top of page

As part of this exciting celebration of The Association Laurent Clerc, I will be giving a talk on the theme: Laurent Clerc in America - New Insights Through Letters From His Family. In order that participants there and for those unable to travel to La Balme, I am placing here the texts (in French and English) of the summaries of the letters from 1816 (Laurent's Arrival) to his death in 1869. I will expand on these stories in the future to eventually chronicle all the documents in the United States. 

Note: This is a DRAFT

**La version française suit l'anglais...faites défiler vers le bas !

Sarah Byers Clerc’s American Short Story

(1828-1869)

 

*Letters reviewed for this draft are from 1816 to 1848.

 

In 1835, Sarah (7) was mentioned by her brother Francis, now in France, in a letter to his mother. He asks how she likes Sunday School. 

 

In the summer of 1836, Francis wrote to his mother. He is inquiring about his sister Sarah and whether she had recovered from her serious illness. Elizabeth communicates to her brother that Sarah is at her side on a rocking chair, with no carpets and almost all the floors are in a sort of stone hewed and waxed. Laurent and Eliza appear to have decided to build a house in Hartford. 

 

In July 1838, Sarah (10) wrote to her father that a Mr. Olmsead was going from Pittsfield to Hartford and she wanted to write a few lines. She is staying at a Mr. Parmely’s home and she has no friends with her. She wishes to come home alone on the stage to Hartford so she can travel to New London with her mother. Eliza is concerned that Sarah might get ill from traveling and does not want her to come. She is hoping Laurent will override her mother’s decision.  

 

In August 1841, we saw Sarah (13) in Litchfield, Connecticut, now enrolled in another school. She had just arrived, visa Plymouth. She likes the school because there are lots of “pretty” girls. She comments that Alfred Beers (brother of George Beers, Elizabeth’s future husband), who apparently lives in Litchfield, is going to have a party for her. 

 

In a letter in 1843 from Francis (20) to his father, while living in Richmond, Virginia asks about Sarah. He wishes that she would tell him about her school work. He hoped she would have an interest in reading books and she would be happier and less liable to temptations and idleness.

 

In another letter from Francis to Sarah, on his arrival in Richmond, presents a detailed history of Richmond. Francis remarks to Sarah that he is not homesick but that Elizabeth has been away from home for so long that she does now know what news of home to convey to him. Her news is very general and not the more detailed intimate news Francis would use to know how everyone was doing. His letter is very long and very detailed about his travels to Richmond, his tour of his new environment, his new Southern diet and his daily routine. He makes some comments that appear racist when speaking about African-Americans. Francis appears to be using corporal punishment on his students with a cane given him by Charles. 

 

In June 1845, Francis wrote to his sister Sarah (17) about his daily life and family news while studying. Francis is near the end of his term at the college and is running out of money. He solicits his sister to ask Laurent for some. Francis plays the big brother and tries to convince Sarah that she should be studying English history, German and drawing. We think that Sarah is at the Litchfield Female Seminary when she receives this letter. 

 

In 1846 we are grateful for the entry into our family correspondence of Fanny Prescott. Fanny lived in Waterford, NY and was a single family member situated in the home of a  Dr. House. She kept frequent and detailed correspondence with Sarah Bryers Clerc. We are not sure what her status was at the home of Mr. House, though she appeared to live there for many years. She may have been there to assist in running the household and taking care of the family. 

 

In early letters Fanny tells Sarah that she is helping prepare Dr. House’s son, Samuel, for his missionary work in Siam. Samuel went on to a long career there before returning to Waterford to practice as a physician. 

 

Fanny is good at giving us information on Laurent’s children and asking Sarah questions about them. Fanny also appears to be quite close with Francis, has traveled with him and maintained a correspondence. Fanny indicates that she has not heard from Francis in awhile and thinks he might be preoccupied with his graduation in June and ordination afterwards. She asks the question on all our minds, how is Eliza going to manage with Laurent leaving for France. Comments that Elizabeth has asked Sarah to go to Buffalo while Laurent is away. 

 

In February of 1847, Laurent wrote that he believed that Sarah and her mother were visiting with Elizabeth at her home in Buffalo, NY. 

 

That March, while Sarah is still in Buffalo, someone close to Sarah visits Hartford and all of their mutual friends. There is much gossip about illness, traveling and who of their friends is in love with the others. This person conveys her crush on a married man and loves to tell Sarah of the fist fights occurring at Trinity College. 

 

In April 1847, Fanny Prescott, in Waterford NY, dashed off a letter to Elizabeth. It appears that Sarah and Eliza were still in Buffalo. 

