourds pendant quarante (40) ans à l'asile de Hartford. Plus de cent vingt (120) présents au congrès ont préparé une lettre à la commission d'asile plaidant pour qu'il se retire de l'enseignement et qu'il reçoive une pension « qui l'entourerait de tout le confort essentiel pour jouir sans gêne du reste de son mandat ». espace de vie qui peut lui être attribué.

 

À l'occasion de son 40e anniversaire d'enseignement en 1857, Laurent écrivit au conseil d'administration de l'asile au sujet de la lettre de ses étudiants et amis. Tout en étant touché par leur compassion à son égard, il a tenu à faire savoir au conseil d'administration qu'il n'envisageait pas de prendre sa retraite. Ayant une famille à loger et à nourrir, il souhaitait continuer à enseigner et percevoir son salaire annuel. La lettre de Laurent exprimait également une certaine angoisse concernant ses contrats passés et les conditions de ses congés décennaux de l’enseignement. Ayant décidé de mourir en Amérique, il avait espéré se rendre une fois de plus en France pour voir sa famille. Il a déploré les coûts de son départ et l'aide apportée à d'autres pour promouvoir l'école à l'étranger. Et une demande de six (mois) de congé sans réduction de salaire était accompagnée de déclarations selon lesquelles on se retrouvait pauvre et sans ressources. A la même époque, Laurent a jugé nécessaire d'envoyer un récapitulatif de toutes ses compensations financières convenues avec l'Asile, espérant faire comprendre au présent conseil d'administration ses justifications d'indemnisation.

 

Il semble qu’un certain soulagement des inquiétudes de Laurent soit survenu à la fin de 1857, avec la perte des frères d’Eliza, John et Elijah Boardman. Leur passage en Alabama et au Mississippi a permis à Eliza d'hériter d'une part des terres louées là-bas. Dans une multitude de correspondances entre Laurent et les avocats qui s'occupent de la succession, il tente de déterminer la valeur de l'héritage d'Eliza. Cependant, la veuve et la fille de John Boardman semblent avoir siphonné les loyers du terrain et sa valeur a diminué au fil des ans. Laurent avait fait part de ses questions à la veuve lors d'une visite à Hartford en 1850, mais elle était facilement offensée et vague. Il n'est pas clair si Laurent et Eliza ont jamais pu accéder à l'argent pour ces propriétés. Mme Boardman et sa fille finiraient par se présenter au domicile de Fanny Prescott à Waterford. Plus tard, ils résideraient dans une pension à Troy, dans l'État de New York, avant de disparaître à Princeton, dans le New Jersey. 

 

Au printemps 1857, il était devenu évident pour Laurent qu'il ne devait pas retourner en France. La correspondance des membres de sa famille l'avait informé de la perte de ses sœurs restantes au cours de l'hiver dernier. A cette nouvelle, Laurent retire sa demande de congé et estime qu'il « possède encore une vigueur de constitution suffisante pour me supporter plusieurs (encore) années ». Et Laurent, toujours soucieux d'assurer sa situation financière, s'enquiert des compensations qui lui semblent avoir droit. 

 

L'année 1858 voit Laurent aux prises avec la nouvelle du décès d'un de ses anciens élèves à Paris, St. George Randoph de Virginie. À tel point qu'il écrivit une lettre au rédacteur en chef des American Annals for the Deaf and Dumb en janvier 1858. M. Randolph était retourné en Amérique en 1814 après avoir reçu l'enseignement de Laurent. On pensait que M. Randolph avait appris la grave maladie de son frère à l'Université Harvard et qu'il serait devenu dérangé et n'aurait plus eu de moment de lucidité. Il était arrivé dans la classe de Laurent en 1812 et avait excellé. En 1821, Laurent apprendra que M. Randolph avait été hospitalisé au Philadelphia Hospital for the Insane. En lui rendant visite et en marchant avec lui, Laurentt a appris que ses fiançailles avec une femme d'une riche famille viriginienne avaient été annulées en raison de son statut de sourd-muet. Laurent a souhaité transmettre aux lecteurs de la publication « avec quelle rapidité les sourds-muets ressentent le tort que leur font ceux qui ont l’avantage de la pleine possession de tous leurs sens ».