 

By May 1847 we find Laurent carrying “daguerretories”, apparently uncommon in  France,  of Elizabeth and the other women in the family. He had been sharing them with all the Clerc family members during his travels. Viewers commented that Laurent’s daughters looked like young ladies of distinction. Laurent asked his French relatives to have daguerretories made of themselves so he could take them home, but the ladies said they would appear too old and ugly in lieu of these attractive young Americans. Lastly, Laurent says that if he does not find Sarah and Eliza in Hartford he will head straight to Buffalo to visit Elizabeth. 

 

Laurent received a letter from Charles, in Lyon, dated September 25, 1847. In it Charles says that he is glad that Eliza and Sarah loved their gifts Laurent brought home from him. He gives some instructions about how to divide them among them and Elizabeth. Charles teases Sarah with the idea that unmarried women do not exist in the social life of Lyons, only married women attend the parties and are recognized. Charles tells Sarah to wear the dress he bought her and not to let it languish in the drawer. Lastly, Charles lets Laurent know that he is eating well at the dinners he has been invited to by the good families of Lyon. 

 

As we entered the new year, 1848, Charles continued to update his father on his situation in Lyons. Before signing off Charles asks about Elizabeth and the baby. Sarah had written him an account of her long trip to Boston. Charles remembers his trip there with the Beers several years earlier. He gives wishes to everyone and comments that his letter from Eliza was the best he had received. 

 

Sarah and Fanny Prescott continued their correspondence into early 1848. Fanny is still in Waterford and expresses her loneliness with her situation there, being grateful for contact with the Clerc family. She is sending money to Laurent for a subscription that he secured for her. She talks of fashion and possibly some silk from Charles on his return. Fanny wishes to travel to visit Sarah but Mrs. House can not be left alone during the winter months. Elizabeth and young Henry Augustin are apparently coming to Hartford to visit the family. Fanny appears to have inherited monies from “Aunt Cari’” estate. 

 

In another letter, Fanny appears to be getting a respite when she travels with Mrs. Knickerbocker to Hartford soon. She thinks it is the best time to visit before the busy summer season. Mrs. Knickerbocker can drop her off for two (2) weeks and then come for her. Fanny is awaiting word from Sarah on whether her plans will work and she also hopes to visit Francis and Juta during her trip. 

 

Fanny writes after returning from seeing Sarah in Hartford. She recounts their travels home and the need for some space from Mrs. Knickerbocker. The House homestead has survived without her. Fanny is most anxious about a family heirloom ring she may have lost in Hartford. This ring is later mailed to Fanny by Sarah. Fanny laments that Francis and Juta have not written to her since she had visited with them on this past trip. An absent minister and spring cleaning seem to be consuming her attention. Elizabeth seems to have arrived for a visit to Hartford. Fanny asks Laurent to forward information to Charles regarding a dress he will purchase in Lyons for her. 

 

By summer of 1848, Fanny continued to recount the exploits of her and Sarah’s mutual friends or family members. Elizabeth is returning to Buffalo and hopes that she will stop by Waterford on the way West. 

 

Fanny had conveyed that she was not feeling well and should take some time at the beach to recover. We are not surprised to see that she is in Bristol, CT or Rhode Island not soon afterwards. Fanny is a house guest along with Mary and she is finding that she is working too hard. She says that she may have to flee to Hartford at some point.  Eliza and Laurent almost were the recipients of several books of large delicious blueberries but the connections were not made. Fanny wonders what the plans are for George Beers when Elizabeth goes to Litchfield to visit with the extended Beers family.

 

To Be Continued…

La nouvelle américaine de Sarah Bryes Clerc

(1828-1869)

 

*Les lettres examinées pour cette ébauche datent de 1816 à 1848.

 

En 1835, Sarah (7 ans) est mentionnée par son frère Francis, aujourd'hui en France, dans une lettre à sa mère. Il demande si elle aime l'école du dimanche.

 

À l'été 1836, Francis écrit à sa mère. Il s'enquiert de sa sœur Sarah et demande si elle s'est remise de sa grave maladie. Elizabeth communique à son frère que Sarah est à ses côtés sur un rocking chair, sans tapis et presque tous les sols sont dans une sorte de pierre taillée et cirée. Laurent et Eliza semblent avoir décidé de construire une maison à Hartford.

 

En juillet 1838, Sarah (10 ans) écrivit à son père qu'un certain M. Olmsead se rendait de Pittsfield à Hartford et qu'elle voulait écrire quelques lignes. Elle réside chez M. Parmely et elle n’a aucun ami avec elle. Elle souhaite rentrer seule sur scène à Hartford afin de pouvoir se rendre à New London avec sa mère. Eliza craint que Sarah ne tombe malade à cause du voyage et ne veut pas qu'elle vienne. Elle espère que Laurent annulera la décision de sa mère.