 

La commission d’asile répondit à la demande de maintien d’emploi de Laurent par un contrat jusqu’au 1er avril 1858. Elle ratifia ce contrat qui le faisait prendre sa retraite à cette date, après quarante et un (41) ans d’enseignement. Ils ont également convenu de verser à Laurent un salaire annuel de seize cents (1 600 $) dollars, son plus élevé à ce jour. Cela semble significatif puisque le directeur de l'asile, M. Turner, a reçu mille sept cents dollars (1 700 dollars). Avec sa retraite, l'asile a accepté de lui verser une pension annuelle de sept cents dollars (700 dollars) pour le reste de sa vie. 

 

Laurent a répondu au conseil en indiquant que la rente annuelle lui paraissait avantageuse. Cependant, il a poursuivi en décrivant son logement, qu'il a qualifié de délabré, mettant lui et sa famille en danger de santé. La cuisine tombait en morceaux et ne pouvait pas être habitée par temps pluvieux. Laurent ne voyait pas de moyen de fournir un logement adéquat à lui et à Eliza sans modifier le contrat proposé. Il lui a suggéré de vendre sa maison à l'asile et de recevoir une allocation de trois cents dollars (300 dollars) pour le loyer. L'asile a décliné son offre et a augmenté son salaire de cinquante dollars (50 dollars). 

 

En avril 1858, à l'âge de soixante-treize (73) ans, Laurent prend sa retraite après quarante et un (42) ans liés à l'Asile. Le 28 avril, il prononce un discours devant les professeurs et les étudiants de l'Asile rassemblés dans la chapelle. Il « a donné un bref aperçu de son histoire, notamment en ce qui concerne l'asile. Il s'appesantissait avec beaucoup de plaisir sur l'harmonie ininterrompue qui avait toujours subsisté entre lui et tous ceux avec qui il avait été associé ici ; aussi de son bonheur dans ses relations domestiques ». Laurent a relevé vingt (20) établissements de sourds-muets dont les instructeurs tiraient directement ou indirectement de lui l'art et la méthode d'enseignement. Il a été noté qu'il avait rarement, voire jamais, été handicapé par la maladie pendant un seul jour pendant son séjour là-bas. 

 

En juin 1858, le conseil d’administration de l’Asile se réunit et reconnaît les contributions de Laurent. Ils ont exprimé leur profonde gratitude et leur appréciation pour son engagement envers l'école et ses élèves. Ils lui ont souhaité du bonheur personnel et de nombreuses années pour être témoin des fruits de son travail. 

 

Le 4 juin 1858, Laurent écrit au directeur et aux instructeurs de l'American Asylum après la publication des déclarations du conseil dans les journaux locaux. Laurent les a remerciés et a commenté qu'il croyait que « ses meilleures capacités y ont été entièrement consacrées (l'école), et tant que durera la vie, mon cœur s'y accrochera avec les liens et la plus profonde affection ». 

 

Plus tard en juillet 1858, Laurent apprend que plusieurs passagers qu'il a rencontrés sur le navire The Washington lors de sa traversée de 1846 se trouvent à New Haven et ont croisé Sarah et Elizabeth. Laurent prévoyait de leur rendre visite lors de son prochain voyage dans la capitale. 

 

Le 6 août 1858, Laurent écrivit une lettre au président de la Conférence annuelle des instructeurs sourds, déclinant son invitation à assister à la prochaine réunion à Jacksonville, en Floride. Il a indiqué qu'il n'avait pas les moyens financiers de se rendre au congrès. En outre, il semblait suggérer que si l'organisation souhaitait l'aider à couvrir les coûts, il serait prêt à devenir missionnaire et à se rendre dans les écoles pour sourds à travers le pays, les conseillant sur les méthodes d'enseignement. 