 

En août 1841, nous avons vu Sarah (13 ans) à Litchfield, Connecticut, désormais inscrite dans une autre école. Elle venait d'arriver, visa Plymouth. Elle aime l'école car il y a beaucoup de « jolies » filles. Elle commente qu’Alfred Beers (frère de George Beers, futur mari d’Elizabeth), qui vit apparemment à Litchfield, va organiser une fête pour elle.

 

Dans une lettre de Francis (20 ans) en 1843 à son père, alors qu'il vivait à Richmond, Virginia pose des questions sur Sarah. Il souhaite qu'elle lui parle de son travail scolaire. Il espérait qu'elle s'intéresserait à la lecture de livres et qu'elle serait plus heureuse et moins sujette aux tentations et à l'oisiveté.

 

Dans une autre lettre de François à Sarah, à son arrivée à Richmond, il présente une histoire détaillée de Richmond. Francis fait remarquer à Sarah qu'il n'a pas le mal du pays mais qu'Elizabeth est absente depuis si longtemps qu'elle sait désormais quelles nouvelles de la maison lui transmettre. Ses nouvelles sont très générales et non les nouvelles intimes plus détaillées que Francis utiliserait pour savoir comment tout le monde allait. Sa lettre est très longue et très détaillée sur ses voyages à Richmond, sa visite de son nouvel environnement, son nouveau régime sudiste et sa routine quotidienne. Il fait des commentaires qui semblent racistes lorsqu'il parle des Afro-Américains. Francis semble utiliser des châtiments corporels sur ses élèves avec une canne que lui a donnée Charles.

 

En juin 1845, Francis écrit à sa sœur Sarah (17 ans) sur sa vie quotidienne et l'actualité familiale pendant ses études. Francis approche de la fin de son mandat au collège et est à court d'argent. Il sollicite sa sœur pour en demander à Laurent. Francis joue le grand frère et tente de convaincre Sarah qu'elle devrait étudier l'histoire anglaise, l'allemand et le dessin. Nous pensons que Sarah est au Litchfield Female Seminary lorsqu'elle reçoit cette lettre.

 

En 1846, nous sommes reconnaissants de l'entrée dans notre correspondance familiale de Fanny Prescott. Fanny vivait à Waterford, New York et était un membre célibataire d'une famille vivant dans la maison d'un Dr House. Elle entretenait une correspondance fréquente et détaillée avec Sarah Bryers Clerc. Nous ne savons pas quel était son statut au domicile de M. House, même si elle semble y avoir vécu pendant de nombreuses années. Elle était peut-être là pour aider à gérer le ménage et à prendre soin de la famille.

 

Dans les premières lettres, Fanny dit à Sarah qu'elle aide à préparer le fils du Dr House, Samuel, pour son travail missionnaire au Siam. Samuel y poursuivit une longue carrière avant de retourner à Waterford pour exercer la médecine.

 

Fanny est douée pour givi

nous donner des informations sur les enfants de Laurent et poser des questions à Sarah à leur sujet. Fanny semble également être assez proche de Francis, elle a voyagé avec lui et entretenu une correspondance. Fanny indique qu'elle n'a pas eu de nouvelles de Francis depuis un moment et pense qu'il pourrait être préoccupé par l'obtention de son diplôme en juin et son ordination par la suite. Elle pose la question qui nous préoccupe tous : comment Eliza va-t-elle gérer le départ de Laurent en France ? Commentaires selon lesquels Elizabeth a demandé à Sarah d'aller à Buffalo pendant que Laurent est absent.

 

En février 1847, Laurent écrivit qu'il croyait que Sarah et sa mère rendaient visite à Elizabeth chez elle à Buffalo, dans l'État de New York.

 

En mars, alors que Sarah est toujours à Buffalo, un proche de Sarah rend visite à Hartford et à tous leurs amis communs. Il y a beaucoup de ragots sur la maladie, les voyages et sur qui de leurs amis est amoureux des autres. Cette personne exprime son béguin pour un homme marié et adore raconter à Sarah les bagarres qui ont lieu au Trinity College.

 

En avril 1847, Fanny Prescott, à Waterford, New York, envoya une lettre à Elizabeth. Il semble que Sarah et Eliza étaient toujours à Buffalo.

 

En mai 1847, nous trouvons Laurent portant des « daguerrétoires », apparemment rares en France, d'Élisabeth et des autres femmes de la famille. Il les partageait avec tous les membres de la famille Clerc lors de ses voyages. Les téléspectateurs ont commenté que les filles de Laurent ressemblaient à des jeunes filles distinguées. Laurent a demandé à ses parents français de faire fabriquer eux-mêmes des daguerretories pour qu'il puisse les rapporter à la maison, mais les dames ont dit qu'elles auraient l'air trop vieilles et laides à la place de ces jolis jeunes Américains. Enfin, Laurent dit que s'il ne retrouve pas Sarah et Eliza à Hartford, il se rendra directement à Buffalo pour rendre visite à Elizabeth.

 

Laurent reçut une lettre de Charles, à Lyon, datée du 25 septembre 1847. Charles y dit qu'il est heureux qu'Eliza et Sarah aiment les cadeaux que Laurent lui a rapportés. Il donne quelques instructions sur la façon de les répartir entre eux et Elizabeth. Charles taquine Sarah avec l'idée que les femmes célibataires n'existent pas dans la vie sociale lyonnaise, seules les femmes mariées assistent aux soirées et sont reconnues. Charles dit à Sarah de porter la robe qu'il lui a achetée et de ne pas la laisser languir dans le tiroir. Enfin, Charles fait savoir à Laurent qu'il mange bien aux dîners auxquels les bonnes familles lyonnaises l'invitent.

 

Alors que nous entrons dans la nouvelle année 1848, Charles continue d'informer son père de sa situation à Lyon. Avant de signer, Charles pose des questions sur Elizabeth et le bébé. Sarah lui avait écrit le récit de son long voyage à Boston. Charles se souvient de son voyage là-bas avec les Beers plusieurs années plus tôt. Il présente ses vœux à tout le monde et commente que sa lettre d'Eliza était la meilleure qu'il ait reçue.

 

Sarah et Fanny Prescott poursuivirent leur correspondance jusqu'au début de 1848. Fanny est toujours à Waterford et exprime sa solitude face à sa situation là-bas, étant reconnaissante du contact avec la famille Clerc. Elle envoie de l'argent à Laurent pour un abonnement qu'il lui a assuré. Elle parle de mode et éventuellement de soie de Charles à son retour. Fanny souhaite voyager pour rendre visite à Sarah mais Mme House ne peut pas rester seule pendant les mois d'hiver. Elizabeth et le jeune Henry Augustin viennent apparemment à Hartford pour rendre visite à la famille. Fanny semble avoir hérité de l’argent de la succession de « Tante Cari ».

 

Dans une autre lettre, Fanny semble bénéficier d'un répit lorsqu'elle se rendra bientôt à Hartford avec Mme Knickerbocker. Elle pense que c'est le meilleur moment pour visiter avant la haute saison estivale. Mme Knickerbocker peut la déposer pendant deux (2) semaines puis venir la chercher. Fanny attend que Sarah lui dise si ses projets fonctionneront et elle espère également rendre visite à Francis et Juta pendant son voyage.

 

Fanny écrit après son retour après avoir vu Sarah à Hartford. Elle raconte leur voyage de retour et le besoin d'espace de Mme Knickerbocker. La ferme House a survécu sans elle. Fanny est très inquiète à propos d'une bague de famille qu'elle a peut-être perdue à Hartford. Cette bague est ensuite envoyée par courrier à Fanny par Sarah. Fanny déplore que Francis et Juta ne lui aient pas écrit depuis qu'elle leur avait rendu visite lors de ce dernier voyage. Un ministre absent et le ménage de printemps semblent accaparer son attention. Elizabeth semble être arrivée pour une visite à Hartford. Fanny demande à Laurent de transmettre des informations à Charles concernant une robe qu'il lui achètera à Lyon.

 

À l’été 1848, Fanny continuait de raconter les exploits d’elle et des amis communs ou des membres de la famille de Sarah. Elizabeth retourne à Buffalo et espère qu'elle s'arrêtera à Waterford sur la route vers l'ouest.

 

Fanny avait fait savoir qu'elle ne se sentait pas bien et qu'elle devrait prendre du temps à la plage pour récupérer. Nous ne sommes pas surpris de voir qu'elle est à Bristol, CT ou Rhode Island peu de temps après. Fanny est une invitée à la maison avec Mary et elle trouve qu'elle travaille trop dur. Elle dit qu'elle devra peut-être fuir à Hartford à un moment donné. Eliza et Laurent ont failli recevoir plusieurs livres de grosses myrtilles délicieuses mais les liens n'ont pas été faits. Fanny se demande quels sont les projets de George Beers lorsque Elizabeth se rend à Litchfield pour rendre visite à la famille élargie de Beers.

À suivre…

bottom of page