 

En août 1862, on retrouve Laurent écrivant à sa petite-fille, Lottie ou Charlotte Beers, fille d'Elizabeth. Lottie vit très probablement à Litchfield et Laurent écrit depuis son domicile à Hartford. Laurent n'avait pas écrit parce que Lottie avait reçu des lettres de sa mère et de M. Bartlett, un ami de la famille. Mais maintenant, Laurent lui écrit pour lui dire qu'elle et son frère Henry lui manquent. Laurent les implore d'envisager bientôt un voyage à visiter à Hartford. Eliza souhaite avoir l'aide de Lottie pour garder la maison. Il mentionne que le colonel Deming (le mari de Sarah) n’est pas aussi bien ni aussi fort que lorsqu’il était « sur le siège de la guerre ». Les étudiants de l'asile sont en vacances et Eliza est allée à l'école pour rendre visite à des amis. Laurent va régulièrement à l'église de la Trinité mais il manque Henry et Lottie qui lui montrent les psaumes et les hymnes. Fanny Prescott visite et va à l'église avec leur mère, Elizabeth. Le fils de Thomas Gallaudet, Thomas Jr. a prononcé le sermon ce dimanche-là. Francis et Jerusha ont quatre (4) enfants et tous ont la rougeole. Il réchauffe ses petits-enfants pour qu'ils ne grimpent pas sur les clôtures. Elizabeth a envoyé un paquet aux enfants par Adam's Express. 

 

Finalement, en septembre 1863, un comité fut formé à l’Asile pour étudier l’achat de la maison de Laurent et Eliza. Ils sont toujours en train de voter lors de leur réunion de février 1864 pour négocier davantage son achat. 

 

En mars 1864, la famille Clerc reçut une aide financière : trois cents (300 $) provenant de la tante d'Eliza. 

 

Pendant ces chauds mois d'été à Hartford, Laurent écrit à nouveau à Lottie, qui semble être à l'école à Litchfield, dans le Connecticut. Sa mère, Elisabeth. semble être arrivé à Litchfield sain et sauf. Il est ravi de lui annoncer la visite surprise de Francis et de son fils Frank. Ils étaient déçus que Lottie ne soit pas à Hartford mais feront un effort pour lui rendre visite à Litchfield avant de rentrer chez eux à Carlisle, en Pennsylvanie. Laurent rend visite à Sarah et à sa famille chaque jour lors de ses déplacements à la Poste. Le colonel Deming retourne à Washington, DC. 

 

Avec l'hiver qui approche Laurent, il écrit à nouveau à Lottie. Il espère la voir à Hartford pour Thanksgiving. Il pense qu’elle aura grandi et amélioré ses études depuis son passage à l’école de Mme Hunter. Laurent nous donne un aperçu de sa vision de l'esclavage et de la politique de l'époque. Il dit à Lottie que les élections de 1864 semblent s'être déroulées tranquillement et que M. Lincoln a été réélu. Il espère que la « rébellion » sera écrasée lors du deuxième mandat de Lincoln. Il scande « Hourra pour l’Union, la Constitution et la République ! A bas l’esclavage !

 

On August 29, 1866, Amos Smith of East Boston will deliver an address for the 50th anniversary of the founding of the Hartford Deaf and Dumb Asylum. The Litchfield Enquirer announced that the eighty (80) year old Laurent Clerc will attend!

 

Toujours soucieux des détails, Laurent écrit à M. Henry C. Trumbull pour corriger son article de journal sur la rencontre de Laurent avec le Pape. Il n'était jamais allé à Rome mais lorsque le pape Pie VII vint à Paris en 1804 pour couronner Napoléon Bonaparte, Laurent lui fut présenté par l'abbé Sicard après une démonstration de leur méthode de signe. Laurent s'agenouilla et lui embrassa l'orteil, recevant sa bénédiction. 

 

En mai 1868, Laurent reçoit une bonne nouvelle. Le conseil d'administration de l'American Asylum for the Deaf & Dumb avait décidé d'augmenter sa rente annuelle de sept cents (700) dollars à mille (1 000) dollars. Toujours précis pour expliquer ses sentiments, Laurent a indiqué qu'il préférait qu'ils l'hébergent, lui et Eliza, dans un appartement à l'Asile ou dans une maison louée à proximité. Et après dix (10) ans de retraite, il continue de déplorer avoir arrêté d’enseigner et d’avoir souhaité « faire plus de bien à mes malheureux semblables ».

 

La tragédie a frappé Laurent avec sa vieillesse ; sa fille, Sarah Byers Clerc Deming, âgée de quarante (40) ans, est décédée le 26 juin 1869 et a été enterrée au cimetière de Spring Grove, non pas dans le terrain familial mais avec son mari, le colonel Henry Champion Deming.

 

bottom of page